actuellement 18129 films recensés, 3145 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Sihem Sidaoui
publié le
26/01/2018
films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
les commentaires liés à cette critique

Sihem Sidaoui, rédactrice à Africiné Magazine


RFDR 2017


Ala Eddine SLIM, Directeur artistique des RFDR 2017


Belhassen Handous, réalisateur tunisien


Poster The last of us de Ala Eddine SLIM






Saad Chakali, critique de cinéma et journaliste français




Ridha Tlili, réalisateur et producteur tunisien




Djamel Kerkar, réalisateur de Atlal, 2016




Abdallah Yahya, réalisateur


Taleb Moncef, ingénieur du son

retour
 
Les Rencontres du Film Documentaire de Redeyef 2017 ou le geste restitué
REDEYEF du 20-24 décembre
"Le geste consiste à exposer une médialité, à rendre visible un moyen comme tel. Du coup, l'être-dans-un-milieu de l'homme devient apparent, et la dimension éthique lui est ouverte."
Giorgio Agamben


Le cinéma nous offre le monde (plus que la société), nous dit Serge Daney. À Redeyef, cette phrase n'a cessé de résonner en moi et j'ai compris qu'il nous offre plus que le monde, il nous rend à nous-mêmes et au monde à la fois, il nous restitue nos gestes perdus.
Redeyef, c'est d'abord la terre jaune à perte de vue et le ciel bleu et blanc, une autre Tunisie dont on n'a pas l'habitude. La route vers Redeyef a été en elle-même une expérience cinématographique forte, une sorte de travelling de 6h où s'imprime de plus en plus le vide sur la rétine, où l'on passe de la société vers le monde, de la ville concrète, figurative vers les plaines et les montagnes, une étendue, un horizon de plus en plus abstrait. On se retrouve face à la terre comme astre, face à nous-mêmes sans bruit et sans artifices.

Et quelle belle idée que d'avoir songé à des rencontres cinématographiques dans ce décor originel, au sein de cette terre rebelle, rebelle de part ses paysages, rebelle de part ses habitants, ceux qui font l'Histoire mais n'en jouissent pas. Les RFDR, c'est aussi l'engagement de jeunes cinéastes et passionnés de cinéma : Ala Eddine Slim et Belhassen Handous, de jeunes venant aussi du milieu associatif : l'association Nomad 08 et celle de Rosa Luxembourg ; engagement dans la simplicité du geste, sans fracas inutiles, sans paillettes mais avec beaucoup de cœur et de convictions, engagement au plus proche de cette terre dont le paysage minimaliste offre la possibilité d'une infinité de projections. A la limite, le mot paysage n'y correspond pas, très connoté pour ce retour à l'origine de l'Histoire, à de la terre au sens cosmique du terme ; l'univers de The last of us, film du directeur artistique des Rencontres, n'est pas loin, du moins dans ce qu'il offre comme "moyen sans fin", comme geste nu, comme possibilité de reconnexion avec le monde.






Ce paysage monde, ces espaces écrans, ces "rochers ridés comme le sont les visages des hommes" - tel que l'a si bien dit Saad Chakali au cours d'une promenade entre deux projections dans un espace en dehors du temps et à la limite de la frayeur à force de beauté - résonnent bien avec les territoires filmiques de la belle programmation où écran et paysage extérieur se donnent et se redonnent la réplique, communiquent intensément : Que ce soit de manière poétique ou politique et sociale avec des films comme Forgotten de Ridha Tlili où l'on voit des jeunes de Sidi Bou Zid exprimer leur espoirs et désarrois quelques années après la révolution tunisienne. Dans la même veine politique, Vidéogrammes d'une révolution de Harun Farocki et Andrei Ujica, la révolution roumaine perd de son "événementialité" à force d'être télévisée, transformée en spectacles par moment touchant le burlesque. Son contre-champ est la fin de la première partie de La Bataille du Chili de Patricio Guzman, quand la caméra enregistre la propre mort de celui qui filme ; caméra et corps impliqués dans l'événement jusqu'à en perdre la vie. Nous sommes bien loin de la distanciation à la limite du comique. Cela se confirmera par l'héroïsme tragique d'Allende à la fin de la deuxième partie préférant le suicide à l'abandon du rêve, une mort à mille lieux de celle, télévisée, celle qu'on inflige au couple Ceausescou, annonçant la corruption à venir.

L'intelligence de la programmation, surtout avec un contexte politique comme celui de la Tunisie, a été de proposer des dispositions différentes et variées par rapport à l'événement politique voire historique ; bifurcations et virages reprenant l'histoire de l'humanité entre espoir et désespoir. La Bataille du Chili (film en trois parties durant plus de quatre heures) qui ponctue et inaugure, presque chaque jour, les projections des Rencontres est là, à mon sens, pour affirmer, confirmer, assurer la possibilité, la beauté du possible dans la résistance, résistance politique mais aussi comme nous l'ont montré d'autres films de la programmation, résistance poétique, poétique au sens de lien avec le monde, présence au monde, manière de faire avec les traumas de l'Histoire, de notre manière de faire mémoire ainsi que celle de dire le dé-sastre passé (Atlal de Djamel Kerkar) ou présent (Taste of cement de Zied Kalthoum). Comment des corps, des individus incorporent l'événement pour en rendre compte en choisissant le radicalement poétique comme dans le film de Zied Kalthoum (diffusé pour la première fois en Tunisie) où une voix, un œil nous racontent une histoire faite, non de mots mais de sons, de visages silencieux jusqu'au bout. Seule la mise en scène parle pour eux, montage alterné des chars en Syrie et des machines aliénantes auxquelles les réfugiés syriens se trouvent réduits au Liban, tentant de sortir du trou noir que la caméra reproduit jusqu'au vertige de la fin.

Désastre présent mais aussi désastre passé pris en charge par le si délicat Atlal de Djamel Kerkar qui sonde la terre, les arbres, les visages, les êtres avec la générosité du regard aimant au point de permettre une parole dont la quintessence inégalable n'est pas affaire d'écriture mais de don et d'hospitalité envers celui qui a su les regarder et les écouter jusqu'à faire ressurgir le lieu de la trace et donner voix à la césure ; hospitalité aussi au sens derridien, l'hospitalité de celui qui est reçu, qui sait recevoir.
Que ces Rencontres commencent par un magnifique concert de Abdullah Miniawy et Ahmed Salah (producteur, musiciens et compositeurs égyptiens, musique indépendante accompagnant souvent des films indépendants) en dit long sur la ligne directrice de ce beau festival autour du cinéma documentaire : nous ne sommes pas dans des territoires isolés, étanches à la vie, aux échanges. Nous sommes dans la voix, le son, la musique, la lumière rouge réchauffant Redeyef et tous les terriens présents, une présence au monde bien loin des articulations idéologiques.

La finesse avec laquelle ont été menés les ateliers "cinéma documentaire" avec Abdallah Yahya et "documentaire sonore" encadré par Moncef Taleb prolonge la démarche de la programmation. Prenant des voix, des paysages et des visages de Redeyef, projetés à la clôture, ils continuent le tissage de ce "Cinéma-Monde", nous ouvrant le monde, nous l'offrant dans ses confins, loin des images et des sons ressassés, consommés, sur-consommés. De ces films d'ateliers, je citerai Oukacha dont le personnage éponyme fait du théâtre à Redeyef une raison de vivre, mais aussi ces témoignages, ces voix sans images de personnes marginalisées et à qui on a ôté la voix, le droit de dire. Quoi de plus politique que de leur redonner voix quelque soit le médium, musique, son et ou image. Les RFDR instaurent le geste dans sa simplicité, l'art comme manière d'être dans la résistance, dans la vie, dans la résistance pour la vie.

Delta, film de Djamel Karkar, réalisé au cours de ces Rencontres, dans le cadre de Regards (où, avec Ridha Tlili, il a été invité à poser son regard sur la ville) condense toute cette beauté, celle de Redeyef et de ce qu'elle a permis de faire surgir : dans une séquence finale, à partir du paysage, nous voyons surgir un visage en surimpression dont le soleil rouge prend d'abord la forme avant d'apparaître comme visage humain, naissance de ce visage de l'astre, accompagnée d'une musique électronique résonnant avec celle du ciné-concert Le Maître et le Géant, mené par Tarek Louati. De ces Rencontres du film documentaire, de Redeyef, nous renaissons, nous en sortons plus présents au monde, plus vivants.

Sihem Sidaoui

haut de page


   liens films

Atlal 2016
Djamel Kerkar

Ceux qui restent (Those Who Remain) - ميّل يا غزيّل 2016
Eliane Raheb

Last of Us (The) / Akher Wahed Fina 2016
Ala Eddine Slim

Tounsa (Forgotten) 2017
Ridha Tlili (Ayan Ken)


   liens artistes

Chakali Saad


Farocki Harun


Guzmán Patricio


Handous Belhassen


Kalthoum Ziad


Kerkar Djamel


Miniawy Abdullah


Raheb Eliane


Slim Ala Eddine


Taleb Moncef


Tlili (Ayan Ken) Ridha


Van Der Keuken Johan


Yahya Abdal­lah


Zalila Ikbal


   vnements

20/12/2017 > 24/12/2017
festival |Tunisie |
Rencontres du Film Documentaire de Redeyef (RFDR 2017)
4ème édition.

   liens structures

Fondation Rosa Luxemburg
Allemagne | Berlin

ISAMM
Tunisie | TUNIS

Nomad 08
Tunisie | Tunis

Rosa Luxemburg Stiftung - North Africa
Tunisie | Tunis

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>