actuellement 17679 films recensés, 2971 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Bénédicte Sawadogo
publié le
08/05/2011
films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
les commentaires liés à cette critique



Bénéré


Bénéré

retour
 
Bénéré (Serge Armel Sawadogo, Burkina Faso)
Un amour furieux et tendre

Le récit est raconté de façon pudique, sans extravagance.
L'histoire se construit autour d'une jeune fille du nom de Bénéré.
Bénéré est une jeune fille en classe de CM2 brillante et studieuse. Elle est orpheline de père mais elle l'ignore et vit seule avec sa mère dans la cour du défunt papa. Le film pose plusieurs problèmes que connait la société burkinabèe. Il s'agit entre autres du lévirat, de l'éducation des jeunes filles.

L'histoire est bien menée et se laisse facilement suivre. Le spectateur est par moment saisi de compassion au regard de l'attitude de la mère face à sa fille. Solitude, souffrance, amertume et haine habitent le coeur de la mère. Mais elle aime profondément sa fille.
Par les silences, les gros plans sur les visages, Serge Armel Sawadogo nous plonge dans un univers intimiste entre mère et fille. On a l'impression que la mère veut protéger sa fille en lui cachant le décès de son père. On pourrait aussi penser qu'elle souffre de n'avoir pas pu poursuivre ses études et veut le faire payer à sa fille ; questions d'interprétation et de sensibilité.

La fin du film est tendue vers la tristesse puis offre une belle chute, une ouverture sur un espoir. Demain sera mieux qu'aujourd'hui. Promesse de Bénéré. Bénéré est un court métrage qui pose des questions et mérite d'être vu par le grand public.

Bénédicte Sawadogo, Burkina Faso

Version de l'article paru sur papier le Jeudi 03 mars 2011, Bulletin Africiné n°15 - Ouagadougou (Burkina Faso), FESPACO 2011 - n°4, p. 3.
Ce bulletin est publié par la Fédération Africaine de la Critique
Cinématographique (FACC) avec cette année le soutien du FESPACO, du ministère français des Affaires étrangères et d'Africalia.
Il est rédigé par des membres de la FACC présents au Fespaco 2011, venant de 9 pays d'Afrique

haut de page


   liens films

Bénéré 2009
Serge Armel Sawadogo


   liens artistes

Sawadogo Serge Armel


   vnements

26/02/2011 > 05/03/2011
festival |Burkina Faso |
FESPACO 2011 (Festival Panafricain du Cinéma et de la télévision de Ouagadougou)
22e édition

   liens structures

Africalia
Belgique | Bruxelles

ASCRIC-B
Burkina Faso | OUAGADOUGOU

Ministère des Affaires étrangères (France)
France | Paris

Shaker production
France | PARIS

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>