actuellement 18202 films recensés, 3176 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Mouktar Sobi
publié le
19/11/2016
films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
les commentaires liés à cette critique



Mouktar Sobi (Africiné Magazine)


Camille Sarret, réalisatrice française


Martha Diomandé, Ivoirienne expatriée à Rennes


La Forêt sacrée


La Forêt sacrée


La Forêt sacrée


La réalisatrice Camille Sarret


Jean-François Le Corre, producteur du film


Projection le 19 Nov 2016, Saint-Germain sur Ille


Lumières d'Afrique 2015 (Besançon)


Vues d'Afrique 2016 Montréal


Ecrans Noirs 2016 Yaoundé


Africlap 2016, Toulouse.


Vivement Lundi ! (Coproduction, Distribution et Edition DVD)


TVR35 (Coproduction - Diffusion Télé)


Africiné Magazine, the World Leader (African & Diaspora Films)

retour
 
La Forêt sacrée, de Camille SARRET
Un retour vers le tabou


Martha DIOMANDÉ est originaire de la tribu des Yacoubas dans le nord de la Côte d'Ivoire. Comme toute femme de sa génération et en yacouba authentique, elle est excisée. Mais à son âge adulte elle réalise le mal que peut causer ce rituel coutumier déjà millénaire, et qui est pratiqué dans quasiment toute la partie nord de l'Afrique, partant du lac du Tchad.






Ancienne journaliste de TV5 Monde et réalisatrice de LA FORÊT SACRÉE, Camille SARRET accompagne le personnage, Martha, de Rennes (Nord-Est de la France) jusqu'au village de Kabakouma dans la préfecture de Mann en Côte d'Ivoire. Dans ce petit village perdu dans la forêt, le personnage revient vers un souvenir qui a construit sa personnalité de femme et qui a aussi détruit la source de ses plaisirs féminins. En militante stratège, Martha veut abolir la pratique des mutilations génitales sans déposséder son peuple d'un rite qui est une trace de son identité.

Vers un rituel inoffensif

Camille pose à travers son film la question de savoir comment faire pour retirer les vices et garder les vertus du rituel d'excision. Pour ouvrir les populations de ce petit village dans la forêt au débat, toute démonstration de force est d'office vouée à l'échec en tant que stratégie. Alors peu à peu le spectateur découvre une Martha intelligente et tacticienne qui exprime sa gratitude aux siens pour lui avoir permis d'être femme à leur façon. Puis elle lance le débat sur l'excision dont tous les maux sont mis à nu face à une assistance qui le comprend aussi bien. Puis l'option de Martha sera approuvée par tous. Est-ce ici la voie pour une thérapie dans la lutte contre le mal de l'excision ? Ce rituel pourrait ainsi juste devenir un patrimoine culturel dédié au rite initiatique plus tôt que demeurer une pratique barbare.

Un film qui parle seul

Cela semble devenir la norme dans la pratique du documentaire que le fait de délaisser le commentaire en off. Comme Hassim-Tall BOUKAMBOU dans Révolutionnaire(s), Camille repose tout le discours de son film sur les dialogues des personnages. Les images qui parlent seules, constituent toute la progression du film, où le spectateur est laissé libre de se faire son opinion face aux interviews, aux scènes et à la structure du montage.

La symbolique des plans

LA FORÊT SACRÉE est un film qui a su mettre l'essentiel de son contenu thématique entre deux plans dominants : le gros plan sur le visage pour entrer dans les émotions des personnages et le plan d'ensemble pour ramener constamment le spectateur aux différents endroits qui sont les sources des émotions de ces personnages. Par contre les lumières du jour seront utilisées pour appuyer l'espoir d'une illumination nouvelle souhaitée dans les mœurs de ce peuple yacouba. Vivement que le caractère barbare de ce rite cède la place à un rituel humaniste.

par Mouktar M. SOBI

haut de page


   liens films

Forêt sacrée (La) 2015
Camille Sarret


   liens artistes

Le Corre Jean-François


Sarret Camille


Tall Boukambou Hassim


   vnements

05/11/2015 > 15/11/2015
festival |France |
Festival Lumières d'Afrique 2015 (Besançon)
15è édition. Hommage à Omar Charif

17/04/2016 > 24/04/2016
festival |Canada |
Vues d'Afrique : les Journées du cinéma africain et créole de Montréal 2016
32e édition

15/07/2016 > 23/07/2016
festival |Cameroun |
Ecrans Noirs 2016
20ème édition. Thème : "Festivals et promotion du cinéma".

31/08/2016 > 04/09/2016
festival |France |
Festival Africlap 2016
3ème édition. Festival des cinémas d'Afrique à Toulouse.

19/11/2016
cycle de cinéma |France |
Saint Germain sur Ille #Projection de La Forêt Sacrée
A 20h30, salle communale de Saint Germain sur Ille, en présence de la réalisatrice Camille SARRET. Prix libre.

   liens structures

Cinépress
Cameroun | Yaoundé

TV Rennes 35 (TVR35)
France | RENNES

Vivement Lundi !
France | RENNES

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>