actuellement 17530 films recensĂ©s, 2947 textes recherche | » english  
films rĂ©alisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rĂ©dacteurs»
  Ă©crans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dĂ©pĂŞches »
  nouvelles de
la fĂ©dĂ©ration»
  la fĂ©dĂ©ration»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Thierno Ibrahima Dia
publié le
26/11/2005
» films, artistes, structures ou Ă©vĂ©nements liĂ©s Ă  cette analyse
» les commentaires liĂ©s Ă  cette analyse
retour
 
Tous les Bulletins Africiné FESPACO 2005
Atelier sur la critique cinématographique - FESPACO 2005

Festival Panafricain du Film et de la Télévision de Ouagadougou (FESPACO, Ouagadougou, BURKINA FASO), 26 février - 05 Mars 2005.
FESPACO - Pan African Film and Television Festival of Ouagadougou
01 B.P: 2505, Ouagadougou 01, Burkina Faso
from 26th February to 5th March 2005.
Tel:+226-30 75 38/ 33 20 66
Fax:+226-31 25 09
Email: sg@fespaco.bf
Web:
www.fespaco.bf

Présentation de l'atelier
Au FESPACO 2003, le premier atelier sur la critique de cinéma avait regroupé 26 journalistes culturels de quatre pays africains (Cameroun, Tunisie, Sénégal, Burkina Faso). Ce nouvel atelier vient couronner le chemin parcouru depuis (voir Éditorial. Bulletin n°1).
Cela a permis d'enclencher la création d'une Fédération Africaine de la Critique Cinématographique (FACC) dont le siège est à Dakar. Sa vitrine est le site internet www.africine.org.

Le groupe de discussion internet (Yahoogroups) regroupe 157 journalistes, Ă  la date du 28 novembre 2005.
Thierno I. DIA, Facilitateur du site Web


Les articles
Bulletin Africiné N°1.
Mercredi 02 mars 2005

Éditorial. Bulletin n°1
par La RĂ©daction
Au Fespaco 2003, un atelier sur la critique de cinéma a regroupé 26 journalistes culturels de quatre pays africains. Enthousiastes sur le travail réalisé ensemble, ils décidèrent de le continuer en réseau, avec un groupe de discussion internet qui regroupe aujourd'hui 85 journalistes et qui débat et échange informations et articles, avec comme objectif d'accompagner les cinématographies africaines par une médiatisation accrue et plus approfondie.
(Lire la suite…)

Charte de Tunis de la FACC (Fédération Africaine de la Critique Cinématographique)
par La RĂ©daction
Chaque société a ses normes d'appréciations. Celles-ci font partie intégrale de son étique de vie. Les courants extérieurs, si généreux soient-ils, ne auraient remplacer l'effort personnel de recherche et de confrontation qui seul permet d'éclairer le jugement à travers le contexte d'une civilisation spécifique. Il en est ainsi de la société africaine et de la culture cinématographique. (Lire la suite…)

Cinéma Africain. Mémoire et représentation historique.
par La RĂ©daction
Le cinéma s'est toujours mêlé de l'Histoire. Plusieurs titres de films récents viennent confirmer que ce thème continue d'être une source privilégiée d'inspiration pour les cinéastes africains. Si l'Histoire continue de constituer un sujet de choix, elle fait l'objet d'approches idéologiques et esthétiques diverses. (Lire la suite…)

Rencontre avec le passé. La Chambre noire de Hassan Benjelloun.
par LĂ©once Junior SANOU
Kamal et Najat sont deux jeunes qui s'aiment d'un amour profond depuis leur tendre enfance. Alors qu'ils fondent de grands projets d'avenir le passé activiste de Kamal le rattrape. Il est enlevé, interrogé, torturé comme beaucoup de ses camarades à cause de leur appartenance à des organisations d'extrême gauche. (Lire la suite…)

Quand le décor mange le réalisateur. La Danse du vent de Taïeb Louhichi.
par Sid-Lamine SALOUKA
La Danse du vent est le tout dernier long métrage du Tunisien Taïeb Louhichi, un réalisateur que le Fespaco a découvert avec notamment L'Ombre de la terre (1983) et Leïla ma raison (1989). (Lire la suite…)

PAROLES DE CINÉASTE. Philippe MORY (Gabon) "Je suis le père d'une multitude d'ambitions."
Propos recueillis par Imunga IVANGA

Bulletin Africiné N°2.
Jeudi 03 mars 2005
Éditorial. Bulletin n°2
par La RĂ©daction
Alléluia ! Voilà que ce qui était désiré depuis si longtemps arrive : la prise en main par les Africains de leur image de soi. Les nouvelles technologies permettent économie et maniabilité : des films naissent un peu partout qui n'auraient jamais pu voir le jour autrefois, sans forcément la nécessité d'une aide extérieure. Et cela surtout dans les pays où existent des formations à l'audiovisuel qui permettent d'acquérir les bases. (Lire la suite…)

La critique, une question de formation ? Point de vue.
par Mohammed Bakrim
La nouvelle édition du Fespaco a retenu comme thème de débat la question de la formation et les enjeux de la professionnalisation. C'est certainement l'indice d'une nouvelle phase historique dans l'évolution du cinéma africain confronté aux mutations multiples qui touchent au fondement même du dispositif cinématographique (voir les conséquences de la révolution numérique). (Lire la suite…)

Lorsque Sophiatown défiait l'apartheid. Drum de Zola Maseko
par Sid-Lamine SALOUKA
En ce début d'année 2005, l'Afrique du Sud vient d'effectuer un devoir de mémoire en rebaptisant la cité Victory de son ancien nom, Sophiatown. (Lire la suite…)

PAROLES DE CINÉASTE. Zézé GAMBOA (Angola) : "Le cinéaste a un rôle social important."
Interview réalisée par Raymond Salif ZIDA
Auteur du long métrage Un Héros, l'Angolais Zézé Gamboa nous parle non seulement de la question dont traite son film mais justifie aussi le retour par le biais du cinéma sur cette page douloureuse de l'Histoire de l'Angola.

PAROLES DE CINÉASTE. Arthur Si Bita (Cameroun) : "Le cinéma africain devrait trouver son public, ses acteurs, ses vedettes et son inspiration en terre africaine."
Propos recueillis par Yvette MBOGO
Cinéaste camerounais de la deuxième génération, Arthur Si Bita est aussi connu comme critique de cinéma. Après des débuts laborieux par quelques courts métrages, il s'est rendu célèbre avec Les Coopérants, son premier long métrage. Il a bien voulu faire le "round up" du cinéma africain avec nous. (Lire la suite…)

Nos enfants ? Ces NĂ©o-barbares !
par Sid-Lamine SALOUKA
Bè Kunko de Cheik Fantamady KEÏTA
Un adolescent élevé par la guerre peut-il reproduire autre chose que la violence et la désintégration des personnages qui meublent son univers ?
Pour Fantamady Keïta, Astou, Tim et John, rescapés de la guerre du Libéria et réfugiés en Guinée n'ont plus d'autre repère que l'argent. Pour l'obtenir, prostitution, braquage et trafic de drogue sont des chemins semblables à d'autres. Car, disent-ils "Dieu ne viendra pas. Il est trop vieux." (Lire la suite…)


Bulletin Africiné N°3.
Vendredi 04 mars 2005
Éditorial. Bulletin n°3
par La RĂ©daction
Le combat est rude. Celui du cinéma africain certes, mais celui de la critique l'est encore plus. Souvent considérée comme un parent pauvre, la critique africaine tient à jouer le rôle qui lui incombe, à assumer sa responsabilité même quand c'est au prix de la difficulté et de la douleur. C'est dans cette perspective que ses représentants se sont réunis à Carthage il y a quelques mois. C'est pour cet objectif que la Fédération Africaine de la Critique Cinématographique a été fondée. (Lire la suite…)

Interview de Ismaël FERROUKHI
Propos recueillis par Paule Arlette HIEN et Sylvain VEBAMBA
Présent au Festival Panafricain du Cinéma et de la Télévision de Ouagadougou (PESPACO), avec son premier long métrage Le grand voyage, le Marocain Ismaël Ferroukhi a reçu l'équipe d'Africiné. (Lire la suite…)

PAROLES DE CINÉASTE. Mahamat- Saleh HAROUN (Tchad) "L'Histoire de notre cinéma doit être transmise à une jeunesse capable de la pérenniser"
par Yvette MBOGO
Avec Bye bye Africa, Mahamat Saleh Haroun signait son premier long métrage et le premier dans l'histoire de son pays. Depuis il est devenu une figure incontournable du cinéma africain. Sa renommée il ne la doit pas seulement à ses films mais aussi à son militantisme pour que le cinéma africain ait la place qu'il mérite dans la scène mondiale. C'est à ce titre que nous lui consacrons cet entretien. (Lire la suite…)

Les indignes du palais revisités par Mwézé D. Ngangura
par Ludovic O. KIBORA
C'est presque sous le bras que le réalisateur Congolais Mwéze D. Ngangure est arrivé à cette 19e édition du Fespaco avec son tout dernier long métrage. Le lauréat de l'étalon de Yennega au Fespaco 99 était très attendu par les nombreux présents à Ouaga pour la biennale du cinéma Africain. Le Ngangura nouveau est une sorte de comédie musicale, bâti sur la trame d'un conte tragique moderne. (Lire la suite…)

La critique africaine décortiquée au 19ème FESPACO
par Ludovic O. KIBORA et Laure SAWADOGO
"La critique et le cinéma africain au regard du cinquantenaire d'Afrique Noire : Comment peut naître et se développer une branche de la critique africaine ?" C'est ce thème aux sens multiples et très porteurs en cette période où l'Afrique fête les cinquante ans de son cinéma, qui a été l'objet d'un intéressant débat sur la critique cinématographique africaine, l'après midi du 03 mars 2005, à Ouagadougou. (Lire la suite…)

Un Voyage spirituel et de découverte
par Harouna ZAMPOU
Regard croisé de deux mondes antagonistes, mais qui sont appelés à cohabiter malgré leurs différences. D'un côté, Réda un fils fortement imprégné de la culture occidentale et d'un autre côté, son père symbole de la spiritualité et de la tradition. Le Grand voyage est l'histoire du choc entre deux mentalités, deus caractères. Reda et son père sont tout simplement l'incarnation de deux générations différents caractérisées par une incommunicabilité manifeste. (Lire la suite…)

Les critiques du Burkina entrent en scène. L'Association des critiques de cinéma du Burkina (ASCRIC-B)
par La RĂ©daction
Depuis février 2004, l'Association des critiques de cinéma du Burkina (ASCRIC-B) scelle officiellement sa volonté d'exister. Exister, en tant que entité organisée avec pour finalité d'offir une lisibilité aux critiques de cinéma du pays du FESPACO, s'imposait. (Lire la suite…)

PARUTION : Nollywood, l'industrie vidéographique du Nigeria. Ouvrage collectif sous la direction de Pierre Barrot. Paris, éd. l'Harmattan, 2005, 175 pages.
par Sid-Lamine SALOUKA
Trop cher le cinéma pour l'Afrique? Et si on passait plutôt par la vidéo pour pallier les coûts exorbitants de la réalisation sur celluloïd, de la post-production et de la diffusion en salle ?
Le Nigeria le fait déjà. En 2004, avec moins de l'équivalent du budget d'un "grand" long métrage français, il a produit 1 200 films, devenant ainsi le premier pays producteur de films au monde devant l'Inde (800) et les États-Unis (500). (Lire la suite…)

Les Films
Pas besoin de tambour. Drum de Zola Maseko
par Ludovic KIBORA
Drum est un film de Zola MASEKO d'Afrique du Sud.

Johannesburg 1955, l'Apartheid bat son plein Henry le "Héros" noir fait du journalisme d'investigation dans un contexte socio-politique restile à toute critique. (Lire la suite…)

Un regard croisé. Le Grand Voyage de Ismaël Ferroukhi
par Harouna ZAMPOU
Histoire de l'incommunicabilité entre un père et un fils, histoire du choc entre deux mondes. Voici comment peut se présenter le tableau de ce film, tout premier long métrage de fiction de Ismaël Ferroukhi. Le Grand Voyage est un regard croisé qui entraîne le cinéphile dans un voyage émaillé de péripéties. (Lire la suite…)

Relations amicales de gamins. Un Amour d'enfant de Ben Diogaye BĂ©ye
Le film est inspiré d'une histoire de relations amicales de gamins âgés d'environ dix, douze ans : Omar, Yacine, Layti et Ngoné liés respectivement par une amitié toute particulière. (Lire la suite…)

De vieux démons. L'autre mal de Tahirou Tasséré OUÉDRAGO
par Raymond Salif ZIDA
Il parle de mariage forcé, ce film de vingt quatre (24) minutes qui se dispute à côté des dix neuf (19) autres de la catégorie Court métrage "le poulain d'or de Yennega". (Lire la suite…)

Rétablir la vérité historique. Le Malentendu Colonial de Jean-Marie TENO
par Paule Arlette HIEN
Long métrage en compétition pour l'Etalon, Le Malentendu Colonial est une tentative du réalisateur Jean Marie Teno de rétablir la vérité historique sur l'arrivée des missionnaires européens sur le continent africain. (Lire la suite…)

La force des images. La Jarre de Mohammed Ahed Bensouda
par La RĂ©daction
La Jarre du réalisateur marocain Mohammed Ahed Bensouda est un court métrage qui dépeint la pauvreté d'une famille marocain qui n'a que pour seule richesse une jarre. Dans la société marocain et africain en générale, la jarre revêt une signification particulière. (Lire la suite…)


<><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><>
Le bulletin de la FACC a été publié avec le soutien du Ministère burkinabé de la Culture des Arts et du Tourisme (MCAT) et du FESPACO
Directeur de Publication : Clément TAPSOBA
Directeur de la RĂ©daction : Gervais HIEN
RĂ©dacteur en chef : Hassouna MANSOURI
RĂ©dacteur en chef adjoint : Jean-Marie MOLLO OLINGA
Conseillers Ă  la RĂ©daction / animateurs :
Olivier BARLET, Mohammed BAKRIM, Hamado NANA, Justin OUORO

Équipe de rédaction :
Raymond Salif ZIDA, Alain SOU Serge
Sid-Lamine SALOUKA, Arlette HIEN
Ludovic KIBORA, LĂ©once Junior SANOU
Sylvain VEBAMBA, Emmanuel SAMA

Ont collaboré à ce numéro : Yvette MBOGO

Équipe technique :
Superviseur informatique : Inoussa Ouédraogo
Monteur P.A.O. : Issouf TAPSOBA
Opératrice de saisie : Awa GAMENE
Photographe : Abdoulaye KABORÉ

haut de page





   liens artistes

Bakrim Mohammed


Barlet Olivier


Barrot Pierre


Benjelloun Hassan


Bensouda Mohamed Ahed


Bèye Ben Diogaye


Dia Thierno Ibrahima


Ferroukhi Ismaël


Gamboa Zézé


Haroun Mahamat-Saleh


Hien Arlette


Hien Gervais


Ivanga Imunga


Kibora Ludovic O.


Louhichi TaĂŻeb


Mansouri Hassouna


Maseko Zola


Mbogo Yvette


Mollo Olinga Jean-Marie


Mory Philippe


Ngangura Mweze Dieudonné


Ouédraogo Tahirou Tasséré


Ouoro Justin


Salouka Sid-Lamine


Sama Emmanuel


Sanou LĂ©once Junior


Sawadogo Laure


Si Bita Arthur


Sou Serge Alain


Tapsoba Clément


Teno Jean-Marie


Vebamba Sylvain


Zida Raymond Salif


   évčnements

26/02/2005 > 05/03/2005
festival |Burkina Faso |
FESPACO 2005 (Festival Panafricain du Cinéma et de la télévision de Ouagadougou)
19ème édition

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette analyse :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>