actuellement 17816 films recensés, 3063 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Charles Ayetan
publié le
18/01/2007
films, artistes, structures ou événements liés à ce compte rendu de festival
les commentaires liés à ce compte rendu de festival
retour
 
5ème Festival International du Film de Ouidah, Quintessence
06-10 janvier 2007, Ouidah (Bénin)
Marion Hänsel, Grand Prix du Festival

La cinquième édition du Festival International du Film de Ouidah, Quintessence, qui s'est déroulée du 06 au 10 janvier 2007 au Bénin a vu le couronnement du film Si le vent soulève les sables (95 min), de Marion Hänsel (Belgique). Ce film a remporté le trophée du Python Royal, le Grand prix du festival. C'était au soir du 10 janvier dans l'amphithéâtre de l'Institut Régionale de Santé Publique de Ouidah, partenaire de ce festival.
Le clou du festival est l'hommage au cinéaste ivoirien Henri Duparc qui nous a quitté le 18 avril 2006. Pour l'occasion, son épouse, veuve Henriette Duparc était présente tout au long du festival. Un Prix Henri Duparc a été créé à cet effet en vue d'immortaliser ce grand artiste. Ce prix qui a sanctionné le film le plus drôle dans la section "Film d'Humour" a été remporté par Bul Deconné ! (75 min) de Marc Picavez et Massaër Dieng.
La nouveauté de Quintessence cette année est que le festival s'est déroulé sous le signe de la décentralisation. Trois villes ont ainsi été touchées par ce rendez-vous international du cinéma africain, à savoir : Ouidah, Cotonou et Porto-Novo.
Les manifestations ayant marqué Quintessence 2007 ont connu la participation effective de plusieurs réalisateurs, comédiens, cadreurs, journalistes, étudiants en cinématographie et cinéphiles venus de tous les coins du Bénin, de Belgique, de Côte d'Ivoire, de France, de la Guinée et du Togo.
Au nombre des participants, on peut signaler les réalisateurs : Thierry Michel (Belge, auteur de Mobutu Roi du Zaïre et de Congo River…), Mama Keïta (Franco-guinéen, auteur du film Le sourire du serpent), Jacques Do Kokou (Togolais, auteur du premier film togolais de fiction, Kouame), Jémima Catraye (Béninoise, auteur du documentaire Juste un peu d'amour), Jean Odoutan (Béninois, auteur de La valse des gros derrières).
Deux ateliers de formation y ont été tenus à savoir : l'atelier d'écriture de scénario et documentaire avec le réalisateur franco-guinéen Mama Keïta à Ouidah et l'atelier de critique cinématographique avec le journaliste camerounais Jean-Marie Mollo Olinga à Cotonou.
Pendant ce festival, plusieurs dizaines de film ont été projetés dans le grand amphithéâtre de l'Institut Régional de Santé Publique (IRSP) de Ouidah en face du site de Quintessence, au Centre Culturel Français de Cotonou et dans les quartiers en plein air dans les villes de Ouidah, de Cotonou et de Porto-Novo.
Par ailleurs, deux tables-rondes ont enrichi cette rencontre. Les thèmes : "Prolifération des écoles de cinéma en Afrique subsaharienne : avantages et inconvénients" et "Mondialisation et Avenir du cinéma africain" ont respectivement été animés les 8 et 9 janvier 2007 par des professionnels du cinéma africain dont le professeur Bonaventure Assogba, M. Christian Zossou et M. Emile Désiré Olougoudou.
Le 10 janvier, c'était la journée dédiée à Léopold Sédar Senghor avec des projections sur sa vie d'homme d'Etat et d'homme de lettre. La matinée de cette journée a été consacrée à un débat animé par le professeur Honorat Agessy du Bénin sur le respect de la diversité des cultures et des civilisations ainsi que le dialogue entre les peuples.
Le Festival International du Film de Ouidah, Quintessence, est une initiative de M. Jean Oudoutan, réalisateur béninois et délégué général de Quintessence. Ce rendez-vous international du film et de l'audiovisuel contribue au développement du cinéma, vecteur des cultures africaines et mondiales et outil important de développement de nos pays et des peuples.

Charles Ayetan
AJCC-TOGO

Le Palmarès

Court métrage :
Prix du Python Pygmée (prix du court métrage)
Bè Kunko (32 mn), Cheik Fantamady Camara

Long métrage :
Prix du Python Royal (Grand prix du festival) :
Si le vent soulève les sables (95 mn), Marion Hänsel (Belgique)

Prix du Python de Children (prix du public) :
Héritages-La sorcière (89 mn), Francis Zossou (Bénin)

Prix du Python à Tête Noire (prix du meilleur scénario):
Kinshasa Palace (75 mn), Zéka Laplaine

Prix Henri Duparc (prix du meilleur film d'humour) :
Bul Deconne (75 mn), Marc Picavez et Massaër Dieng

Documentaire :
Prix du Python Papou (prix du Documentaire) :
Calypso@dirty Jim's (54 mn), Pascale Obolo

Prix d'encouragement :
Juste un peu d'amour (26 mn), Jémima Cartraye (Bénin)

Mention spéciale :
Congo River (116 mn), Thierry Michel (Belgique)

haut de page


   liens films

Bè Kunko (Nos problèmes) 2004
Cheick Fantamady Camara

Bul Déconné ! 2004
Massaër Dieng, Marc Picavez

Calypso@dirty Jim's 2005
Pascale Obolo

Congo River 2005
Thierry Michel

Héritages, la sorcière 2006
Francis Zossou

Juste un peu d'amour 2006
Jemima Catrayè

Kinshasa Palace 2006
Zeka Laplaine

Kouami 1975
Jacques Do Kokou

Mobutu, roi du Zaïre 1999
Thierry Michel

Si le vent soulève les sables 2006
Marion Hänsel

Valse des gros derrières (La) 2002
Jean Odoutan


   liens artistes

Camara Cheick Fantamady


Catrayè Jemima


Dieng Massaër


Do Kokou Jacques


Duparc Henri


Hänsel Marion


Keïta (réalisateur) Mama


Laplaine Zeka


Michel Thierry


Mollo Olinga Jean-Marie


Obolo Pascale


Odoutan Jean


Picavez Marc


Zossou Francis


   liens structures

ICO (Institut Cinématographique de Ouidah)
Bénin | OUIDAH

Quintessence - Festival International du Film de Ouidah
Bénin | OUIDAH

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur ce compte rendu de festival :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>