actuellement 17708 films recensés, 2979 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Djia Mambu
publié le
07/06/2018
films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
les commentaires liés à cette critique

Djia Mambu est rédactrice à Africiné Magazine




Jonas Carpignano, réalisateur et scénariste italo-africain-américain




Scène du film


Scène du film


Scène du film


Scène du film


Scène du film


Le réalisateur et un acteur, à Cannes 2017


Première Mondiale, à Cannes 2017


Cannes 2017


Pio Amato, à Cannes


Koudous Seihon, Cannes


A Cannes


A Cannes


Koudous et Jonas, en conférence de presse, Cannes


A Cannes 2017


A Cannes 2017


A Chjána, 2011


A Ciambra, version court métrage, 2014


BIF&ST 2018, Bari




Africiné Magazine, the World Leader (Africa & Diaspora Films)

retour
 
A Ciambra, portrait d'une famille rom dans le sud de l'Italie
Festival international de Film de Bari (21-28 avril 2018).


Avec son deuxième long métrage, le réalisateur Américain-Italien Jonas Carpignano bouscule le paysage homogène qui occupe les films italiens, majoritaires au Festival international de Film de Bari (21-28 avril 2018). Il bouleverse aussi les représentations sages.

A Ciambra révèle le quotidien d'une famille tzigane en Calabre, au sud de l'Italie à travers les entreprises d'un adolescent, Pio Amato (lui-même), aspirant caïd en admiration pour son frère ainé Casimo, arnaqueur et casseur notoire. A 14 ans, Pio fume, boit, sort en boîte pour faire comme son grand frère. Mais lorsque celui-ci se fait prendre par la police, Pio s'autopropulse comme gardien du clan Amato dont sa mère, son père, grand-père, ses sœurs, frères, oncles, tantes, nièces et neveux (chacun dans leur propre rôle) vont être témoins de ses mésaventures. Ses proches doutent en effet de ses habilités à assurer la sécurité de la famille et à pourvoir aux besoins de celle-ci.






Présenté en première à la Quinzaine des Réalisateurs à Cannes en 2017, le film dévoilait alors au public les visages des membres de la famille de Pio Amato, lui qui avait déjà fait l'objet d'un court métrage, A Ciambra (Young Lions of Gypsy), du même réalisateur en 2014. Cette version courte avait eu le Prix Découverte à La Semaine de la Critique 2014 (Cannes). Le public cannois a eu droit à ce court métrage une nouvelle fois lors de la première de Mediterranea (La Semaine de la Critique en 2015). Le personnage secondaire de A Ciambra (2017) est joué par le Burkinabè Koudous Seihon, autre acteur fétiche de Carpignano avec qui il collabore depuis A Chjàna (2011).

Si A Ciambra livre un aperçu réaliste de comment opère la mafia au sein d'une communauté de gitans à Calabre, le film ne manque pas d'évoquer les relations de cette même communauté avec les immigrants en provenance d'Afrique de l'Ouest notamment le Nigéria et le Burkina Faso par l'entremise de Ayiva (Koudous Seihon), ami de Pio et de Casimo qui n'hésite pas à se désolidariser aussitôt que l'intérêt du clan est en danger. Une relation entre deux communautés, marginalisées par la société, mais dont l'une d'entre elle méprise l'autre. C'est donc un dilemme qui devra mener le jeune Pio à trancher, dans sa quête de passage à "l'âge" adulte. Jusqu'où va-t-il aller pour préserver les siens, au détriment des autres ?

De la première scène, dans laquelle il apparaît comme étant le grand parmi les petits, à la dernière scène où il deviendra le petit parmi les grands, Pio vit ce passage à l'écran tel qu'il le vivrait dans la vie, selon Jonas Carpignano qui confie s'inspirer toujours de la vie réelle de ses personnages. Certaines scènes sont tournées suite à des épisodes de leur vie réelle, comme par exemple celles autour des repas en famille ou encore celles où Pio joue avec ses frères et sœurs.
A Ciambra aurait pu être un documentaire, vu la profonde proximité des personnages au réel. Une œuvre importante y compris en Italie, d'où le réalisateur est originaire et où le manque de diversité dans les films est criant.

Djia Mambu
Bari, avril 2018

haut de page


   liens films

A Chjána (The Plain) 2011
Jonas Carpignano

A Ciambra 2017
Jonas Carpignano

A Ciambra (short) 2014
Jonas Carpignano


   liens artistes

Amato Pio


Carpignano Jonas


Scorsese Martin


Seihon Koudous


   vnements

21/03/2018 > 27/03/2018
festival |Algérie |
Festival d'Annaba du Film Méditerranéen 2018
3eme édition.

21/04/2018 > 28/04/2018
festival |Italie |
Festival International du Film de Bari (BIF&ST 2018)

   liens structures

CNC - Centre National du cinéma et de l'image animée (France)
France | PARIS cedex 16

Film i Väst
Suède | TROLLHÄTTAN

Haut et court
France | Paris

Luxbox
France | PARIS

Ministère des Affaires étrangères (France)
France | Paris

Rai Cinema
Italie | ROME

Stayblack Productions
Italie

Vanuit het Zuiden (Depuis le Sud)
Pays-Bas | AMSTERDAM

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>