actuellement 17521 films recens√©s, 2947 textes recherche | » english  
films r√©alisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  r√©dacteurs»
  √©crans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  d√©p√™ches »
  nouvelles de
la f√©d√©ration»
  la f√©d√©ration»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Sitou Ayité
publié le
16/03/2007
Ľ films, artistes, structures ou √©v√©nements li√©s √† cette critique
Ľ les commentaires li√©s √† cette critique
retour
 
Le dilemme d'Atim
Daratt (Saison sèche), de Mahamat-Saleh Haroun (Tchad)
Bulletin Africin√© n¬į06 (FESPACO 2007), du Jeudi 1er mars 2007

"La saison s√®che". Telle est la signification de Daratt. Le titre fait penser automatiquement √† un film en rapport avec le climat mais il est beaucoup plus que cela. La s√©cheresse est explor√©e dans toutes ses dimensions : la parole, les gestes amicaux, l'environnement proprement dit et m√™me le montage. Ce dernier particuli√®rement am√®ne le spectateur √† faire son propre film. Tous ces non-dits du film lui donne ce c√īt√© subjectif.

C'est dans le contexte d'un pays d'apr√®s guerre que le Tchadien Mahamat-Saleh Haroun d√©cide de pointer sa cam√©ra sur les effets conjugu√©s de l'aridit√©. Cette s√©cheresse oppose deux couches : la jeunesse en la personne d'Atim qui se cherche et le troisi√®me √Ęge repr√©sent√© par Nassara et Omar qui croient pouvoir aider Atim √† se trouver.

C'est un v√©ritable dilemme entre la vengeance et le pardon. Atim cherche dans ces deux vieux et surtout en lui-m√™me comment devenir un vrai homme. Venger son p√®re en √©liminant Nassara comme le lui ordonne Omar, son grand p√®re, ou r√©pondre positivement √† l'affection de Nassara en tant que p√®re qu'il n'a jamais connu ? O√Ļ se trouve la vraie justice ? Atim doit trouver une solution. Le r√©alisateur a donc pouss√© la r√©flexion √† l'extr√™me en montrant les tentatives d'Atim pour abattre Nassara √† plusieurs reprises. C'est √† cette √©norme tension que le spectateur est confront√© tout au long du film.

Ce contraste entre les deux personnages Atim et Nassara qui sont sous le r√©gime de la violence mais pas de la m√™me fa√ßon est remarquable. L'un veut pouvoir l'exprimer sans trembler, tandis que l'autre veut faire taire la b√™te en lui. Comme on se r√©fugie dans l'alcool pour oublier ses soucis, Nassara se r√©fugie dans la pri√®re et l'aum√īne pour oublier les horreurs qu'il a faites dans le pass√©, et Atim se r√©fugie derri√®re son revolver pour r√©veiller la col√®re.
Atim a-t-il vraiment le cran pour tuer ? Il est difficile de d√©finir ce qui se cache derri√®re cet air de haine d'Atim, m√™me si le r√©alisateur a essay√© de nous faire vivre un monologue. Le regard d'A√Įcha, femme de Nassara, ainsi que son propre travail bien fait de boulanger, lui arrachent un sourire ; ce sont les seuls moments o√Ļ l'on p√©n√®tre le monde d'Atim jusque l√† ferm√© au spectateur.

Il n'y a aucune issue apparente, Atim a une mission et elle est obligatoire. Tuer Nassara ou lui pardonner ? Face à l'assassin repenti de son père et Omar son grand père qui réclame vengeance, qui faut il satisfaire ?

Sitou AYIT√Č (Togo)

Un extrait de cet article a √©t√© publi√© dans le Bulletin Africin√© n¬į06 (FESPACO 2007), du Jeudi 1er mars 2007, page 5.

haut de page


   liens films

Daratt (Saison sèche) 2006
Mahamat-Saleh Haroun


   liens artistes

Haroun Mahamat-Saleh


   liens structures

FESPACO
Burkina Faso | Ouagadougou 01

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>