actuellement 17975 films recensés, 3096 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Rodéric Dèdègnonhou
publié le
28/02/2019
films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
les commentaires liés à cette critique



Rodéric Dèdègnonhou est rédacteur à Africiné Magazine


Wanuri Kahiu, réalisatrice kényane




Scène du film


Scène du film


Scène du film


Scène du film

retour
 
Rafiki, de Wanuri Kahiu
Vie des homosexuels africains en débat
"Rafiki" signifie "amie", en langue swahali. Dans ce film Wanuri Kahiu va au coeur d'un univers hostile à l'homosexualité.


Wanuri Kahiu a choisi de commencer son film avec un plan général afin de préparer les cinéphiles à intégrer un quartier populaire de la banlieue de Nairobi, la capitale du Kenya. A travers les immeubles juxtaposés, où s'opèrent des scènes de vie quotidienne, elle campe le contexte de l'action. Ce premier angle de vue ordinaire se focalise sur l'actrice principale, Kena, incarnée par Samantha Mugatsia.






La réalisatrice raconte comment, à Nairobi, Kéna et Ziki (Sheila Munyiva) mènent deux vies de jeunes lycéennes bien différentes, mais qui cherchent, chacune, à sa façon, à poursuivre ses rêves. Leurs chemins se croisent en pleine campagne électorale au cours de laquelle s'affrontent leurs pères respectifs. Attirées l'une vers l'autre, à travers des comportements homosexuels à suffisance exposés. Dans une société kenyane conservatrice, les deux jeunes femmes vont être contraintes
de choisir entre amour et sécurité. Leur sentiment amoureux se heurte au refus catégorique de la société : elles sont violentées, châtiées par leurs familles respectives, rejetées par leurs propres amis et, enfin, traitées de sataniques. Une dame, incarnant la commère, fait appel à la
population qui surprend les deux jeunes filles en flagrant délit, dans leurs ébats amoureux. Elles n'échappent pas à la révolte sociétale. Elles sont molestées avant d'être remises aux éléments de la sécurité publique.

Si la majorité des pays occidentaux acceptent et protègent l'homosexualité, et l'existence des couples homosexuels, c'est le contraire dans la plupart des pays africains. Ceux-ci restent intransigeants et imperméables à cette pratique.
La réalisatrice touche une question d'actualité mondiale en la portant sur le continent africain où les valeurs traditionnelles et religieuses sont prépondérantes. Dans ce débat, il y a d'un côté les thuriféraires de l'homosexualité, de l'autre les conservateurs.

Durant quatre-vingt-deux (82) minutes, Wanuri Kahiu utilise des plans rapprochés mettant les valeurs les questionnements psychologiques des personnages. Outre ce constat, elle a offert des plans plongés et contre-plongés et des travelings afin de monter sa maîtrise du sujet abordé. La musique de Frédéric Salles donne une tonalité particulière au film, de même que le va-et-vient constant entre l'univers urbain et la campagne. L'autre travail remarquable, opéré par la réalisatrice, réside dans le casting, notamment le choix des actrices qui incarnent les deux personnages principaux. Leurs apparences sont bien soignées. La dernière image du film reste ouverte, dans la mesure où, les deux jeunes filles se sont retrouvées finalement au sommet d'une montagne, suite à la réussite de leur carrière envisagée. Cette séquence montre, qu'en dépit de tout, les deux jeunes filles sont au-dessus de la mêlée et ont l'espoir de vivre leur amour au grand jour.

Rodéric Dedegnonhou (Bénin)

Africiné Magazine No.3 - Mercredi 27 février 2019, pages 01 et 03 /// 26è FESPACO

Ce magazine est publié par la Fédération Africaine de la Critique Cinématographique (FACC / AFFC). La publication a été rendue possible grâce au soutien de l'OIF, Africalia Belgium, le Goethe-Institut et l'Ascric-B. Il est réalisé par un collectif de 42 journalistes provenant de 23 pays.

Directeur de Publication : Khalil Demmoun

Comité de Rédaction
Sid-Lamine Salouka
Abraham Bayili
Ahmed Shawky
Robert Mukondiwa
Fatou Kiné Séne
Pélagie N'Gonana
Charles Ayetan
Yacouba Sangaré
Espéra Donouvossi

Mise en page : Korotimi Sérémé
Impression : IGIP +226 70 15 15 80

haut de page


   liens films

Rafiki 2018
Wanuri Kahiu


   liens artistes

Bass Jenna


Gadéa Claire


Kahiu Wanuri


Markovitz Steven


Mugatsia Samantha


Munyiva Sheila


Schoucair Georges


   vnements

23/02/2019 > 02/03/2019
festival |Burkina Faso |
FESPACO 2019 (Festival Panafricain du Cinéma et de la télévision de Ouagadougou)
26e édition. Cinquantenaire.

   liens structures

AfroBubblegum
Kenya | Nairobi

Association Bénin ciné média (ABCM)
Bénin | COTONOU

Awali Entertainment
Kenya | NAIROBI

Big World Cinema
Afrique du Sud | Cape Town

Météore Films
France | Paris

MPM Film
France | PARIS

Orange Studio
France | PARIS

Trigon Film
Suisse | Ennetbaden

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>