actuellement 18203 films recensés, 3176 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Zouhour Harbaoui
publié le
09/09/2005
films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
les commentaires liés à cette critique

Zouhour Harbaoui (Africiné)




Le réalisateur tunisien Nawfel Saheb-Ettaba


El Kotbia


El Kotbia


El Kotbia


El Kotbia

retour
 
Un "huis clos" à fleur de peau
El Kotbia (La Librairie), de Nawfel SAHEB-ETTABA (Tunisie)
"El Kotbia est un film qui sort des sentiers battus. "
(Zouhour HARBAOUI, www.africine.org)

Que de rumeurs n'avons-nous pas entendues durant les J.C.C. 2002 sur le premier long-métrage de Nawfel Saheb-Ettaba, à savoir El Kotbia ! Des rumeurs qui faisaient de ce film un "navet".
Nous avons pu constater, avec un soulagement, que les rumeurs étaient... infondées. El Kotbia est un huis-clos à fleur de peau...

Jamil (Ahmed Hafiène) débarque à Tunis. Grâce à son oncle, il a trouvé un emploi dans la librairie de Tarek (Yadh Béji), époux de Leïla (Hend Sabri) et fils de Aïcha (Martine Gafsi). Jamil va être le témoin d'un trio qui se détruit progressivement pour mieux se reconstituer. Tarek n'a pas de buts dans la vie, à part de continuer à s'occuper de la librairie léguée par son père (adoptif ?). Sa femme Leïla, elle, est emplie de rêves. Elle voudrait quitter la librairie, le quartier où elle étouffe et qui lui rappellent sans cesse qu'elle n'est qu'une "roturière". Elle s'évade, à sa manière, par la chanson, car elle ne veut pas être comme sa belle-mère Aïcha, prisonnière de l'espace, du passé et de son esprit.

Des personnages opposés et complémentaires

Nawfel Saheb-Ettaba, le réalisateur mais aussi le scénariste d'El Kotbia, a voulu, comme il l'a indiqué dans sa note d'intention, "parler de la difficulté d'être en avançant des personnages fragiles et attachants en proie à l'ambivalence des sentiments".
Jamil, Tarek, Leïla et Aïcha sont à la fois opposés dans leur manière d'être et de penser, mais complémentaires car chacun d'eux a un mal-être différent.
Aïcha retrouve en Jamil un amour de jeunesse dont elle est tombée enceinte (aurait-elle donné naissance à Tarek avant d'avoir consommé son mariage avec El Hadj ?). Jamil ressent aussi une attirance pour elle. Mais elle pourrait être sa mère et les ragots vont bon train, surtout au marché où "Le Borgne" (Hatem Belakhal) aime à les colporter, sermonné par le marchand de fruits (Mustapha Adouani).
Jamil a, également, une peine d'amour. Celui qui a voyagé, connu plusieurs coins du monde, est revenu à son point de départ sans avoir fait fortune, mais en ayant perdu des personnes qui lui étaient chères. Leïla envie Jamil d'avoir connu d'autres horizons, et dès que l'occasion se présente en la personne d'un client (Raouf Ben Amor), elle part pour devenir chanteuse. Alors, Tarek, qui vivait dans un cocon, un monde de livres et de souvenirs où trône constamment la photo d'El Hadj, découvre la dure réalité, celle qu'il a voulue fuir à tout prix en s'enlisant dans la routine.

Un film émouvant

Bien que nous ayons trouvé El Kotbia tirant un peu en longueur, nous pensons que cela a été voulu par le réalisateur afin de permettre aux spectateurs de bien s'imprégner de la détresse des personnages. Nous sommes entrés dans une douce torpeur, pistant presque les émotions. El Kotbia se laisse voir par des images sans superflu, sachant capter et mettre en valeur les acteurs, utilisant l'ombre et la lumière.
El Kotbia se laisse entendre, surtout par ses moments de silence, qui sont très importants pour le "feeling".
El Kotbia est un film qui sort des sentiers battus.

Zouhour HARBAOUI (Tunisie)

El Kotbia (La Librairie) réalisé par Nawfel SAHEB-ETTABA, Tunisie, 2002, film de long-métrage de fiction.
Ecrit par Nawfel SAHEB-ETTABA et Tarek Ben Chaabane

Avec : Hend Sabri (Leila)
Ahmed El Hafiene (Jamil)
Martine Gafsi (Aïcha)
Yadh Beji (Tarek)
Et la participation de : Raouf Ben Amor, Mustapha El Adouani, Slah M'sadak, Hatem Belakhal, Nabiha Ben Miled.
Producteurs exécutifs : Brahim Letaïef (Tunisie) et Yvon CRENN (France).
Directeur de la photo: Gilles Porte
Directeur artistique : François Beland
Format : 35mm (en 1.85), Couleurs
Durée : 1h.40
Langue : Arabe (VO)
Sous-titres : en français
Année et lieu de production : 2002 - Tunisie
* Avec le soutien financier du Ministère de la Culture de Tunisie, du Fonds Sud (France), de l'Agence Intergouvernementale de la Francophonie et de l'ADC Sud (France).
* Coproduction: Stratus Films (Tunisie), YMC Productions (France), Agence Nationale pour la Promotion Audiovisuelle-ANPA- (Tunisie) et 2M (Maroc).

haut de page


   liens films

El Kotbia (La Librairie) 2002
Nawfel Saheb-Ettabaa


   liens artistes

Adouani Mustapha


Béji Yadh


Ben Amor Raouf


Ben Chaabane Tarek


Ben Miled Nabiha


Hafiène Ahmed


Letaïef Ibrahim


Porte Gilles


Sabry Hend


Saheb-Ettabaa Nawfel


   liens structures

2M-TV
Maroc | CASABLANCA

ANPA
Tunisie | TUNIS BELVEDERE

ATPCC (Association Tunisienne de la Promotion de la Critique Cinématographique)
Tunisie | TUNIS

Ministère de la culture et de la sauvegarde du patrimoine (Tunisie)
Tunisie | TUNIS

Organisation internationale de la francophonie (OIF)
France | PARIS

Stratus Films
Tunisie | CARTHAGE

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>