actuellement 18202 films recensés, 3176 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Stéphanie Dongmo
publié le
04/08/2011
films, artistes, structures ou événements liés à cet entretien
les commentaires liés à cet entretien

Deneuve Djobong, actrice


Stéphanie Dongmo






Alphone BENI, réalisateur


Daniel Kamwa



retour
 
Deneuve Djobong : Entre le cinéma et le théâtre, son cœur balance
L'actrice camerounaise attend un rôle au cinéma depuis cinq ans.
Entre-temps, elle s'est lancée dans le théâtre, avec bonheur. PORTRAIT

Actrice, comédienne et metteur en scène. C'est sous ce triptyque que se définit Deneuve Djobong. Sous cette dernière casquette, elle a été distinguée à l'issue d'un concours de mise en scène organisé par l'Institut Goethe de Yaoundé, dans le cadre de la célébration de ses 50 ans au Cameroun, autour de la pièce de théâtre intitulée "Iphigénie en Tauride" de Johann Wolfgang von Goethe. La jeune femme de 35 ans a reçu le 3ème prix derrière Elvis Bvouma et Junior Esseba, avec 100 000F cfa à la clé. "J'étais réticente à postuler au départ, vu la modicité du prix à gagner. Mais j'ai compris que l'argent n'était pas tout", dit-elle. Sur cette pièce dont seulement 15 minutes ont été mises en scène, Deneuve Djobong a joué aux côtés de Joseph Wamba et Gabriel Fomogne, la régie étant assurée par Maurice Essomba.

Deneuve Djobong est passé par le cinéma avant d'arriver au théâtre. En 1996, elle fait une entrée remarquée dans le 7ème art par un rôle dans le film Le cercle des pouvoirs de Daniel Kamwa. Suivra Fragments de vie de François Woukoache en 1999, où elle tient le premier rôle. Son père qui, jusqu'alors, regardait d'un œil méfiant cette activité, lui exprime son mécontentement. Motif : Deneuve apparaît nue dans une scène du film. Clash.
Entre la maison familiale et le cinéma, elle choisit le second. D'autant plus que le métier lui sourit. Les séries suivent. On la voit dans Just for fun, Le revenant et Monsieur et madame sous mon toit. Après quoi, elle joue dans La déchirure I d'Alphonse Beni en 2005 et Confidences de Cyrille Masso en 2006. Et depuis, plus rien.

"Le cinéma me déçoit parce qu'il n'y a pas beaucoup de productions au Cameroun", dit l'actrice. Pour combler ce passage à vide, Deneuve Djobong a lancé sa propre compagnie de théâtre baptisée "Art en 2000". La compagnie a joué des pièces qu'elle affiche dans son palmarès: "Stade de la liberté" de Israël Tsipamba, "Ubu roi" de Alfred Jarry et "L'histoire d'amour de Roméo et Juliette" de Philippe Car.
Après une formation de metteur en scène pendant 3 ans à Tunis, Deneuve Djobong s'est elle-même lancée dans la mise en scène. Elle a ainsi dirigé "Cannibal", écrit par José Phiya, et "La femme du blanchisseur". "Le théâtre m'a fait énormément voyagé. Le théâtre m'a aussi payé plus que le cinéma, même s'il demande plus d'énergie", compare-t-elle.

Elle déplore, de fait, la situation précaire des acteurs au Cameroun : "En l'absence d'un salaire minimum, ils sont mal payés. Or, je ne peux pas vivre sans ce métier, c'est la seule chose que je sache faire", dit celle qui a abandonné ses études après le probatoire en 1996, pour répondre à l'appel du cinéma. A l'époque, la jeune Deneuve Djobong rêve de ressembler à Julia Roberts.
"Mon père m'a appelée Deneuve, comme l'actrice française Catherine Deneuve, qu'il aimait beaucoup. Enceinte de moi, ma mère a ressenti les premières contractions alors qu'elle regardait un film au cinéma Le Febé, à Mokolo", raconte-t-elle. Des signes qui confortent sa conviction, aujourd'hui encore, que son destin se trouve dans le cinéma.

Mais Deneuve, qui attend un rôle au cinéma depuis 5 ans, ne veut plus attendre. Prenant les devants, elle prépare un projet qu'elle a baptisé N'a rien. Il s'agit de réunir les professionnels du cinéma (scénariste, réalisateur, acteurs, cameramen, producteur, cameraman, monteur...) qui acceptent de travailler gratuitement à la réalisation de films à petit budget, en se cotisant, si nécessaire. Le premier film qui sortira de cette association deviendra un capital à vendre, pour pouvoir faire d'autres films dans le même calibre, sans que les professionnels réunis déboursent encore de l'argent. "Si on travaille dur, on va réussir", affirme Deneuve Djobong, avec un étonnant optimisme.

Stéphanie Dongmo

haut de page


   liens films

Cercle des pouvoirs (Le) 1997
Daniel Kamwa, Jules Takam

Confidences 2006
Cyrille Masso

Déchirure (La) / Tear (The) 2006
Alphonse Béni

Fragments de vie [réal: F. Woukoache] 2000
François Woukoache


   liens artistes

Béni Alphonse


Bvouma Edouard Elvis


Djobong Deneuve


Fomogne Gabriel


Kamwa Daniel


Masso Cyrille


   liens structures

Goethe-Institut Yaoundé (Centre Culturel Allemand de Yaoundé)
Cameroun | Yaoundé

Malo Pictures
Cameroun | YAOUNDÉ-MESSA

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cet entretien :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>