actuellement 18056 films recensés, 3107 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Pélagie Ng'onana
publié le
13/10/2014
films, artistes, structures ou événements liés à cette analyse
les commentaires liés à cette analyse

Arice Siapi, Déléguée générale du FIFMI


Pélagie Ng'onana (Africiné)




L'acteur camerounais Gérard Essomba (scène du film Le Président, de J-P Bekolo)


Le Décorateur camerounais Saint-Père Abiassi (c) culturebene.com


Jean-Marie Mollo Olinga, parrain 2012 du Fifmi

retour
 
Fifmi 2014
La 4ème édition tisse une collaboration sous régionale
Le Festival international du film mixte au Cameroun fait également un focus sur l'immigration clandestine.

Le Festival international du film mixte (Fifmi) veut capitaliser cette édition. Cet autre rendez-vous du 7ème art au Cameroun se tient du 15 au 19 octobre 2014 à Ngaoundéré, capitale régionale de l'Adamaoua, porte d'entrée de la partie septentrionale du pays. "Cinéma et collaboration sous régionale : cas Tchad-Cameroun", est la thématique qui porte le Fifmi 2014 ; et se matérialise par un colloque et une délégation de cinéastes tchadiens présente au festival. " Ils y seront avec des films, surtout ceux tournés au Cameroun, à la frontière entre les deux pays. Le public pourra apprécier les similitudes mais aussi les différences entre les deux peuples", relève la déléguée générale, Arice Siapi. Une collaboration qui, dans le fond, nourrit des projets de coproduction entre cinéastes des deux pays.

Dans cette partie du pays où les festivals de cinéma sont une denrée rare, le Fifmi se veut une plate-forme de réflexion pour les professionnels qui, très souvent, manquent de cadre de débat sur les réalités et l'avenir de leurs métiers.
Pour mieux capitaliser ce moment, les organisateurs s'appuient sur des expositions, ateliers, débats et excursions touristiques. A côté des projections qui visent à promouvoir la production et la consommation du cinéma local.

Les participants vont approfondir leurs notions sur l'audiovisuel, le maquillage, l'infographie et la sérigraphie. L'atelier sur le jeu d'acteur sera animé par le comédien Gérard Essomba et ceux intéressés par la décoration seront entre les mains de Saint père Abiassi, décorateur réputé du pays. L'Association des critiques de cinéma (Cinepress) tiendra une rencontre avec des cinéastes et journalistes pour poursuivre la discussion sur la place de la critique et les rapports critiques-cinéastes.

Soutenues par les Alliances franco-camerounaises de Garoua et Ngaoundéré, les projections se feront quasiment en plein air. Devant une salle de cinéma abandonnée, à la place de l'indépendance, à l'esplanade de la gare voyageur et devant la maison du parti.

Cette année, les activités se déroulent sous le regard bienveillant de la marraine Soumayatou Abbo Dawa, femme d'affaires de la région. Elle succède à Jean-Marie Mollo Olinga, parrain de l'édition 2012. 2013 a manqué sa sortie pour cause de tournage de la promotrice, qui est par ailleurs réalisatrice-productrice. Arice Siapi était en plein tournage de la première saison de sa série Atchaba (Moto taxi), toujours à Ngaoundéré. Le Fifimi 2014 s'attarde également sur l'émigration clandestine, en livrant un panorama de films ayant traité de ce fléau qui handicape l'Afrique.

Pélagie Ng'onana

haut de page





   liens artistes

Abiassi Saint-Père


Essomba Gérard


Mollo Olinga Jean-Marie


Siapi Arice


haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette analyse :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>