actuellement 17679 films recensés, 2971 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Samir Ardjoum
publié le
21/04/2011
films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
les commentaires liés à cette critique

Samir Ardjoum




Hassan Benjelloun, réalisateur


Les Oubliés de l'histoire


Les Oubliés de l'histoire


Hassan Benjelloun sur le tournage, avec ses acteurs (Ben Diogaye Bèye,...)

retour
 
Les Oubliés de l'histoire (Hassan Benjelloun)
Les esclaves libres
FESPACO 2011

Au début, une ballade. Au final, une cavale sans issue.
C'est le dernier film du Marocain Hassan Benjelloun et rien n'est épargné, ni escamoté, aucune concession dans ces portraits romantiques qui, par la force des choses, iront jusqu'en enfer. Un constat implacable malheureusement teinté d'un voyeurisme qui déréalise les propos de Benjelloun.

Benjelloun n'est pas du genre à faire dans la dentelle. Il ne prend jamais son spectateur pour le caresser dans le sens du poil, bien au contraire, il choisit personnellement les armes de tortures psychologiques qui l'anéantira.
On est en droit d'être rebuté par ce trop-plein de saynètes effrayantes, mais il serait ridicule de n'y voir que de la provocation. Benjelloun aime trop ses personnages pour les confectionner en tic et toc. Il les dessine, les efface, reprend là où le destin les a abandonné et les jette dans un gouffre aux chimères. L'écran devient alors un cimetière d'éléphants !

Sélectionné dans la compétition long métrage ACP du Fespaco 2011, Les Oubliés de l'histoire (quel beau titre !) narre les pérégrinations de trois personnages dont le but ultime est de se libérer de leurs chaînes sociales, amoureuses et politiques. En cela, la première partie où Benjelloun dépose ses trois canevas est remarquablement réussi. Le film puise dans une construction narrative qui relie avec beaucoup d'ingéniosité trois versants d'une montagne que personne ne pourra escalader.
La tragédie, source d'inspirations du cinéaste, est sans cesse distillée afin de mieux cerner le cul-de-sac dans lequel se jettent nos trois protagonistes. Plus la situation devient dramatique, plus Benjelloun force le spectateur à froncer les sourcils.

De ce filmage brutal, en découle une sorte de discours politisé qui prend trop d'ampleur. La subtilité est rapidement évincée et le spectateur prend progressivement du recul face à un scénario qui tombe - pour la peine - dans l'oubli.
À partir du moment où ces trois enfants de la vie se croisent, Benjelloun peine étrangement à en extraire une force collective et plombe finalement son film de tirs-croisés aussi hideux qu'incompréhensibles.
Et c'est regrettable surtout quand l'auteur, au beau milieu du film, réussit à tisser de belles fulgurances.

Il est, par exemple, difficile d'oublier cette séquence où l'un des personnages, Yamina, se retrouve sur cette route déserte, après s'être enfuie de chez elle. Trouvant refuge dans un camion, auprès d'un vieux couple, Yamina est rapidement déposée quelques centaines de kilomètres plus loin.
Benjelloun décide de rester sur ce couple. Puis, le camion s'arrête, la vieille femme en descend avec un lourd carton où est écrit des mots illisibles.
Puis le camion s'en va et l'on comprend progressivement que cette ladite femme était en réalité une prostituée, déposée par son mac ! Pourquoi diantre Benjelloun n'a pas poursuivi dans cette veine ?

Samir Ardjoum/Algérie

haut de page


   liens films

Oubliés de l'histoire (Les) 2009
Hassan Benjelloun


   liens artistes

Ajadou Meryem


Benjelloun Hassan


Bèye Ben Diogaye


Chakiri Abdellah


Ennaji Amine


Joundi Youssef


Khamlichi Asmaâ


Laaraj Leila


Maniari Abderrahim


Naji Amin


Setta Amal


   vnements

26/02/2011 > 05/03/2011
festival |Burkina Faso |
FESPACO 2011 (Festival Panafricain du Cinéma et de la télévision de Ouagadougou)
22e édition

   liens structures

2M-TV
Maroc | CASABLANCA

Africalia
Belgique | Bruxelles

Africultures
France | Les Pilles

Bentaqerla
Maroc | CASABLANCA

Centre Cinématographique Marocain (CCM)
Maroc | RABAT

Ministère des Affaires étrangères (France)
France | Paris

haut de page

   vidos
   

 

Les Oubliés de l'Histoire - Hassan Benjelloun - 2009 - Bande annonce
bande annonce

 
   


   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>