actuellement 17679 films recensés, 2971 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Fatoumata Sagnane
publié le
16/03/2007
films, artistes, structures ou événements liés à cette analyse
les commentaires liés à cette analyse
retour
 
Vision –violence dans les films africains
Bulletin Africiné n°06 (FESPACO 2007), du Jeudi 1er mars 2007

Cinéma et violence ont toujours cheminé ensemble. Dès le début du septième art, la violence était présente sous forme de gifles, de coup de poing, de bagarre et de propos injurieux. Le western a surtout privilégié les bagarres de Saloon et duels au revolver à barillet. Les films noirs ou de gangsters s'expriment par les coups de poing, de pieds, des invectives et insultes. Le recours à l'arme à feu ou à l'arme blanche est un des éléments qui prolongent la haine, la colère. Le raffinement dans la mise à mort souligne la jouissance qui accompagne la violence. Le personnage du psychopathe est récurrent dans plusieurs films.
Le cinéma africain – qui jusqu'ici ne filmait pas la violence crue – l'exprime de nos jours sans ambages en puisant dans les sociétés des modèles de comportements, qui traduisent les dérèglements de notre vie en communauté. Ces comportements d'agressivité vont de la défiance dans le regard, à la mise à mort orchestrée au nom de la tradition. Deux films témoignent de cette approche : Djanta de Tahirou Ouédraogo et Il va pleuvoir sur Conakry de Cheick F. Camara.
Djanta montre vaillamment les scènes de violence d'un père qui exerce son autorité sur sa fille à travers gifles et tortures. Tout cela au nom du respect de la tradition. Le sang ne coule pas, mais les stigmates sont là. Une violence qui débouche sur la mort. La tradition a bon dos, pourrait-on dire, car elle cautionne des actes de violence. Dans Il va pleuvoir sur Conakry, le personnage principal, Bangaly, retient ses pulsions de violence. Il ne commettra pas l'acte de tuer le père bien qu'armé d'un couteau. La communauté des sages du village organise un rituel de mise à mort pour empoisonner le bébé conçu hors mariage et qui représentait une tâche noire dans la famille de l'imam.

Fatoumata Sagnane (Guinée)

Article paru dans le Bulletin Africiné n°06 (FESPACO 2007), du Jeudi 1er mars 2007, page 2.

haut de page


   liens films

Djanta 2006
Tahirou Tasséré Ouédraogo

Il va pleuvoir sur Conakry 2006
Cheick Fantamady Camara


   liens artistes

Camara Cheick Fantamady


Diawara Fatoumata


Ouédraogo Tahirou Tasséré


   liens structures

FESPACO
Burkina Faso | Ouagadougou 01

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette analyse :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>