actuellement 17682 films recensés, 2971 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Hassouna Mansouri
publié le
10/02/2017
films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
les commentaires liés à cette critique



Hassouna Mansouri (Africiné Magazine)


Ala Eddine Slim, réalisateur tunisien


Scène du film


Scène du film


Scène du film


Scène du film


Jawher Soudani, acteur


Fathi Akkari, acteur


Exit Productions


SVP Production


Madbox Studios


Inside Productions


Still Moving


Mohamed Ismail Louati (alias Ismaël), producteur délégué et exécutif





retour
 
The Last of us, Akher wahed fina, d'Ala Eddine Slim
The Last of Us ne sera pas le dernier
46è Festival international du film de Rotterdam (25 janvier - 05 février 2017)


Après son doublé - Prix Luigi de Lorentis (pour le Meilleur Premier film) et Prix Mario Serandrei (pour la Meilleure Contribution technique, 31è Semaine de la Critique) - au Festival de Venise 2016, passant par la compétition pour les premières oeuvres aux JCC, Akher Wahed fina (The Last of Us) de Ala Eddine Slim continue son odyssée mondiale en faisant le tour des festivals les plus en vue. A Rotterdam, il n'est pas passé inaperçu : une salle comble lors de la première projection et une ovation accompagnée d'un débat avec un public intéressé. Au-delà, les voies des choix des jurys restent impénétrables.






Ce film, dit à petit budget, impose le respect au-delà du misérabilisme que certains voudraient lui coller. Un film coûte ce que l'on veut que cela coûte. Mais si par petit budget on entend indépendant, certes Ala Eddine se veut effectivement comme tel. Plus même, comme certains de ses textes fulminés qu'il publie en guise de coup de colère contre un système de production en impasse, son film est un manifeste. Il y a mis une vision de la société, une lecture de l'actualité et une manière insolite et insolente de faire du cinéma.
Il y a toute une telle logorrhée autour de l'émigration clandestine, qu'il n'est presque plus possible de faire un film qui en parle. A moins que l'on aille au-delà du phénomène et que l'on tienne un discours plus subtile et plus profond en l'inscrivant dans une vision du monde. En travaillant sur des notions de base comme le temps et l'espace, Slim s'éloigne complètement des idées galvaudées et surprend le spectateur par une sorte de détachement, élévation intellectuelle et spirituelle l'amenant à remettre tout en question. Ce faisant, et épuré de tous les clichés auxquels on s'attendrait, le film s'ouvre sur un champs indéfini mais en même temps plein de significations.

Ala Eddine donne du temps au temps. Ceci n'est pas nouveau chez lui. Dans Babylone, un film sur l'exode des travailleurs émigrés en Libye après la chute du régime de Mouamar El Khadafi, la manière de poser la caméra allait de pair avec cette idée du temps qui est en arrêt pour tous ces milliers de personnes au destin inconnu. Il en est de même de ce jeune homme venu de nulle part, même si l'on suppose qu'il serait d'origine subsaharienne. Il jaillit du creux du désert comme du néant. Direction le Nord. Dans ses pérégrinations partant du sud tunisien vers la banlieue de la capitale, point de passage vers la rive nord de la Méditerranée, le champ de la caméra s'emplit d'images d'une Tunisie moderne où tout semble fonctionner normalement. Après une tentative de traversée, le jeune homme se retrouve dans un trou à côté d'un cadavre de fauve piégé comme lui. Blessé, il s'endort de douleur et de fatigue.
Suit alors une scène d'anthologie. A l'aide d'une corde qu'on lui a tendue, le jeune homme remonte l'abysse. Il est exténué et couvert de boue. Il rampe et s'accroche au sol mouillé incapable de se redresser, il s'abat le visage dans la boue comme pour fondre dans la terre. Il se réveillera plus tard dans la hutte d'un vieillard qui lui a donné gite et qui lui offre à manger. Cette représentation de la renaissance du personnage comme s'il sortait du ventre de la terre est un grand tournant dans construction du film.

Suit alors un parcours initiatique à la Apichatpong Weerasethakul [réalisateur thaïlandais, Ndlr], un cinéaste tout aussi indépendant habité par le soucis de réhabiliter les textes fondateurs de la culture thaïlandaise. Il y a en effet du Hayy Ben Yaqdhân [roman philosophique d'Ibn Tufay, 12ème siècle, Ndlr] dans Akher wahed fina. Entre ici et ailleurs, Ala Eddine Slim aménage un lieu en dehors du temps et au delà de l'espace où l'apprentissage de la vie se fait dans un rapport au monde dont la philosophie est que chez soi est tout simplement là où l'on est. Entre la frustration du moment dans le pays d'origine et le fantasme d'un future hypothétique dans l'ailleurs méconnu, il y a la sagesse du hic et nunc, l'ici et maintenant qui pourrait se traduire dans le film par ici est partout (hic est ubique). Entre la fuite du malheur d'origine et l'aspiration à l'inconnu, ce jeune homme venu de nulle part oublie le bonheur fantasque qui le poussait vers une fin tragique. Dans cette forêt idyllique, il réapprend le goût de la vie de la même manière que Ala Eddine Slim invente son cinéma en dehors des sentiers battus du financement du cinéma en Tunisie.

C'est là que réside le sens de la démarche cinématographique de ce groupe de jeunes cinéastes et producteurs réunis par nécessité ou par choix autour d'une idée de cinéma. Se retrouvant en dehors du système de production, ils prennent le taureau par les cornes, ne baissent pas les bras, ne font pas de concessions et font du cinéma l'aventure de leur existence en y mettant ce qu'ils ont. Faire du cinéma, et du cinéma qui compte, n'exige pas nécessairement de fondre dans le moule du statu quo. Pour faire du nouveau, il faut avoir le courage de sortir, de quitter le confort du système, car c'est dans la périphérie, dans les espaces non balisés que l'imagination prend tout son envole. La pertinence de Ala Eddine Slim c'est que non seulement son film obéît aux conditions de sa production, mais il en est même l'allégorie.

par Hassouna Mansouri

haut de page


   liens films

Last of Us (The) / Akher Wahed Fina 2016
Ala Eddine Slim


   liens artistes

Ismaël


Akkari Fathi


Ben Ali Omar


Chawki Knis


Hassouna Ali


Laaridhi Kamel


Messadi Amine


Slim Ala Eddine


Soudani Jawher


Taleb Moncef


   vnements

31/08/2016 > 10/09/2016
festival |Italie |
Mostra de Venise 2016 (Venezia 73)
73ème édition.

28/10/2016 > 05/11/2016
festival |Tunisie |
Journées Cinématographiques de Carthage - JCC 2016
27ème édition

04/11/2016 > 12/11/2016
festival |Italie |
MedFilm Festival 2016
22ème édition.

16/11/2016 > 16/12/2016
festival |France |
Maghreb des Films 2016
8ème édition. Une plongée dans le meilleur du cinéma Maghrébin

20/01/2017 > 29/01/2017
festival |Suisse |
Festival Black Movie 2017
18ème édition. Geneva International Independent Film Festival.

25/01/2017 > 05/02/2017
festival |Pays-Bas |
Festival International du Film de Rotterdam 2017 (IFFR)
46ème édition

31/03/2017 > 07/04/2017
festival |Allemagne |
ALFILM - arabisches Filmfestival Berlin 2017
8ème édition. Festival du film arabe de Berlin.

12/04/2017 > 15/04/2017
festival |France |
Festival Cinémas du Sud 2017
17ème édition

27/04/2017 > 06/05/2017
festival |Espagne |
FCAT 2017 - Festival du Cinéma Africain de Tarifa et Tanger
14ème édition.

09/09/2017 > 15/09/2017
festival |Algérie |
Rencontres cinématographiques de Bejaia 2017
15ème édition.

10/11/2017 > 17/11/2017
festival |France |
XVème Festival des Cinémas d'Afrique du Pays d'Apt
Fictions, Documentaires, Courts-métrages

11/01/2018 > 27/01/2018
festival |France |
Festival Maghreb si loin si proche... 2018
21e édition du festival

28/06/2018 > 06/07/2018
festival |France |
Festival des cinémas arabes 2018
1ère édition. Longs et courts métrages en compétition, documentaires et fictions, hommages, ateliers, rencontres...

   liens structures

Doha Film Institute (DFI)
Qatar | DOHA

Exit Productions
Tunisie | TUNIS

Hubert Bals Fund
Pays-Bas | ROTTERDAM

Inside Production
Tunisie | Tunis

Madbox Studios
Tunisie | Tunis

Potemkine Films
France | PARIS

Still Moving
France | PARIS

SVP Production
Tunisie | TUNIS

Vanuit het Zuiden (Depuis le Sud)
Pays-Bas | AMSTERDAM

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>