actuellement 17679 films recensés, 2971 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Godefroy Macaire Chabi
publié le
16/03/2007
films, artistes, structures ou événements liés à cette analyse
les commentaires liés à cette analyse

Godefroy M. Chabi







retour
 
Acrimonie du regard
Bulletin Africiné n°06 (FESPACO 2007), du Jeudi 1er mars 2007.

Dans le cinéma africain actuel, se déclinent deux approches de la violence. La violence qui s'exprime par les actes et les paroles puis une forme de "violence contenue". Mahamat-Saleh Haroun, Cheik Fantamady Camara et Sylvestre Amoussou s'inscrivent dans la dernière ligne.
Dans Daratt, Atim avait pourtant le pistolet de son père (remis par son grand-père). Mais, face à son adversaire, il a plutôt préféré l'affrontement psychologique. À aucun moment dans ce film, il n'y a eu des échanges de tirs. Le film évoque simplement la guerre comme source fondatrice de l'histoire. En voyant Il va pleuvoir sur Conakry, Bibi n'avait-il pas la solution au bout de son couteau lorsqu'il est revenu vers son père? Il a plutôt préféré asséner un long et lourd regard. La haine dans les cinémas africains "de violence contenue" choisit la solution du respect de la personne humaine. Il y a surtout lieu ici de souligner l'expression et l'intervention des cultures africaines dans cette approche de la violence centrée sur le regard. En Afrique, le regard, même menaçant, parle. Il introduit par conséquent une relation d'intimité qui s'établit entre les personnages dans le croisement des regards. Atim dans Daratt a fini d'ailleurs par voir dans cette confrontation du regard l'effet de la chaleur paternelle qui lui a toujours manqué.
La violence contenue introduit également la notion de rejet idéologique et de questionnement sur l'avenir. Sylvestre Amoussou le démontre par moments dans Africa Paradis en se servant du regard toujours chargé du député Yokossi et du commissaire, tous deux réfractaires à l'intégration des Blancs dans la société noire.
La violence du regard prend, à première vue, sa source dans la volonté réelle des cinéastes africains d'humaniser le cinéma.

Godefroy Macaire CHABI (Bénin)

Article paru dans le Bulletin Africiné n°06 (FESPACO 2007), du Jeudi 1er mars 2007, page 3.

haut de page


   liens films

Africa paradis 2005
Sylvestre Amoussou

Daratt (Saison sèche) 2006
Mahamat-Saleh Haroun

Il va pleuvoir sur Conakry 2006
Cheick Fantamady Camara


   liens artistes

Amoussou Sylvestre


Camara Cheick Fantamady


Diawara Fatoumata


Haroun Mahamat-Saleh


   liens structures

FESPACO
Burkina Faso | Ouagadougou 01

Koffi Productions
Bénin

Tchoko Tchoko 7ème art
France | Rosny-sous-Bois

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette analyse :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>