actuellement 18087 films recensés, 3138 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Noureddine Mhakkak
publié le
01/09/2006
films, artistes, structures ou événements liés à ce compte rendu de festival
les commentaires liés à ce compte rendu de festival
retour
 
La septième édition du festival cinématographique de Rabat 2006
Cinéma d'auteur et les horizons d'expression créative
Rabat, 25 juillet - 02 août 2006
Le festival international du cinéma d'auteur qui s'était déroulé à Rabat entre le 25 juillet et 2 août 2006 est devenu une grande rencontre culturelle du cinéma créatif, qui laisse au cinéma de prendre son visage esthétique différent dans toute sa particularité et sa richesse artistique. Car ce festival, en faisant l'éloge de ce genre du cinéma, fait l'éloge de la créativité de l'être cinématographique avec toute sa force imaginaire insoutenable, selon l'expression de Milan Kundera.

En suivant les pas de ce regard cinématographique qui veut que le cinéma reste un miroir de soi comme il est aussi l'image de l'autre, les organisateurs du festival ont bien choisi les films qui vont être projetés dans le festival. Car ces films là sont des films qui ont une qualité esthétique et thématique bien remarquable comme ils sont des films dont le cachetage est purement individuel. On peut les citer ainsi :

1 - My Nikifor (Pologne), du réalisateur Krzysztov Krauze.
2 - Bled Number one (Algérie-France) du réalisateur Rabah Ameur-Zaimeche.
3 - Lettre d'amour Zoulou (Afrique du sud) du réalisateur Ramadan Suleman.
4 - Tarfaya (Maroc) du réalisateur Daoud Oulad Sayad.
5 - L'ombre du silence (Arabie Saoudite) des réalisateurs Abdul Muhsen Al Mamr et Nayet Khalaf.
6 - Diarios de motocicla (Perou, Chili, Argentine, Brésil, Etas-unis) du Réalisateur Walter Salles.
7 - Attente (Palestine) du réalisateur Rashid Masharawi.
8 - Relations publiques (Syrie) du réalisateur Samir Zikra.
9 - Vendredi ou un autre jour (Belgique) du réalisateur Yvan Le Moine.
10 - Le regard "Negah" (Iran) de la réalisatrice Sepideh Farsi.
11 - Frères d'exil (Turquie) du réalisateur Yilmaz Arslan.
12 - The road to Guantanamo (Royaume –uni) des réalisateurs Michael Witerbottom et Mat Whitecross.
13 - Réveil (Maroc) Mohamed Zineddine.
14 - Passion et Amour (Egypte) du réalisateur Kamel Abou Dikra.

Ces films ont pu trouver leur public passionné par le charme de la créativité cinématographique basée sur la recherche artistique qui même si elle s'appuie quelque fois dans certains films sur le documentaire, elle essaie de présenter une certaine réalité en essayant d'atteindre un certain type de vérité, selon l'expression du cinéaste italien Luky Luciano, tandis que d'autres films ont cherché à créer leur propre réalité, leur propre vision au monde qui les entoure tel le film Vendredi ou un autre jour. Ce film qui a été bien reçu par les membres de l'association des critiques du cinéma au Maroc lors du débat avec son réalisateur, et qui a mérité d'être couronné par le grand prix du festival : le prix du Roi Hassan II. Pour les autres films, le film britannique The road to Guantanamo a pu obtenir le prix spécial du jury, alors que le prix du publique a été décerné ex-æquo aux films L'Attente de Rachid Mashrawi et Passion et Amour de Kamila Abou Dikra. Le prix de la critique a été attribué lui aussi au film palestinien L'Attente. Le film marocain Tarfaya a mérité la mention spéciale du jury.
Ainsi ce festival a pu montrer son importance pour le rayonnement du cinéma marocain, arabe et même international, et a pu ouvrir une grande fenêtre vers la modernité et le dialogue entre les cultures. Car le cinéma est un fait de joie et de tolérance, et un miroir qui reflète les émotions créatives de l'être humain, avec beauté, avec tendresse, avec une pensée pleine de vie. Et si on aime, bien sûr, la vie on va au cinéma.

Noureddine Mhakkak

haut de page


   liens films

Bled Number One 2005
Rabah Ameur-Zaïmèche

Réveil 2004
Mohamed Zineddaine

Tarfaya 2004
Daoud Aoulad-Syad

Zulu Love Letter (Lettre d'amour zoulou) 2004
Ramadan Suleman


haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur ce compte rendu de festival :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>