actuellement 17682 films recensés, 2971 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Abel Ntonga
publié le
10/07/2011
films, artistes, structures ou événements liés à cette analyse
les commentaires liés à cette analyse

Ecrans Noirs 2011


Wasis Diop, compositeur sénégalais

retour
 
Musique et cinéma
Au-delà de l'animation
Festival Écrans Noirs 2011
Pour le profane, la musique ne joue qu'un rôle de fantaisie dans les films.

Ils ne sont pas nombreux ces cinéphiles qui s'intéressent peu ou prou à l'importance de la musique dans le cinéma. Pour beaucoup comme Anicet Nkwindja, vendeur ambulant de DVD, la musique dans un film est "une sorte de fantaisie que les cinéastes ajoutent pour que leur oeuvre soit plus captivante".
Pourtant, au-delà de cette impression qui à bien des égards comporte un brin d'exactitude, la musique joue un rôle bien plus important. Wasis Diop Mambéty, l'un des plus grands compositeurs de musique de film africain explique : "la musique, c'est quelque chose qui s'inscrit au coeur du mouvement des caméras".

De fait, souligne l'auteur de la bande originale du film Un homme qui crie de Mahamat Saleh Haroun, "la musique suit une logique dans cet espace fictif. Parce que le cinéma n'est pas la réalité, c'est un rêve, même quand on a la prétention de la montrer d'une façon douce ou cruelle. Il raconte l'histoire de nos vies où nous sommes toujours accompagnés par la musique".
Si pour le profane cette explication suffit, Wasis Diop, ajoute que "la musique raccourcit le temps au cinéma". En guise d'illustration, il indique "que deux minutes d'images sans musique, paraissent toujours plus long que deux minutes avec de la musique".

Comme le cinéma, la musique a sa magie. Elle peut raccourcir le temps, comme elle peut le rendre plus abondant. Inhérente à la thématique dont traite le film, elle fait partie intégrante du cinéma, le compositeur sénégalais précise "qu'elle n'est pas un intrus puisqu'elle existe depuis le début d'un film".

Abel NTONGA

article paru dans la revue Mosaïques (Yaoundé), - ÉDITION SPÉCIALE Nº 003 du 25 Juin 2011, page 4.
Dans le cadre de l'atelier de formation à la critique animé par Jean-Marie Mollo Olinga (FACC) et Klaus Elder (FIPRESCI). Organisation : les associations Arterial Network et la Cameroon Art Critics (CAMAC), en collaboration avec le Goethe Institut

haut de page


   liens films

Un homme qui crie 2010
Mahamat-Saleh Haroun


   liens artistes

Diop Wasis


Haroun Mahamat-Saleh


   vnements

18/06/2011 > 25/06/2011
festival |Cameroun |
Ecrans Noirs 2011
15ème édition. Thème : Le cinéma africain et ses acteurs

   liens structures

ARTerial Network
Afrique du Sud | Cape Town

Cameroon Art Critics (CAMAC)
Cameroun | YAOUNDÉ, DOAUALA

Fédération Africaine de la Critique Cinématographique (FACC)
Sénégal | Dakar

Fipresci
Allemagne | MUNICH

Goethe-Institut Yaoundé (Centre Culturel Allemand de Yaoundé)
Cameroun | Yaoundé

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette analyse :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>