actuellement 18201 films recensés, 3175 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Fatou Kiné Sène
publié le
25/09/2018
films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
les commentaires liés à cette critique

Fatou Kiné Sène est rédactrice à Africiné Magazine




Moly Kane, réalisateur, scénariste et producteur sénégalais


Scène du film


Scène du film


Scène du film


Scène du film


Moly Kane, à Cannes, avec la cinéaste Euzhan Palcy et Frédéric Miterrand, ancien ministre de la Culture

retour
 
Gòom bi (La plaie), de Moly Kane
Traumatismes de migrants


Le dernier court métrage, Goom bi ("La Plaie" en wolof) de Moly Kane est un drame psychologique et social qui revient sur le vécu de migrants africains en Libye torturés, violés et vendus comme des esclaves. Des faits rapportés par les médias et que dénonce le réalisateur sénégalais, nourri de récits de migrants. Son film a remporté cinq prix au festival Clap Ivoire d'Abidjan (Côte d'Ivoire), en septembre 2018.






Âgé de 30 ans, Ngagne est un migrant sénégalais. Il revient du bourbier libyen après plusieurs années et l'échec d'une tentative de rejoindre l'Europe. Le regard perdu, il retrouve sa jeune femme et sa belle mère dans la banlieue de Dakar. C'est un homme hanté par son vécu en Libye et emmuré dans un silence du fait des plaies corporelles et psychologiques qu'il traine.
Ce court métrage de 15 minutes reconstitue dans cette fiction une partie des sévices subis par des migrants subsahariens en Libye. C'est l'exemple de ce jeune guinéen forcé d'appeler sa famille au pays pour l'envoi d'une rançon à ses kidnappeurs libyens. Les moins chanceux comme Ngagne sont battus avec tout un dos lacéré et violé sexuellement. Ce traumatise le hante dans la rue comme dans la chambre et le prive de tout désir sexuel avec sa femme. Mais, grâce à l'aide de cette dernière, il réussit à prendre un nouveau départ, se débarrassant de ses cheveux pour oublier cette mauvaise période.

Le réalisateur s'indigne mais dénonce surtout de ce qui se passe en exhibant le drapeau libyen, un pays qui s'est embrasé à la mort de son président panafricaniste Mouammar Khadafi en 2011. Aujourd'hui des groupes de milices dictent leurs lois, la pauvreté sévit dans ce pays du Nord de l'Afrique où des migrants subsahariens sont réduits à esclavage et vendus aux enchères.
La réussite de ce film repose sur les épaules de Ngagne, un personnage interprété avec brio par Ngalandou Babou Faye fils du célèbre comédien et acteur Babou Faye. Mais peut-on en dire autant des autres personnages du film ? La question reste entière, car l'intrigue présente des zones d'ombre, même si le réalisateur montre une bonne maitrise des flashs-backs. Il en oublie certains concernant les personnages de la belle mère, de la femme et l'enfant dans le film. Car tout n'est pas dit pour une bonne caractéristique des acteurs.

Mais pour l'ensemble, la question posée par Moly Kane reste pertinente, car doit-on en arriver là entre Africains ? A se vendre comme du temps de l'esclavage, à se violer, à se faire du mal physiquement entres nous ? Cette plaie de l'émigration à la fois psychologique et physique hante le sommeil de tout humaniste, sauf des dirigeants africains. Malgré les milliers de morts dans la Méditerranéens, le scandale de la Libye, la plaie ("Goom Bi", en langue wolove) ne semble pas être soignée, parce que des migrants africains continuent toujours de nourrir ce désir de partir vers l'Europe en passant par le Nord de l'Afrique.

Le film Goom Bi (La Plaie) rappelle un certain roman "La plaie" du défunt écrivain sénégalais Malick Fall publié à la fin des années 60 et qui est une critique de notre société.
Le festival - concours de courts métrages de cinéma dénommé "Clap Ivoire" dédié aux jeunes réalisateurs de l'Union Monétaire Ouest Africain (UEMOA) à Abidjan en Côte d'Ivoire a organisé sa 18e édition du 04 au 09 septembre 2018.

Fatou Kiné SENE

haut de page


   liens films

Goom bi | Plaie (La) 2018
Moly Kane


   liens artistes

Faye Babou


Kane Moly


   vnements

08/05/2018 > 19/05/2018
festival |France |
Festival de Cannes 2018
71e édition.

04/09/2018 > 09/09/2018
festival |Côte d'Ivoire |
Clap Ivoire 2018 (Festival concours international de courts métrages d'Abidjan)
18ème édition.

   liens structures

Babubu Film Production
Sénégal | Pikine

ONAC-CI
Côte d'Ivoire | Abidjan

Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA)
Burkina Faso | Ouagadougou 01

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>