actuellement 18129 films recensés, 3151 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Saïdou Alceny Barry
publié le
03/02/2015
films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
les commentaires liés à cette critique



Alcény S. Barry (revue Africiné)

retour
 
Warda, la passion de la vie, de Mahmoud Jemni
Portrait d'une Femme courage !

Dans ce court documentaire de 2014, le réalisateur tunisien Mahmoud Jemni filme Warda Afi, une jeune artiste atteinte d'un cancer. Par l'art de la gravure, cette femme résiste au mal et donne une vraie leçon de courage. Par l'art du cinéma, Jemni sculpte le portrait d'une femme courage très touchante.
J'ai rencontré Mahmoud Jemni sur un trottoir de Carthage devant le Théâtre national après une soirée cinéma éprouvante lors des JCC 2014. C'est un homme au physique frêle, un béret vissé sur la tête et une fine moustache. Sexagénaire ou septuagénaire mais avec la fraîcheur de l'éternel ado. C'est le propre des enseignants et des créateurs et il fut l'un et l'autre.

Enseignant dans une première vie, retraité depuis et critique, producteur et réalisateur de cinéma actuellement. Il avait beaucoup de mots dans la bouche, j'avais beaucoup de sommeil dans les yeux. Il disait que l'enseignement était le plus beau métier du monde, je pensais qu'il était le plus ingrat. Il voulait aussi parler de ses films, de ceux de René Vautier dont il fut l'assistant sur quatre réalisations.

Mais j'aspirais au repos du corps, à l'appel de mon lit pour me glisser dans les plis du sommeil. Un taxi l'a emporté dans la nuit, tandis que je rejoignais mon hôtel. Ce fut une rencontre inachevée. Un dialogue mal entamé et vite interrompu.

Et plus tard j'ai vu son dernier film documentaire, un court métrage : Warda, La passion de la vie. J'aurai voulu parler de ce documentaire avec le réalisateur. Voilà le sujet qui nous aurait permis de traverser la nuit, à moi de tenir la bride à mon sommeil, pour un vrai échange autour du cinéma et de son film.

Warda (La passion de la vie) from Mahmoud Jemni on Vimeo.



Warda, c'est la passion au double sens de souffrance acceptée et d'amour de la vie. Pourtant ce n'est pas un film sur la souffrance, bien au contraire Warda est un film solaire sur un sujet douloureux, une maladie crépusculaire. Warda est un soleil qui jette une lumière sur le monde de la maladie et donne de la couleur à tous les aspects sombres de celle-ci. Il y a une telle lumière en elle qu'elle irradie le film.

Jeune femme qui découvre qu'elle a le cancer de sein, nouvelle qui normalement fait s'écrouler un monde mais Warda est une femme debout, elle redresse la tête et affronte le mal. Malgré la batterie d'examens, la chimio qui fait tomber les cheveux, les produits qui déforment le visage et l'hôpital qui devient un passage obligé.

L'omniprésence du couloir blanc de l'hosto [hôpital, ndlr] avec son halo immaculé et froid dans le film en fait une sorte d'univers infra-terrestre. Elle résiste, à travers l'art et le sourire. Le sourire de Warda qui illumine le visage et lui donne l'éclat qui fait oublier tout le reste. De dents qui mordent dans la vie comme dans une grenade mûre pour en savourer le suc avec avidité. Warda est artiste. Elle crée, s'oublie dans la création et trouve un exutoire face au cancer.

Mahmoud Jemni filme sans pathos cette histoire douloureuse. La caméra est très proche de Warda mais jamais elle n'est voyeuse. Le film opère de la périphérie vers le centre en allant au plus près de cette jeune vie. Une démarche progressive de dévoilement fait entrer le spectateur dans l'intimité de Warda comme un visiteur qui passerait du salon à la chambre. En effet, le film s'ouvre sur des mains qui travaillent la gravure avant de découvrir un visage de femme. Bien maquillé avec des grands yeux blancs aux longs cils soyeux. Et petit à petit, l'image se décompose, la coquetterie n'est que d'apparence.

Ainsi, tombe la chevelure qui n'est que perruque, les fards s'estompent et laissent un visage nu, un crâne chauve. Mais demeure la beauté. Celle des héroïnes. De celles qui sont au-delà de la beauté physique, de l'accessoire : la force intérieure. Celle qui sourit à la mort et à la vie. Celle qui trace une route de lumière en gravissant le Golgotha.

D'ailleurs, de route, il est toujours question dans ce film car entre deux séquences sur Warda et son entourage, on revient toujours vers une autoroute bordée d'oliviers avec au fond une montagne. Métaphore de la vie de Warda, la grand‘route est mouvement, refus de la prostration et de l'enfermement, cheminement vers le lointain, vers l'aventure. Warda pousse sa vie devant soi avec pétulance comme un Sisyphe heureux.

Juste avant la dernière image de Warda figée dans un grand éclat de rire, il y a la séquence de l'autoroute qui déroule son ruban d'asphalte dans le soir avec dans le fond le soleil qui luit comme une pièce d'or et éclabousse l‘horizon de ses coulures d'or et de cuivre. Aurore ou Crépuscule ? On est certain de rien, sauf que le soleil est toujours là. Donc un film solaire jusqu'au bout.

Mahmoud Jemni a commis un beau docu sur la volonté de vivre. Où la puissance de vie dissout le funeste de la maladie. Sans doute que Warda résonnera dans la mémoire du cinéphile comme un autre nom pour dire le courage ?

Alcény BARRY

Tags : film africain, cinéma arabe, film arabe, cinéma africain.

haut de page


   liens films

Warda - وردة 2014
Mahmoud Jemni


   liens artistes

Chems Eddine Ali


Jemni Mahmoud


   vnements

08/03/2014
projection |Tunisie |
Warda, de Mahmoud Jemni, 2014, Tunisie - وردة
à 15 H, à El Téatro, en présence du réalisateur et de la plasticienne Warda Afi. Un film documentaire de Mahmoud Jemni, 2014, Tunisie, 26 mn.

11/10/2014 > 18/10/2014
festival |Tunisie |
Les Journées du Documentaire de Douz (JDD) - Douz Doc Days 2014
4ème session

29/11/2014 > 06/12/2014
festival |Tunisie |
Journées Cinématographiques de Carthage - JCC 2014
25ème session. Film d'ouverture : "Timbuktu" d'Abderrahmane SISSAKO (Mauritanie).

04/02/2015
cycle de cinéma |France |
Cinematunisien.com - Rencontre en l'honneur Mahmoud Jemni et en hommage à René Vautier
A 19h00. Au 23 rue du Maroc, PARIS 19ème. Entrée gratuite. En présence du réalisateur tunisien Mahmoud Jemni.

18/02/2015 > 22/02/2015
festival |Tunisie |
Rencontre Annuelle des Réalisateurs de Films Tunisiens (RAFT 2015)
4ème édition. Hommage : Ahmed Lekhchine, René Vautier (alias "Férid Dendeni"), Naceur Kasraoui et Omar Jaziri. Figures du cinéma : Tahar Chériaa & Ahmed Attia.

21/05/2015 > 23/05/2015
festival |Tunisie |
Tunis Tout Court 2015
9ème session. A la Maison de la Culture Ibn Rachiq, Tunis.

   liens structures

ASCRIC-B
Burkina Faso | OUAGADOUGOU

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>