actuellement 18202 films recensés, 3176 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Baba Diop
publié le
24/04/2006
films, artistes, structures ou événements liés à cette analyse
les commentaires liés à cette analyse
retour
 
HENRI DUPARC ? L'humour ivoirien se drape de noir
CARAMEL - réalisé par Henry Duparc - Côte d'Ivoire - 2004 - 88 min - 35 mm (kinéscopage) - fiction -

Henri Duparc célèbre, réalisateur de Bal Poussière, est décédé à Paris, hier mardi 18 avril 2006. Il avait 65 ans. L'humour et la dérision ponctuaient ses films. Il avait aussi ses coups de colère. Henri Duparc a donné ses lettes de noblesses à l'humour ivoirien dans le domaine du 7ième art.



"Les grandes lois physiologiques qui nous régissent ont leurs masques. Le temps qui grime notre visage a les siens. La mort a le sien dont nous conservons parfois si pieusement l'empreinte." C'est ce qu'écrivait Henri Duparc après la sortie de Mouna, le rêve d'un artiste premier moyen métrage du cinéaste, réalisé en 1969 et qui raconte l'histoire d'un sculpteur amoureux de ses statuettes et d'une femme. Ce film était prometteur d'un talent qui allait imprimer sa marque dans la filmographie africaine.



Henri Duparc, franco guinéen et ivoirien d'adoption, avait toujours une histoire à raconter. Une histoire qui déclenchait le rire. Il pouvait aussi se vêtir d'un sérieux et d'une exigence qui balayait tout soupçon de légèreté que reflétaient ses films. Henri Duparc avait popularisé l'humour ivoirien avec ce français si caractéristique du pays de la Lagune. Son film Bal poussière, avec Demi Dieu coincé entre les robeuses et les pagneuses, aura été sa production culte, du moins en Afrique. Pour maints cinéphiles, c'est ce film qui aura fait connaître Henri Duparc.



Deux raisons à cela : la première est que Bal poussière a connu un franc succès d'abord en Côte d'ivoire où il a prouvé qu'une production africaine peut être rentabilisé sur le sol national.



La seconde raison tient au fait que le film a fait la démonstration que l'humour est payant au cinéma et qu'il enjambe les cultures. A ceux qui reprochaient à Henri Duparc de ne parler que de sexe dans ces derniers films, il répondait : "Mes films parlent de la vie des hommes. Et les hommes ont besoin de nourriture. Cette nourriture est fournie essentiellement par le cerveau, la bouche et le sexe.


Je parle de sexe dans mes films uniquement quand cela est nécessaire. Je n'en fais pas une obsession. Dans mon quotidien je ne me focalise pas dessus, car chaque heure a sa muse".



L'humour de Henri Duparc est parfois grinçant dans ses films que sont Abusuan (1972), Le sixième doigt (1990) Rue princesse (1993), Une Couleur café (1997) dans lequel Awa Séne Sarr tient un rôle. Clarence Delgado, l'assistant de Ousmane Sembéne avait participé en qualité d'assistant à la réalisation à ce film. Le dernier film de Henri Duparc est Caramel, tourné en pleine crise ivoirienne. Dans le site de Henri DuParc, on lit que la recherche de financement avait été laborieuse au vu de la situation du pays.

Toutes les parties sollicitées avaient commencé par mettre en avant les dangers d'un tournage dans un pays à hauts risques. L'acharnement des producteurs qui affirmaient le contraire n'empêchera pas le scénario d'être écarté de toutes institutions où il fut présenté. L'Union Européenne, le fonds sud du ministère de la Coopération française, TV5 s'étaient détournés du projet parce que tourné en zone de risque. Seule l'agence Intergouvernementale de la Francophonie avait accueilli le projet et lui avait octroyé 75.000 Euros.



Henri Duparc s'était tourné vers d'autres partenaires. Nourredine Sail du Maroc lui ouvrira les portes du Centre Cinématographique marocain et l'Afrique du Sud ses structures de production. Le tournage eut lieu en mai et juin 2004 et le film fut présenté au public le 22 avril 2005. Huit semaines plus tard, il avait fait 32.510 entrées dans une seule salle de cinéma. Un succès que n'avait pas rencontré Henri Duparc depuis Bal poussière. C'est un grand cinéaste qui disparaît.



Un cinéaste qui aura réalisé des films documentaires et publicitaires. II avait à son actif quelques 29 longs et courts métrages.



Baba DIOP


Sénégal


Baba Diop

Article paru dans SUD QUOTIDIEN (Dakar)

haut de page


   liens films

Caramel 2004
Henri Duparc

Herbe sauvage (L') 1977
Henri Duparc


   liens artistes

Assandé Fargass


Delta Akissi


Duparc Henri


Duparc Henriette


Etranny Yao Norbert


Marceleney Prisca


Souané Ahmed


Yao Pierre


Zahon Gabriel


   vnements

25/07/2007 > 27/07/2007
projection |France |
Hommage à Henri Duparc
dans le cadre du festival "Caressez le potager", projection de "Bal poussière", "Une couleur café" et "Rue Princesse".

   liens structures

Focale 13 (Les Films Henri Duparc)
Côte d'Ivoire | Abidjan

Sud Quotidien
Sénégal | DAKAR

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette analyse :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>