actuellement 17586 films recensés, 2953 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Almahady Cissé
publié le
20/04/2011
» films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
» les commentaires liés à cette critique

Almahady Cissé




Daoud Aoulad-Syad, réalisateur marocain


La Mosquée (Al Jamaa)


Affiche du film En Attendant Pasolini (2007).


La Mosquée


La Mosquée


La Mosquée


La Mosquée


La Mosquée

retour
 
La Mosquée, de Daoud Aoulad Syad
Un film miroir des sociétés arabo-musulmanes

Le nouveau film de Daoud Aoulad Syad intitulé La Mosquée a, comme trame de fond, une histoire burlesque tirée de faits réels. En effet, pendant le tournage du film En attendant Pasolini, et contre toute attente, un incident très particulier s'est produit.
Des décors ont été construits sur des terrains loués à des villageois. Parmi les décors, une mosquée a été construite sur la parcelle de Moha. Ce dernier est un villageois qui était aussi figurant dans le film...

Les villageois commençaient à se rendre à cette mosquée-décor à chaque appel à la prière, toute chose qui créa un fâcheux précédent. A la fin du tournage les villageois détruisent tous les décors, à l'exception de la mosquée qui devient leur lieu de prières. Cependant c'est la catastrophe pour Moha.
Sous prétexte qu'on ne détruit pas une mosquée (fut-elle un décor de cinéma), les villageois sous la direction d'un Imam, lui-même acteur dans le film, ont repris ‘'le décor de la mosquée'' pour ériger un véritable lieu de culte pour le village au grand désarroi du pauvre Moha. Privé de son terrain qui constitue son gagne pain, il livre une croisade seul contre tous.
Dans cette croisade, Moha va être incompris et même traité de fou.

Dans ce film, qui est encore d'actualité dans le monde arabo-musulman, l'auteur met en exergue la complexité des rapports entre les autorités religieuses et les milieux politiques d'une part et la fourberie et l'hypocrisie des populations d'autre part. La force du réalisateur a été de mettre un brin d'humour dans cette mise en scène.

La Mosquée est un miroir de la société islamique actuelle. Elle reflète toutes les facettes et tares de nos sociétés musulmanes.
Sous le prétexte que tout ce qui relève du domaine religieux est sacré, les croyants sont manipulés au nom du blasphème et de l'enfer

Le seul soutien de Moha est un gardien de cimetière qui, malgré ses propos rationnels, est considéré comme un banni de la société.
Persécuté mais persévérant, Moha a tenu à clamer sa cause partout y compris devant la télévision publique. Cet affront, il l'a payé cher. Il a été arrêté et conduit vers une destination que le réalisateur n'a pas voulu nous dévoiler.

La Mosquée est une métaphore grinçante et incroyablement drôle sur les rouages de la société.
Le courage du réalisateur mérite d'être souligné, car il a tout simplement osé. Osé s'attaquer à "des masques", des tabous qui relèvent du blasphème. Il faut également souligner la maturité de la société marocaine et son esprit d'ouverture.
Sous d'autres cieux, on l'aurait déjà menacé de mort et lancé des fatwas à son encontre.

Almahady Cissé (Mali)

paru le Mercredi 02 mars 2011, Bulletin Africiné n°14 - Ouagadougou (Burkina Faso), FESPACO 2011 - n°3, pp. 1 & 4.
avec le soutien d'Africalia (Belgique), du Ministère des Affaires étrangères (France) et d'Africultures (France).

haut de page


   liens films

Mosquée (La) | A Jamaâ 2010
Daoud Aoulad-Syad


   liens artistes

Ahrich Bouchra


Aoulad-Syad Daoud


Tahtah Mostapha


Touhrach Abdelhadi


   évènements

26/02/2011 > 05/03/2011
festival |Burkina Faso |
FESPACO 2011 (Festival Panafricain du Cinéma et de la télévision de Ouagadougou)
22e édition

19/07/2014 > 26/07/2014
festival |Cameroun |
Ecrans Noirs 2014
18ème édition. Thème : "Le Cinéma art, commerce et industrie: les cas du Maroc et du Nigeria".

   liens structures

Africalia
Belgique | Bruxelles

Africultures
France | Les Pilles

AMACRI (Association Malienne des Critiques du Cinéma)
Mali | BAMAKO

FESPACO
Burkina Faso | Ouagadougou 01

Films du Sud (Maroc)
Maroc | RABAT - AGDAL

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>