actuellement 18078 films recensés, 3122 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Inès Tchomago
publié le
16/07/2005
films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
les commentaires liés à cette critique
retour
 
Trop de souffrances pour les femmes
Un amour pendant la guerre, de Osvalde Lewat-Hallade (Cameroun/RDC)
Bulletin n°6, Festival Écrans Noirs du cinéma d'Afrique francophone (FENCAF, Yaoundé, Cameroun), 2005.

"Lorsque deux éléphants luttent, ce sont les herbes qui souffrent". L'adage est bien connu de chez nous. Un amour pendant la guerre est un appel à la prise de conscience pour ces femmes violées.

Un couple vit heureusement à Bukavu au Congo Kinshasa. Une guerre ethnique se déclenche et vient les séparer. Aziza et ses enfants restent, tandis que Didier son mari est bloqué à Kinshasa, tout seul. Pendant six ans, la jeune journaliste et ses enfants souffrent de l'absence de Didier. Mais elle réussit à surmonter les difficultés. Son métier lui permet de rencontrer des femmes et des filles victimes de viol durant la guerre. Effectivement, le viol ou en général les violences sexuelles faites aux femmes sont d'une atrocité indéniable et ont des répercutions sur la vie des victimes. C'est un réel problème de société qui justifie d'ailleurs la naissance d'associations et de centres d'accueil. Au Cameroun, l'Association de Lutte contre les Violences faites aux Femmes (Alvf) s'inscrit dans cette logique.

Le film documentaire de la jeune réalisatrice vient souligner les souffrances des femmes pendant la guerre d'un trait rouge. Ce sont les hommes qui font la guerre, mais les femmes en souffrent énormément. Un appel à la conscience bien ressorti dans les différents témoignages qui vont jusqu'à mentionner un enfant de 21 mois violé ! La situation est alarmante et il ne faut pas se voiler les yeux. La réalisatrice qui vit en RDC l'a-t-elle choisi par proximité ? Ce n'est pas de toute façon pas le seul pays à souffrir de cette perversité en temps de guerre. Le documentaire qui, selon Osvalde, est une histoire vraie, s'appuie sur une histoire d'amour qui subit les méandres de la guerre pendant six ans ; c'est sans doute ce qui a poussé la réalisatrice à s'intéresser aux violences sexuelles faites aux femmes, largement évoquées dans la deuxième partie du film. Le raccord semble pourtant difficile, ce qui n'enlève rien à l'intérêt du propos.

Inès Tchomago

Un amour pendant la guerre de Osvalde Lewat-Hallade (Cameroun/RDC, 2005)

haut de page


   liens films

Un amour pendant la guerre 2005
Osvalde Lewat


   liens artistes

Lewat Osvalde


haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>