actuellement 18088 films recensés, 3138 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Espéra Donouvossi
publié le
14/05/2007
films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
les commentaires liés à cette critique
retour
 
Fleuve de désolation et de témérité
Congo river, au delà des ténèbres, de Thierry Michel (Belgique)

Pour sa dix-septième réalisation cinématographique, Thierry Michel braque sa caméra sur les joies et souffrances et sur les fêtes et drames du peuple congolais. Durant 116 minutes, on parcourt assis devant un écran de cinéma, l'embouchure à la source du plus grand bassin fluvial du monde. Ce long-métrage documentaire au cœur de l'Afrique sonne comme un rappel historique qui fait revivre le souvenir des personnages de la mythologie africaine qui ont fait son destin : les colonisateurs Stanley et Léopold II ainsi que les dirigeants Lumumba et Mobutu. Ainsi le despotisme de Mobutu et les guerres civiles qu'avait déjà dénoncées Thierry Michel en 2000 à travers son film Mobutu, roi du Zaïre sont remis en cause dans ce film.

Thierry Michel questionne en faisant redécouvrir les nombreux problèmes auxquels les Congolais font face régulièrement. Des Congolais d'une dignité remarquable qui forcent le respect car ils chutent quotidiennement et se relèvent inlassablement à l'image de ces hommes qui nettoient et réparent la voie ferrée caillou par caillou ; ou de ces hommes d'équipage qui ne perdent jamais le courage devant les multiples difficultés qu'ils rencontrent sur le fleuve ou encore à l'image de ces femmes en situation socio-économique précaire et innocemment victimes des exactions. Devant ces souffrances, le peuple garde toujours la foi et fait preuve de naïveté et d'espoir manipulés par la cupidité de certains prophètes. Un chef d'œuvre cinématographique qui montre un Congo assis sur un sol dont le terreau à son développement est pauvre et dont les populations, même désolées, persistent à y vivre.

Pour la quatrième fois donc, Thierry Michel met le Congo sur les écrans du cinéma mondial, mais il n'a pas encore clairement justifié son choix sur le Congo. Comme toujours les sujets abordés manquent de profondes analyses pour situer les causes et responsabilités d'une telle situation en Afrique. Après Zaïre, le cycle du serpent en 1992, Donka, radioscopie d'un hôpital africain en 1997, Mobutu, roi du Zaïre en 2000 et maintenant Congo river, au delà des ténèbres en 2005, Thierry Michel semble s'attaquer au Congo qu'il dit "vouloir comprendre et y dénoncer les exactions et injustices".

Signalons que Thierry Michel était présent au Festival International de Film de Ouidah Quintessence 2007 où son film a reçu une mention spéciale de la part du Jury Long-métrage présidé par Richard Bohringer. Il était aussi vivement attendu au grand rendez-vous du cinéma panafricain, le Fespaco 2007 où il n'a pas été primé.

Espéra G. DONOUVOSSI

haut de page


   liens films

Congo River 2005
Thierry Michel

Donka, radioscopie d'un hôpital Africain 1997
Thierry Michel

Mobutu, roi du Zaïre 1999
Thierry Michel

Zaïre : le cycle du serpent 1992
Thierry Michel


   liens artistes

Michel Thierry


   liens structures

FESPACO
Burkina Faso | Ouagadougou 01

Quintessence - Festival International du Film de Ouidah
Bénin | OUIDAH

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>