actuellement 18088 films recensés, 3138 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Abdelfattah Fakhfakh
publié le
16/05/2007
films, artistes, structures ou événements liés à cette analyse
les commentaires liés à cette analyse
retour
 
Le plaisir est double : lire et voir
Livre : "Abécédaire du Cinéma Tunisien", de Hédi Khelil (1)
Un exemple à suivre pour tous les cinémas nationaux d'Afrique

L'engagement de Hédi Khelil en faveur du cinéma tunisien ne date pas d'aujourd'hui. Il coule "dans les veines" et n'a pas besoin d'être argumenté. L'amour que porte l'auteur au cinéma tunisien (et par extension aux cinémas du Sud) se confond avec celui qu'il porte au cinéma tout court.

"C'est le cinéma qui m'a donné une identité propre. Il m'a fait beaucoup de bien et m'a permis d'avoir un temps qui n'appartient qu'à moi. Si le cinéma m'a tant apporté, il faut bien que je le lui rende. D'instinct et de conviction, j'ai tenu à consacrer l'essentiel de mon énergie, en premier lieu, au cinéma de mon pays, la Tunisie, et en second lieu aux cinéastes du Sud".

Ce sont les toutes premières lignes du livre de Hédi Khelil, journaliste et universitaire, critique et enseignant de littérature et de cinéma qui a déjà publié plusieurs livres et études sur l'image et l'analyse filmique. Ces lignes ont le mérite de dire avec des mots simples et forts l'essentiel, dès le départ, sans ambages ni détours.

Un livre qui honore la bibliothèque cinématographique tunisienne et africaine

L'ouvrage compte 420 pages. Il est le premier livre du genre en Tunisie. Il porte sur 40 ans de production cinématographique tunisienne. Il s'appuie sur une analyse thématique et esthétique des films, tous genres et catégories confondus. Il constitue un outil pratique qui permet de voir et de revoir les films, d'en connaître et reconnaître les principaux moments, car – cerise sur le gâteau – le livre de Hédi Khelil est accompagné d'un DVD, intitulé "Panorama du cinéma Tunisien 1966-2006'', un complément indispensable à l'ouvrage.

À l'image du livre, le DVD retrace 40 ans de cinéma tunisien. Il cherche à "dégager les lignes de force, les foyers de cohérence, et les regroupements perceptibles dans la mouvance du cinéma tunisien" et ce, à la lumière d'une sélection minutieuse des principales séquences – soixante au total – constitutives de l'histoire mais aussi de la genèse de ce cinéma.

L'auteur : un "infatigable" coureur de fond

Ce n'est pas la première fois que Hédi Khélil nous fait part de la place qu'occupe le cinéma, surtout tunisien, dans sa vie. Il en a donné de manière fidèle et régulière, la plus belle des illustrations et ce, à travers les articles qu'il a publiés dans les journaux tunisiens "Le Temps" et, depuis quelques années, dans le journal "La Presse".
En 2002, il a mené, avec la même passion, une série d'entretiens avec un certain nombre d'hommes et des femmes (metteurs en scènes, techniciens, acteurs, producteurs..) qui ont compté et qui continuent à compter encore dans le cinéma tunisien ; entretiens qu'il a rassemblés dans un ouvrage intitulé "Le Parcours et la Trace" (NOTE 2).

"L'Abécédaire du Cinéma Tunisien" est le résultat d'une course quasi-quotidienne et quasi-rituelle de "salle en salle", de "manifestation en manifestation", d'"une administration à une autre" pour ne rater aucun film tunisien et, parallèlement, pour lire, dévorer des livres, des revues, des documents divers, pour voir, revoir, faire machine arrière pour, le cas échéant, se "ré-imprégner" de l'air du temps et replonger dans l'environnement qui a vu naître tel film, à telle date, dans tel contexte précis…

Durant plus de quatre ans, Hédi aura visionné et re-visionné au Ministère de la Culture et de la Sauvegarde du Patrimoine (et probablement ailleurs) tous les courts et longs métrages tunisiens, sans exception, et qu'il a passé de très longues journées et d'interminables soirées à écrire et réécrire ses textes, recherchant avec précision, les expressions les plus à même de traduire ses émotions, ses coups de cœur, ses coups de gueule…

Une présentation originale…une lecture sous le signe du plaisir

Les articles sont présentés dans un ordre alphabétique traitant, selon le cas, d'un réalisateur, d'un thème, d'un film. Parcourant la lettre "B", par exemple, vous trouvez, évidemment, un article consacré à Nouri Bouzid. À la lettre "H", un article sur Halfaouine, à la lettre "J" un article sur le thème de la jeunesse… À travers les chapitres, vous voilà en face d'une rétrospective de tous les films qui ont marqué le cinéma tunisien, des portraits de nombreux cinéastes, de documentaristes, d'hommes et de femmes ayant leur poids dans le paysage cinématographique tunisien…

Pas de contraintes dans la lecture du livre, celui-ci se prête à une lecture "flexible" et "personnalisée" : on y lit en premier ce que l'on a envie de lire, on y va tout de go, sans être obligé de lire page par page, le "tout", dans la continuité.
Deux index (un consacré aux "films cités" et dont certains font l'objet d'une analyse ou d'un commentaire et le second consacré aux "noms propres" cités) permettent de "naviguer" de manière aisée dans ce livre qui couvre une matière riche, immense et diversifiée.

Et puis quelles belles illustrations, quelles belles images… des images d'hommes, de femmes, des connus et des moins connus, à eux tous Hédi Khelil se faisait un devoir de leur rendre hommage, il le fait, avec des mots et des clins d'œil propre à lui auxquels nous ne pouvons qu'y adhérer…

Écrire à la première personne… dans un esprit scientifique

Plus qu'un livre sur le cinéma tunisien, "L'Abécédaire du Cinéma Tunisien", tient un peu du carnet de bord personnel, de notes de voyages d'un compagnon de route du cinéma tunisien, attentif et passionné. En ce sens, comme d'autres lecteurs l'ont exprimé avant nous, le livre risque de vous apprendre autant sur l'auteur que sur les cinéastes et les films tunisiens, dont celui-ci parle. En ce sens, l'ouvrage de Hédi Khelil est volontairement et foncièrement subjectif.
À la question que l'on pose à Hédi Khelil sur l'"omission" de tel(le) cinéaste dans son ouvrage, l'auteur s'empresse de répondre : non, ce n'est pas une omission, ce n'est pas une négligence, c'est voulu, tel auteur n'a pas de place dans mon abécédaire.
La subjectivité revendiquée, affichée et assumée de Hédi Khelil ne s'oppose nullement à l'esprit de recherche "scientifique" et à ses exigences de rigueur, de précision, de quête du sens. Hédi Khelil est les deux à la fois. Il ne rejette rien sans s'en expliquer. Il n'aime rien sans, par magie, réussir à vous le faire partager.
Mine de rien, ces articles, apparemment autonomes les uns par rapport aux autres sont reliés entre eux par une formidable culture cinématographique, une mémoire éléphantesque, un parti pris pour un cinéma aux dépens d'un autre. Toute cette construction porte la marque d'un cinéphile hors pair et d'un érudit.

Le livre de Hédi Khelil est un ouvrage précieux et à plus d'un titre exemplaire (NOTE 3) – même si l'auteur, modeste, s'en défend. L'ouvrage est à découvrir et à faire découvrir. C'est une source désormais incontournable pour quiconque veut se faire une idée sur le cinéma tunisien. Il y a certes le prisme de la subjectivité de l'auteur, mais nous avons expliqué plus haut que cette subjectivité n'enlève en rien à la qualité du "panoramique" fait sur le cinéma tunisien sur une durée de quarante ans.

Je ne vous surprendrais pas si je vous disais que le livre de Hédi Khelil m'accompagne désormais là où je vais. Chaque fois que l'envie me prend je le feuillette et je me mets à lire l'article qui suscite mon désir de lire et c'est le cas quasiment de tous les articles. Ce livre me comble. Je prends le risque de me répéter et je redirais encore une fois que ce livre honore la très chétive "bibliothèque cinématographique tunisienne". Puisse-t-il inspirer d'autres ouvrages de la même qualité à d'autres critiques tant en Tunisie qu'ailleurs dans nos pays.

Abdelfatteh FAKHFAKH

NOTE 1
Hédi Khélil – Abécédaire du cinéma tunisien, Tunis, 2006, 433 pages, grand format (21 cm x 30 cm), accompagné d'un DVD portant des extraits de films tunisiens de 1966 à 2006.

NOTE 2
Hédi Khélil – Le Parcours et la Trace, Témoignages et documents sur le cinéma tunisien. Éditions Médiacom, Tunis, 2002.

NOTE 3
On nous objectera que le livre renferme des erreurs et des coquilles difficilement pardonnables, cela est vrai, j'en cite une touchant la mémoire de mon ami Mohamed Mahfoudh (page 312 : dans le texte, Mahfoudh décède le 3 octobre 2005, en notes de bas de page, dans la même page, on lit qu'il décède le 29 octobre 2005), mais nous savons que Hédi Khelil est conscient de ces erreurs et qu'il a promis de les corriger dans les prochaines éditions.

haut de page


   liens films

Halfaouine, l'enfant des terrasses 1990
Férid Boughédir


   liens artistes

Khelil Hédi


   liens structures

Presse (La)
Tunisie | TUNIS

Temps (Le)
Tunisie | EL MENZAH

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette analyse :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>