actuellement 18016 films recensés, 3093 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Fatoumata Sagnane
publié le
02/03/2019
films, artistes, structures ou événements liés à cette analyse
les commentaires liés à cette analyse

Ouverture Fespaco 2016

retour
 
Qui sont les "rescapés du Fespaco" ?


Le FESPACO, la plus grande rencontre du cinéma africain, avec à la clé la conquête de l'étalon de Yennenga, a, régulièrement, des difficultés organisationnelles. Pour la plupart des réalisateurs, l'obtention de l'étalon de Yennenga est le but majeur; pour d'autres, les raisons de la venue au FESPACO sont diverses et variées. Pour toutes ces belles âmes qui se donnent rendez-vous au Faso tous les deux ans et au nom du cinéma, les ventes, les projections de films (aboutis ou non), les rencontres humaines combien de fois importantes, les échanges professionnels fructueux, les promesses de tous genres, constituent le sel du FESPACO.

La question est de savoir comment cette année le FESPACO a produit des rescapés, voire des orphelins, que ce soit dans la famille des
réalisateurs, des critiques, des acteurs, des jurys...
La raison est simple. Beaucoup d'invités, d'artistes, ne peuvent s'offrir un ticket de voyage de pays en pays, précisément pour venir à Ouaga afin de pouvoir participer aux 50 ans du FESPACO. Il ne faut pas se leurrer, les autres pays africains, après tant d'années, n'ont pu emboiter le pas du FESPACO. Aussi, un souci organisationnel, au niveau des transports internationaux occasionné par la défection de Royal air Maroc par exemple, complique ou même rend aléatoire la venue d'un grand nombre de participants.
En l'occurrence, quand c'est à des jeunes organisateurs, peu expérimentés malgré leur engagement et détermination, que revient la charge de gérer certaines tâches, telle que l'émission des billets d'invitation pour plus de quatre mille personnes, les bourdes ne sont pas loin : un intervertissement des noms de deux invités, et c'est la panique à bord !
Du côté des invités, les alternatives fleurissent. Sur les réseaux sociaux, des pages se créent comme celui-ci au nom si évocateur : "Les rescapés du FESPACO 19". Son objectif est de guider des invités bloqués dans leurs pays respectifs.
Pour d'autres, c'est un sauve-qui-peut. Les plus persévérants s'en sortent et les moins chanceux restent chez eux et ratent tout simplement ce cinquantenaire du FESPACO.

Chaque organisation étant susceptible d'enregistrer des anomalies, il devient urgent pour d'autres pays africains subsahariens d'assurer des prises en charges aux cinéastes et journalistes de leurs pays. Le Sénégal, la Cote d'Ivoire le font à toutes les éditions du FESPACO. Cela aiderait l'organisation à mieux souffler. Un adage dit souvent qu'il faut rire de ses malheurs pour se soulager.
Dans les navettes qui transportent les invités du FESPACO, certains, nommés "rescapés" ou encore "les chanceux du navire" sur les réseaux sociaux, poussent un ouf de soulagement. Et là commencent de petites causettes où chacun confie les épreuves qu'il a dû surmonter pour arriver à Ouaga, surtout les appels insistants auprès de responsables de l'organisation qui ne décrochent jamais !

Nous espérons vivement que tous les autres pays africains feront des merveilles comme le Burkina avec FESPACO ou la Tunisie avec les JCC, pour le bonheur du cinéma. Les gouvernements africains sont invités à se pencher sur l'importance de cet art dans notre vie de tous les jours. Et lorsqu'il n'y aura plus de rescapés de festivals, nous pourrons crier enfin : "Que le spectacle commence !".

Fatoumata Sagnane (Guinée Conakry)

Africiné Magazine No.3 - Vendredi 1er Mars 2019, page 6 /// 26è FESPACO

Ce magazine est publié par la Fédération Africaine de la Critique Cinématographique (FACC / AFFC). La publication a été rendue possible grâce au soutien de l'OIF, Africalia Belgium, le Goethe-Institut et l'Ascric-B. Il est réalisé par un collectif de 42 journalistes provenant de 23 pays.

Directeur de Publication : Khalil Demmoun

Comité de Rédaction
Sid-Lamine Salouka
Abraham Bayili
Ahmed Shawky
Robert Mukondiwa
Fatou Kiné Séne
Pélagie N'Gonana
Charles Ayetan
Yacouba Sangaré
Espéra Donouvossi

Mise en page : Korotimi Sérémé
Impression : IGIP +226 70 15 15 80

haut de page





   vnements

23/02/2019 > 02/03/2019
festival |Burkina Faso |
FESPACO 2019 (Festival Panafricain du Cinéma et de la télévision de Ouagadougou)
26e édition. Cinquantenaire.



   vos commentaires
vos commentaires sur cette analyse :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>