actuellement 18088 films recensés, 3138 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Annick R. Kandolo
publié le
16/03/2016
films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
les commentaires liés à cette critique



Annick R. Kandolo (magazine Africiné)


Habibou Zoungrana, réalisatrice burkinabèe


Scène du film


Scène du film


Bernadette SANOU DAO, poétesse burkinabèee




Africiné Magazine, the World Leader (African & Diaspora Films)

retour
 
Quelqu'un à la porte, de Habibou Zoungrana
Court, simple et efficace !
Journées Cinématographiques de la Femme Africaine - JCFA 2016

Projeté le 5 mars dernier dans le cadre des 4es Journées Cinématographiques de la Femme Africaine, le film Quelqu'un à la porte est un court-métrage réalisé par Habibou Zoungrana. Cette fiction de huit minutes, inspirée du poème "Une visite embarrassante" de Bernadette Dao-Sanou, est un coup de projecteur, bref certes, mais interpellateur sur une société aux inégalités criantes, faite de bombance absurde d'un côté, et de misère innommable de l'autre.

Sans ambages, le film campe le décor dès l'ouverture. Images de quartiers populaires avec leurs tas d'immondices et images du quartier huppé Ouaga 2000 s'alternent. Très vite le contraste est établi. Et il s'intensifie avec un enchaînement de plans présentant des talibés [mendiants, ndlr] dans une ruelle, visiblement, d'un quartier "non loti" auxquels s'opposent ceux de la paisible villa, où vivent une dame et son fils.
Dans cette demeure, le jeune garçon et sa maman "nagent", littéralement, dans une luxuriance quasi outrancière ; tandis qu'un groupe de mendiants errent à la recherche de la pitance quotidienne.

Un choix simple, presque classique, pour porter sur toile une image. Celle d'une société où richesse extrême côtoie misère extrême. Ici la demi-mesure n'a pas sa place. Sur un ton empreint d'humour, mais aussi de gravité, la réalisatrice décrit cette situation qui, projetée sur une échelle plus grande, reflète bien l'état du monde actuel. En effet, les études sur la répartition des richesses mondiales ne révèlent-elles pas le fossé abyssal, qui ne cesse de se creuser, entre riches et pauvres ? D'une part, ceux qui ont amassé, continuent d'amasser au point de ne plus savoir ce qu'il faut faire de leurs fortunes. Et Habibou Zoungrana l'illustre parfaitement quand elle met en scène ce petit garçon qui, invité à prendre son petit-déjeuner, se retrouve face à une table tellement garnie qu'au lieu de manger il s'empiffre sous le regard attendri de sa mère.
D'autre part, ceux qui n'ont rien et à qui on refuse le minimum vital. En témoigne le refus de la maîtresse de la villa de donner à manger à un "garibou" qui ne demande que cela à la porte.

Eh oui, bienvenue en "Absurdie" ! Pour emprunter le mot à Stéphane De Groodt, cet humoriste et écrivain belge. L'"Absurdie", ce pays où la disette humaine est en passe de devenir la chose la mieux partagée. Mais ne dit-on pas, heureusement, que "tant qu'il y a la vie, il y a l'espoir" ? En tout cas, la réalisatrice y croit fermement quand on considère la chute de son film. Attirée une nouvelle fois par Quelqu'un à la porte, la maman ne peut plus nier l'évidence. Et c'est toute la force de ce court métrage de moins de dix minutes : mettre à nu l'évidence, réalisant ainsi, un des souhaits de l'auteure de l'idée originale du film, Bernadette Dao/Sanou. Dans une interview accordée en octobre 2004 au journal en ligne Lefaso.net, l'écrivaine et poétesse burkinabèe disait ceci : " …Je voudrais qu'on n'ait plus l'excuse de ne pas être au courant". Plus encore, "Ce que je souhaite, confie-t-elle, c'est qu'en refermant chacun de mes livres, le lecteur reste pensif et se dise : et si je faisais ceci ou cela pour que ça change". C'est exactement ce qui arrive avec la patronne de la villa qui, troublée par la cruelle réalité de ceux qui sont extrêmement démunis, demande à son serviteur de donner les restes de la veille au petit mendiant à la porte. Son attitude pensive qui referme le film a la magie de contaminer le cinéphile quand apparaît le générique de fin.

Annick Rachel KANDOLO
(ASCRIC-B)

Une initiative de l'Ascric-B (Ouaga), dans le cadre des Journées Cinematographiques de la femme africaine de l'image - JCFA 2016.

haut de page


   liens films

Quelqu'un à la porte 2015
Habibou Zoungrana


   liens artistes

Sanou Dao Bernadette


Zoungrana Habibou


   vnements

04/03/2016 > 07/03/2016
festival |Burkina Faso |
Journées Cinematographiques de la femme africaine de l'image - JCFA 2016
4e édition.

   liens structures

ASCRIC-B
Burkina Faso | OUAGADOUGOU

FESPACO
Burkina Faso | Ouagadougou 01

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>