actuellement 18202 films recensés, 3176 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Samir Ardjoum
publié le
22/07/2006
films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
les commentaires liés à cette critique
retour
 
Vivre sa vie
Samia, de Philippe FAUCON (France)
Avec Lynda Benahouda, Nadia El Koutei, Kheira Oualhaci

Elle n'est pas seule : ses nombreuses sœurs l'aident à survivre dans une société majoritairement masculine où il n'est pas bon pour une fille de grandir. Son frère aîné ne vit que pour le respect et la sauvegarde des traditions familiales. Ce qui lui donne une liberté totale de surveillance de ses sœurs. Samia, jeune et jolie douceur orientale, est la seule qui résiste à cette dictature étrange et grotesque. Elle est la seule qui vit sa vie. Le film met en scène l'injustice familiale qui détruit un microcosme maghrébin. Yacine, le grand frère au chômage, ne supportant plus le désordre de la vie extérieure tente par tous les moyens de faire respecter l'ordre paternel et surtout de protéger ses sœurs. Une façon de garder le contrôle sur quelque chose, de se préserver un espace de décision au détriment des autres membres de la famille.

Le nouveau film de Philippe Faucon suit pas à pas l'itinéraire d'une jeune beurette qui voit sa vie se transformer radicalement. À un âge où les jeunes filles voient leurs premiers flirts s'épanouir, Samia décide de passer outre cette étape de l'adolescence pour s'occuper uniquement de sa condition de femme dans la religion musulmane.

Elle apprend, au péril de sa liberté, à crier, à faire face, à poser des conditions, à choisir... à agir. Raconté comme cela, cet itinéraire d'une beurette non gâtée peut paraître ordinaire. Il ne l'est pas. Faucon est le cinéaste de la révolte par excellence. Il filme un corps fragile – celui de Samia – évoluer dans une atmosphère virile et extraordinairement malsaine (cf. la séquence du gynécologue). Elle ne peut plus supporter cette tyrannie injuste et par conséquent livre un combat des plus farouches contre son frère. Elle n'arrive pas comprendre les raisons qui amènent cet homme à la haïr. Elle ne comprend plus le désistement sentimental de son père qui, voyant le corps de sa fille se transformer, décide de ne plus le regarder. Elle lutte sans cesse contre sa mère et tente de lui ouvrir les yeux face à ce déraisonnement moral qui assassine depuis toujours la fraîcheur des jeunes maghrébines.

Elle sait qu'elle part avec un handicap, elle est une femme. Mais elle arrive à différencier les maux de la folie religieuse et les plaisirs ouverts de l'Islam (cf. la séquence du mariage). Elle est femme et restera intègre. C'est ce que Philippe Faucon décide de montrer dans un film qui au fil des jours deviendra radical dans le paysage cinématographique français.

Samir ARDJOUM
(France)

Critique paru en 2000 sur www.fluctuat.net

haut de page


   liens films

Samia 1999
Philippe Faucon, Myriam Bakir


   liens artistes

Faucon Philippe


haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>