actuellement 17586 films recens√©s, 2953 textes recherche | » english  
films r√©alisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  r√©dacteurs»
  √©crans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  d√©p√™ches »
  nouvelles de
la f√©d√©ration»
  la f√©d√©ration»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Samir Ardjoum
publié le
12/04/2011
Ľ films, artistes, structures ou √©v√©nements li√©s √† cette critique
Ľ les commentaires li√©s √† cette critique

Samir Ardjoum




Yousry Nasrallah


Femmes du Caire


Femmes du Caire


Adieu Bonaparte - وداعا بونابرت‎, 1984


Alexandrie encore et toujours (Youssef Chahine, 1989)


La ville (El Medina), 1998


La ville (El Medina), 1998


Porte du soleil (Bab el shams), 2004


Femmes du Caire


Femmes du Caire


Femmes du Caire


Femmes du Caire


Femmes du Caire


Femmes du Caire


Femmes du Caire


Femmes du Caire





retour
 
Raconte Shéhérazade, raconte (Yousry Nasrallah)
Violence des échanges en milieu tempéré

Il fut un temps o√Ļ la parole √©tait sacr√©e. Certains allaient voir des films puis en racontaient l'intrigue √† leurs amis du quartier. De l'√©coute, de l'attention, des sourires crisp√©s et parfois des larmes coulaient sur les joues bouffies des amoureux discrets.
Ceux qui la narraient devaient mettre en scène pour mieux délivrer les enjeux et ressorts dramatiques. Une parole sacralisée qui devenait le vecteur inconditionnelle de cette ladite mise en scène.

Dans le dernier opus du réalisateur égyptien, Yousry Nasrallah, le verbe est tranchant, poétique et légèrement teinté d'un érotisme suranné.
Illustré par un mélodrame assumé, Raconte Shéhérazade, raconte (ou Femmes du Caire) plonge le spectateur dans un maelstrom de sentiments qui rappellent souvent le fameux tourbillon de la vie.

Le Caire, de nos jours. Deux amoureux, Hebba et Karim filent le parfait amour. Elle, animatrice d'un populaire Talk-Show, lui, journaliste ambitieux dans un organe de presse gouvernemental.
Mais sous cet apparat de mat√©rialisme aigu (bel appartement, des bijoux, de l'argent), surgit une v√©rit√© d√©rangeante, celle d'une soci√©t√© aseptis√©e o√Ļ l'individualisme et l'intol√©rance des classes et des sexes
sont reines.

Karim, briguant le poste de rédacteur en chef, tentera de persuader
sa femme d'orienter son émission vers des débats plus people et moins politisés. La goutte d'eau débordera du vase, entrainant dans son passage une relation fantoche.
Les questionnements d'Hebba deviennent alors celles de tout un système qui tente d'ouvrir une nouvelle brèche dans l'Egypte contemporaine.
Invitant trois femmes auxquelles Dame Nature ne fit pas de
cadeau, Hebba va pousser tous les maux de sa société dans les retranchements du cadre de la Petite lucarne. Trois histoires, trois
Shéhérazade des temps modernes..trois manière de crier
son injustice !

Yousry Nasrallah n'en est pas à sa première proposition de cinéma.
Scénariste et assistant de Chahine (Adieu Bonaparte et Alexandrie, encore et toujours), réalisateur d'une huitaine de films dont les magnifiques La Ville et La Porte du soleil, somptueuse fresque sur la condition et l'histoire des palestiniens, Nasrallah promène depuis quelques décennies sa carrure de manifestant du cinéma porteur d'un
amour de soi. Il faut revoir La Ville, délicate oeuvre sur le corps meurtri et servie par une caméra qui érotisait le moindre geste.
Il est judicieux de noter que toutes les formes de révolution, dans ses
films, dégageaient constamment une odeur étrangement sexy qui
emballait nos esprits. Femmes du Caire est dans la continuit√© de cette ambiance √©rog√®ne o√Ļ le regard, transcend√© par une v√©ritable intention populaire (ouvrir son discours pour ceux qui hurlent), transperce les tympans car dans ce film, le son des t√©moignages de ces trois Sh√©h√©razade est criant de v√©rit√©.

L'autre point du film r√©side dans le genre qu'il convoque : le m√©lodrame. Nasrallah r√©utilise un pan de l'√Ęge d'or du cin√©ma √©gyptien, pour mieux cerner les contours de cet illogisme. Par le biais de la mise en abyme (d√©j√† pr√©sente dans Les Milles et Une Nuit), Nasrallah ouvre son coeur √† trois porte-paroles qui √† leur tour, bousculeront d√©finitivement le quotidien √©triqu√© d'Hebba.
Les plans deviennent alors le reflets d'une noirceur quasi palpable car
jamais ampoulée. Nasrallah réussit le tour de force d'apaiser une violence sous toutes ses formes en l'éparpillant dans un cadre approprié.

Quand sa caméra se balade au gré des visages de toutes ces femmes, quand il esthétise subtilement des instantanées érotiques (Hebba et Karim s'enlaçant tout en pratiquant leur gymnastique), c'est tout un chaos qu'il fracasse de ses intentions louables et dont les relents annonceront la révolution du Jasmin ! Nasrallah, ou l'érotisme visionnaire !

Samir Ardjoum
Algérie

Article paru le Mardi 1er mars 2011, Bulletin Africin√© n¬į13 - Ouagadougou (Burkina Faso), FESPACO 2011 - n¬į2, pp. 1 et 5.
avec le soutien d'Africalia (Belgique), du Ministère des Affaires étrangères (France) et d'Africultures (France).

haut de page


   liens films

Adieu Bonaparte (Weda'an Bonapart) - وداعا بونابرت‎ 1984
Youssef Chahine

Femmes du Caire (Scheherazade, Tell Me a Story) 2009
Yousry Nasrallah


   liens artistes

Akroud Sanaa


Amin Nesrine


Badr Sawsan


Chahine Youssef


El Gamal Rihab


El Raddad Hassan


El Seba√Į Nahed


Hamed Waheed


Hemeida Mahmoud


Nasrallah Yousry


Ramadan (actor) Mohamed


Zaki Mona


   ťvŤnements

26/02/2011 > 05/03/2011
festival |Burkina Faso |
FESPACO 2011 (Festival Panafricain du Cinéma et de la télévision de Ouagadougou)
22e édition

08/10/2014 > 20/10/2014
festival |France |
Festival du Film Arabe de Fameck/ Val de Fensch 2014
25ème édition. Hommage à René Cahen. Président d'honneur de la 25e édition : Pierre Dulaine (New York).

   liens structures

Africalia
Belgique | Bruxelles

Africultures
France | Les Pilles

FESPACO
Burkina Faso | Ouagadougou 01

Ministère des Affaires étrangères (France)
France | Paris

Misr Cinema Co.
√Čgypte | GIZA, Le Caire

Pyramide Distribution
France | PARIS

haut de page

   vidťos
   

 

Scheherazade, Tell Me a Story - US Trailer
bande annonce

 
   


   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>