actuellement 18014 films recensés, 3093 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Jacques Bessala Manga, Francis Mbagna
publié le
16/07/2005
films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
les commentaires liés à cette critique
retour
 
Dangerous Twins. POUR
Une réécriture urbaine de L'Aventure ambiguë
Dangerous Twins, de Tade OGIDAN
Africiné - Bulletin n°6,
Festival Écrans Noirs du cinéma d'Afrique francophone (FENCAF, Yaoundé, Cameroun), 2005.

Tade Ogidan met en image deux vrais jumeaux parfaitement interchangeables : Kehinde vit à Lagos, la capitale du Nigeria. Il prospère dans les affaires. Son ménage ne s'en porte pas mal, et malgré ses sauts de côté, il retrouve l'harmonie d'une vie familiale équilibrée illuminée par trois enfants de ses œuvres. Tout le contraire de son frère Taiye qui vit à Londres, avec Judy son épouse anglaise. S'ils ont tous les deux la bosse des affaires, ils sont par contre en rupture de ban en ce qui concerne la vie familiale. En effet, Judy n'a pas d'enfant. Taiye se sent coupable de cette situation. Sa culture d'adoption faite de rationalisme maladif, presque mathématique, contraste avec la spontanéité de son frère resté au pays. Au hasard d'un retour au pays natal dont il a déserté la hideur des plaies et dont il se plaît à exagérer la description par une exaspération quasi permanente après huit ans, il propose un deal à son frère : échanger leurs places pour qu'il ait le temps de faire un enfant à Judy.

Ce qui au départ ressemble à la réminiscence de leurs espiègleries enfantines va rapidement se transformer en cauchemar. Soucieux d'apporter à son frère ce qui lui manque le plus, Kehinde se laisse piéger par son intégration très harmonieuse dans la société anglaise ou contre toute attente, tout lui réussit à merveille. Dans le lit de son frère, il restaure la fertilité qui n'aurait jamais dû s'éloigner, si le stress et autre trépidance de la vie londonienne ne venaient se mêler à la rectitude exacerbée.

Intervient alors un parallélisme d'action. C'est l'envers du décor. L'Europe hellène, donneuse de leçons, échoue. A la manière des plans d'ajustement structurel, pensés pour l'Afrique, les grandes théories de gestion qui ont fait fortune ailleurs, mordent la poussière dans son pays de naissance. Tandis que le pragmatisme corrompu prospère. Le va-et-vient entre Lagos et Londres remet en question la place de l'Africain sur la planète. La vision de deux mondes qui se côtoient en s'épiant, ravive la discussion sur la culture qui détermine l'individu. Dangerous Twins semble traduire en images la phrase de Césaire : "à force de regarder le Congo je suis devenu un Congo" : en se mettant au diapason des standards occidentaux, on finit par faire corps avec leurs avatars et contradictions.

La gémellité ainsi portée à l'écran revisite à sa façon une thématique chère aux sociétés de l'oralité. Tout ce qui se dit ne se prouve pas. Une certaine paresse interdit de remettre en cause ce qui s'accepte sans résister à l'invraisemblance. Ce n'est pas la première fois que le cinéma utilise le double pour faire parler l'illusion. La relecture africaine qu'en fait Tade Ogidan fascine par la complexité qu'il insinue. Ce ne sont pas des héros qui portent le film, dans la mesure où on a du mal à s'identifier durablement avec l'un ou l'autre jumeau. Le réalisateur nigérian joue à corriger les images de l'Europe comme solution. Comment comprendre que le Sud apporte au Nord ce que ce dernier lui fait miroiter si souvent ? Kehinde, malgré ses méthodes inspirées de la pègre, réussit au moins un temps. Pendant que pour lui "1 et 1 font 3", il en est autrement pour son frère jumeau Taiye. Son rationalisme occidental va le conduire à la ruine. Comme pour créditer Césaire de ce que les pulsations de l'humanité s'arrêtent aux portes de la nègrerie.

Sans être dupes de ses limites, il semble intéressant en tant qu'Africains de s'approprier ce film dans la complexité de ce qu'il a à nous apprendre.

Francis MBAGNA
et
Jacques BESSALA MANGA

L'Aventure ambiguë est un roman de Cheikh Hamidou KANE (Sénégal, né en 1928), écrit en 1952 et publié à Paris chez Julliard en 1961.
Ce roman d'inspiration autobiographique est étudié dans tous les lycées, collèges et universités d'Afrique; il est aussi l'un des livres de ce continent les plus célèbres dans le monde.
Cheikh H. Kane raconte l'histoire de Samba Diallo, enfant des qualités exceptionnelles, brillant à l'école coranique et à l'école européenne, qui sera déchiré ses deux cultures (sénégalaise et européenne).
Un récit spirituel, à la réflexion philosophique d'une dimension universelle, qui confronte Occident, l'Islam et la culture sénégalaise qui se construit malgré tout.

Le Facilitateur

haut de page


   liens films

Dangerous twins 2004
Tade Ogidan


   liens artistes

Ogidan Tade


   liens structures

Ecrans Noirs
Cameroun | Yaoundé

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>