actuellement 18168 films recensés, 3168 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Djia Mambu
publié le
02/10/2019
films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
les commentaires liés à cette critique

Scène du film


Djia Mambu est rédactrice à Africiné Magazine


Nate Parker, réalisateur et acteur américain


Scène du film


Nate Parker et Spike Lee, à Venise


Nate Parker et Tarak Ben Ammar, à Deauville 2019


Nate Parker et le producteur Tarak Ben Ammar, à El Gouna 2019












Africiné Magazine, the World Leader (Africa & Diaspora Films), Dakar

retour
 
American Skin : Nate Parker confronte la société américaine face à son mode de justice
El Gouna Film Festival (19-27 septembre 2019)


Le film s'ouvre sur une séquence avec un contrôle de vitesse injustifié par deux agents de police sur une voiture conduite par Lincoln Jefferson (joué par Nate Parker lui-même) et son fils Kajani, 14 ans, sur le siège passager. Alors que le premier se voit demander de sortir du véhicule sans raison apparente, le second tente de filmer la situation qu'il juge arbitraire. Ce dernier y perdra la vie, criblé de balles par l'un des policiers. Un an plus tard, les deux policiers sont libérés, sans même un procès. Furieux, Lincoln Jefferson va prendre d'assaut la station de police de l'hôtel de ville de Sacramento et mettre en scène un procès en utilisant les otages : agents de police, personnel administratif et… des prisonniers en garde à vue. Tout cela sous la caméra d'un jeune auteur venu plus tôt à la rencontre de Jefferson avec le projet de réaliser un documentaire sur le meurtre présumé de Kajani.







Dans son premier long métrage The Birth Of A Nation, le réalisateur américain suivait l'émancipation de Nate Turner (interprété aussi par Nate Parker), qui fut esclave durant les trois décennies avant la guerre de Sécession (guerre civile américaine). Il revient ici avec une œuvre coup de poing en mettant la société étasunienne face à son système de justice arbitraire envers les Afro-Américains.

À en voir la mise en scène, on comprend que cette société n'a aucun secret pour l'auteur. Il sait comment lui parler et quoi lui montrer pour toucher là où ça blesse. Comment mieux y parvenir qu'en tournant un film dans un film ? La caméra du jeune n'est autre que le reflet de cette société d'entertainment qui se plaît à se regarder et avec qui l'on doit emprunter les voies du divertissement pour attirer l'attention sur une problématique, même fondamentale.

À travers ce procès qu'il dispose lui-même, Parker aborde toutes les questions relatives aux bavures policières : le profilage, la loi, le droit (des femmes), le racisme y compris envers les communautés latines et les relations entre individus issus des mêmes communautés. Par exemple, on relève une répugnance entre un prisonnier latino en garde à vue placé du coté du jury et un policier latino aux côtés de la défense (avec d'autres pairs). Aussi, le capitaine est noir, comme pour pointer que ce débat va au-delà de la couleur de peau. N'est-ce pas ce qu'a tenté de démontrer la présidence de Barack Obama ?

Rien n'échappe à Parker, même pas le nom de son personnage - Lincoln Jefferson - faisant référence manifestement à deux hommes d'État américains et anciens présidents des États-Unis. Le premier est connu comme défenseur des droits civiques avec un régime marqué par la fin de la guerre civile (guerre de Sécession), Abraham Lincoln. Pour l'autre, Thomas Jefferson, 3ème président américain, la fin de son mandat présidentiel a vu le Congrès US voter l'interdiction de la traite des Noirs…

Le film a été présenté en Première mondiale à la Mostra de Venise par Spike Lee qui l'a remercié et félicité en soulignant que ce sujet est "The Shame of America, not a great nation" ("la honte de l'Amérique qui n'est pas une grande nation").
Avec American Skin (produit par le Tunisien Tarak Ben Ammar), Parker parvient à installer le débat autour de ce mal que la société américaine (ou plutôt ses politiques et institutionnels) refuse de regarder en face encore aujourd'hui et malgré les redondances dans l'actualité, comme cette vidéo dérangeante que le jeune Kijani pointe en face du policier qui finira par lui ôter la vie.

Djia Mambu,
El Gouna, Septembre 2019

haut de page


   liens films

American Skin - جلد أمريكي 2019
Nate Parker


   liens artistes

Ben Ammar Tarak


Lee Spike


Parker Nate


   vnements

28/08/2019 > 07/09/2019
festival |Italie |
Mostra de Venise 2019 (Venezia 76)
76ème édition.

19/09/2019 > 27/09/2019
festival |Égypte |
El Gouna Film Festival - GFF 2019
3ème édition.

   liens structures

Eagle Pictures
Italie | ROME

Mark Burg Media
États-Unis | Beverly Hills

Sterling Light Productions
États-Unis | Los Feliz

Tiny Giant Entertainment
États-Unis | Woodland Hills

Vanuit het Zuiden (Depuis le Sud)
Pays-Bas | AMSTERDAM

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>