actuellement 17709 films recensés, 2978 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Hassouna Mansouri
publié le
30/05/2018
films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
les commentaires liés à cette critique

Hassouna Mansouri est Rédacteur à Africiné Magazine




Scène du film Omertà, de Mariam Al Ferjani & Mehdi Hamnane


Scène du film Omertà, de Mariam Al Ferjani & Mehdi Hamnane


Le duo Mariam Al Ferjani & Mehdi Hamnane (Omertà)


Scène du film Leila's Blues, de ismaël & Fateme Ahmadi


Scène du film Leila's Blues, de ismaël & Fateme Ahmadi


Le duo Fateme AHMADI & ismaël (Leila's Blues)


Scène du film L'oiseau bleu, de Rafik Omrani & Suba Sivakumaran


Scène du film L'oiseau bleu, de Rafik Omrani & Suba Sivakumaran


Le duo Rafik Omrani & Suba Sivakumaran (L'oiseau bleu)


Scène du film Best Day Ever, de Anissa Daoud & Aboozar Amini


Scène du film Best Day Ever, de Anissa Daoud & Aboozar Amini


Le duo Aboozar Amini & Anissa Daoud (Best Day Ever)

retour
 
Tunisia Factory, une opération de com, pas plus
Festival de Cannes (8-19 mai 2018)


Tunisia factory a ouvert la Quinzaine des réalisateurs le 9 mai 2018 à Cannes [Note 1]. Cette initiative en est à sa sixième édition : Taipei Factory en 2013, Nordic Factory en 2014, Chile Factory en 2015, South Africa Factory en 2016, Lebanon Factory en 2017. Quatre jeunes réalisateurs tunisiens se sont donc associés à quatre autres venant de différents autres pays pour écrire et réaliser quatre courts métrages de 15 minutes chacun. Ils ont été accompagnés par un groupe de producteurs locaux. Chaque année, cette opération est particulièrement attendue. La quinzaine qui a fait connaître tant de cinéastes de talents et qui sont devenus célèbres, fait de la place à de jeunes qui font leurs premiers pas. Cela reste cohérent par rapport au principe de cette section qui est la découverte de nouveaux talents. Toutefois…
L'un des arguments de la factory est de propulser la production locale. Or, les différentes éditions de cette opération ont eu lieu, jusqu'à maintenant, dans des pays où la production connaît déjà une grande dynamique. Et la Tunisie n'échappe pas à cette règle. Donc ne s'agit-il pas là plutôt de consécration plutôt que stimulation. Tout a l'air d'une volonté de vouloir se greffer sur une dynamique qui est déjà en marche. On notera ainsi que les producteurs sélectionnés pour la Tunisia factory sont ceux qui ont été derrière les grands succès du cinéma tunisiens ces dernières années. De même, les jeunes cinéastes élus occupent déjà le devant de la scène cinématographique nationale. Et les cinéastes non tunisiens sont tous engagés dans des productions personnelles en cours. Il y a lieu de se demander que peut apporter une telle opération à de tels cinéastes ?






Quel sens a le fait d'écrire à deux / quatre mains des histoires qui doivent être purement tunisiennes ? Quelle sensibilité pourrait avoir une cinéaste sri-Lankaise pour s'imprégner, à distance, d'une histoire venue d'un pays qu'il ne connait pas du tout ou à peine ? C'est le cas dans L'Oiseau bleu de Rafik Omrani (Tunisie) et Suba Sivakumaran (Sri Lanka). Quand on ne connaît pas un lieu, on ne peut y camper de belles histoires. Conséquence, on assiste à une histoire qui tient à peine debout. On peut considérer que certains thèmes sont universels comme dans Leila's Blues d'Ismaël Louati (Tunisie) et Fateme Hamadi (Iran). Mais là, on est plutôt face à des exercices de style, pour ne pas dire d'école, pas plus. Un scénario bien écrit mais vide quand ce n'est pas entaché d'un peu trop moralisme.

Heureusement qu'Omerta, de Meriem El Ferjani (Tunisie) et Mehdi Hamnane (France) sauve la mise. Bien que traitant de thèmes bien usés tel l'émigration illégale, il reste authentique, les deux cinéastes venant d'horizons proches et pour qui le sujet est certes familier. C'est un film sur la jeunesse tunisienne libérée dans le contexte après révolutionnaire et aspirant vers le mieux. À l'image du pays entier, il y a des forces qui empêchent l'envol. Dès les premières scènes, les personnages sont désabusés et ne se font aucune illusion d'espoir. La fin du film vient confirmer cette atmosphère d'étouffement annoncée au départ en sourdine. Après la disparition de l'un des jeunes provoquant l'embarras du groupe, ce dernier est rattrapé par des policiers qui arrivent sur la plage et qui les somment de s'arrêter. Les jeunes sont tentés de s'enfuir, seule la sœur du disparu, dont la vie devait connaître un tournant heureux, car elle devait partir étudier en France, s'arrête, se retourne et se prépare à la confrontation de la réalité. Tout est dit sur l'impasse de cette société dans ce court moment de chute finale.






Il y a du bon et du moins bon, soit. Toujours est-il, il s'agit plutôt d'une opération de production ou de communication à la limite. N'aurait-il pas été mieux de donner à ces jeunes les moyens de développer leurs propres projets que de les mettre dans des dispositifs de production qui freinent leur imagination ? Qu'on parle d'une nouvelle manière de production, semble un peu trop exagéré. Le talent a besoin de moyens de production et surtout de liberté pour raconter des histoires authentiques qui lui ressemblent. Les astuces de production ne manquent pas. Que celle de la Factory soit présentée comme un truc génial, j'en suis peu convaincu.

par Hassouna Mansouri

Les 4 films composant Tunisia Factory sont projetés le 30/05/18, à 19h00, dans le cadre de la Reprise de la Quinzaine des Réalisateurs 2018, au Forum des Images, Paris.

[Note 1] Le jour de la Première Mondiale à Cannes, le 09 mai 2018, les 4 films ont démarré au cinéma, dans plusieurs salles tunisiennes. Le Programme Tunisia Factory est distribué par Hakka Distribution.

haut de page


   liens films

Best day ever - خوذو عيني 2018
Anissa Daoud, Aboozar Amini

Leila's Blues- ليالي ليلى
Fateme Ahmadi

Oiseau bleu (L') - العصفور الأزرق 2018
Rafik Omrani, Suba Sivakumaran

Omertà - قانون الصّمت 2018
Mariam Al Ferjani, Mehdi Hamnane

Tunisia Factory 2018
Anissa Daoud, Ismaël , Rafik Omrani, Mariam Al Ferjani, Mehdi Hamnane, Fateme Ahmadi, Suba Sivakumaran, Aboozar Amini


   liens artistes

Ismaël


Ahmadi Fateme


Al Ferjani Mariam


Amini Aboozar


Attia Habib


Ayari Montassar


Barhoumi Nassib


Ben Ali Omar


Ben Messaoud Rym


Ben Miled Aicha


Chaabane Lina


Chérif Imen


Daoud Anissa


Frémaux Thierry


Grati Marwan


Hamnane Mehdi


Landolsi Fares


Marzouk Imed


Mechkene Khaled


Nasraoui Salha


Omrani Aymen


Omrani Rafik


Sivakumaran Suba


Thabet Riadh


Thabet Selma


Waintrop Edouard


Welinski Dominique


Zaied Mohamed Kaïs


   vnements

08/05/2018 > 19/05/2018
festival |France |
Festival de Cannes 2018
71e édition.

24/05/2018 > 03/06/2018
cycle de cinéma |France |
Reprise de la Quinzaine des Réalisateurs 2018
Au Forum des Images, Paris.

   liens structures

Association Française du Festival International du Film de Cannes
France | Paris

Cinétéléfilms
Tunisie | Ariana / Tunis

DW
France | Paris

Hakka Distribution
Tunisie

Nomadis Images
Tunisie | La Marsa

Objectif
Tunisie | Tunis

Propaganda Production
Tunisie | TUNIS

SVP Production
Tunisie | TUNIS

Ulysson
Tunisie | El Omrane Tunis

Vanuit het Zuiden (Depuis le Sud)
Pays-Bas | AMSTERDAM

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>