actuellement 17682 films recensés, 2971 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Djia Mambu
publié le
18/10/2016
films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
les commentaires liés à cette critique



Djia Mambu (Africiné Magazine)


Mahamat-Saleh Haroun, réalisateur tchadien


Scène du film


Scène du film


Scène du film


Scène du film


Scène du film


Scène du film


Scène du film


Toronto 2016


Namur 2016


Africiné Magazine, the World Leader (African & Diaspora Films)

retour
 
Hissein Habré, de Mahamat-Saleh Haroun
Une tragédie universelle


Le 30 juin 2013, l'ancien dictateur tchadien Hissein Habré est arrêté au Sénégal où il s'était retiré et avait refondé une famille il y a une vingtaine d'années. Il sera jugé à Dakar pour les crimes de torture commis par l'entremise de la DDS - Direction de la Division et Sécurité (une police spéciale qu'il avait instauré une fois arrivé au pouvoir en 82 jusqu'aux années 90). Hissein Habré qualifiera de "parodie de justice" sa condamnation en 2016 par le tribunal spécial panafricain de Dakar.






Le documentaire s'ouvre sur Mahamat-Saleh Haroun rédigeant une lettre dans laquelle il tente de se remémorer cette période qui a bouleversé son pays et les siens. Le cinéaste tchadien n'était alors qu'adolescent.
Suivra une séquence des plus tendues. Un survivant tente de réconcilier une autre victime et son ancien bourreau. Celui-ci se fige quelque peu en justifiant qu'il ne faisait qu'exécuter les ordres. Ces raisons ne suffisent pas à la victime qui visiblement porte encore les séquelles physiques et mentales de ce qu'on a pu lui infliger. Malgré le témoignage du martyre, l'ancien tortionnaire peine à s'excuser. Un simple pardon qui pourrait pourtant déboucher sur le début d'une thérapie par exemple. Cette longue scène parvient à illustrer les effets du système encore aujourd'hui. Elle prouve comment ce système a usé des uns contre les autres.

Une réconciliation est-elle possible avec cette méthode de confrontation ? Dix ans après le génocide des Tutsis contre les Hutus, le Rwanda mettait en place la Gachacha, un tribunal local au cours duquel les survivants participaient à proximité au procès de leurs bourreaux. Quid du suivi psychologique ? Au lendemain du régime d'Hissein Habre, le pays ne comptait qu'un seul psychiatre…

"Cette barbarie qui existe en Afrique, qu'est-ce qu'on en fait ? On la montre, nous cinéastes ?"

4415 victimes. C'est ce que pèse l'association des Victimes des Crimes du Régime de Hissein Habre qui a constitué les dossiers pour le poursuivre devant les tribunaux. Elle est représentée par l'avocate Jacqueline Moudeina, une connaissance d'Haroun. Elle lui mènera vers Clément Abaifouta, un des survivants de l'association, celui-là même qui a tenté la réconciliation entre la victime et son bourreau en séquence d'ouverture. Il introduira à Haroun quelques victimes, principalement des hommes car il est encore très difficile de faire témoigner des femmes. La plupart n'ont jamais avoué avoir été violées. Toutefois, plusieurs témoignages n'ont pas pu être pris en compte selon le réalisateur : "Beaucoup n'ont pas pu aller jusqu'au bout dû aux troubles psychologiques et séquelles physiques, dit-il, Certains propos ne faisaient pas de sens donc n'étaient pas utilisables".






"Cette barbarie qui existe en Afrique, qu'est-ce qu'on en fait ? On la montre, nous cinéastes ?", s'interroge le cinéaste non sans songer à d'autres cas de dictature comme l'Ethiopien Mengistu Haile Mariam qui a trouvé refuge au Zimbabwe ou le Congolais Mobutu Sese Seko au Maroc.

Hissein Habre, une tragédie tchadienne de Mahamat Saleh Haroun est un documentaire qui part du point de vue des victimes, et non du point de vue des activistes. Une œuvre qui va contribuer à ce que la nouvelle génération redécouvre ce désastre d'il y a 30 ans.

Djia Mambu,
Septembre 2016
(À Toronto et à Namur)

haut de page


   liens films

Hissein Habré, une tragédie tchadienne 2016
Mahamat-Saleh Haroun


   vnements

11/05/2016 > 22/05/2016
festival |France |
Festival de Cannes 2016
69e édition.

15/07/2016 > 23/07/2016
festival |Cameroun |
Ecrans Noirs 2016
20ème édition. Thème : "Festivals et promotion du cinéma".

08/09/2016 > 18/09/2016
festival |Canada |
Festival International du Film de Toronto (TIFF 2016)
41ème édition.

21/09/2016 > 24/09/2016
projection |Sénégal |
Ciné droit Libre - Dakar 2016
3ème édition.

28/09/2016 > 14/10/2016
festival |France |
Festival Francophonie Métissée 2016
Cinéma, Danse, Littérature, Musique, Théâtre

30/09/2016 > 06/10/2016
festival |Belgique |
FIFF - Festival International du film francophone de Namur 2016
31ème édition

28/10/2016 > 05/11/2016
festival |Tunisie |
Journées Cinématographiques de Carthage - JCC 2016
27ème édition

   liens structures

Doc & Film International
France | PARIS

Goï Goï Productions
Tchad | N'Djaména

IDFA Bertha Fund
Pays-Bas | Rotterdam

Pili Films
France | PARIS

Vanuit het Zuiden (Depuis le Sud)
Pays-Bas | AMSTERDAM

haut de page

   vidos
   

 

Hissein Habré, une tragédie tchadienne - Extrait 1
extrait

 

 

Hissein Habré, une tragédie tchadienne - Extrait 3
extrait

 

 

Hissein Habré, une tragédie tchadienne - Extrait 2
extrait

 

 

Hissein Habré, une tragédie tchadienne - Extrait 4
extrait

 
   


   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>