actuellement 17679 films recensés, 2971 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Ludovic O. Kibora
publié le
16/03/2007
films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
les commentaires liés à cette critique
retour
 
Les chemins possibles vers la paix
Daratt (Saison sèche), de Mahamat-Saleh Haroun (Tchad)
Bulletin Africiné n°06 (FESPACO 2007), du Jeudi 1er mars 2007

Atim est un jeune orphelin dont le père a été tué par un certain Nassara, pendant l'une des interminables guerres civiles qui minent le Tchad depuis plusieurs décennies. Pour laver l'honneur de la famille, le grand père d'Atim lui demande de tuer Nassara afin de venger son père. Est-il facile de tuer un être humain sur une telle injonction ? Le pardon est-il possible entre des Hommes qui se sont mutuellement mutilés dans leurs âmes et dans leurs chairs ? 95 minutes de suspense et de tensions, pendant lesquelles la caméra du réalisateur tchadien Mahamat-Saleh Haroun nous dévoile l'aridité d'une nature qui par endroits s'identifie à celle des relations sociales, qui nous embarquent dans un cycle infernal de violence. De façon récurrente, les images qui défilent en dehors du champs de la camera, renforcent cette réflexion qui habille l'attente du spectateur dans la compréhension du dénouement final. Ainsi, la violence hideuse qu'on ne saurait voir, est cachée avec intelligence.
Histoire de guerre, histoire d'amour, hymne à la paix où la voie à suivre reste ouverte, plutôt suggérée que dictée. Mouvements de caméra et lumière bien dosés pour soutenir une intrigue à travers laquelle, des thématiques diverses se bousculent dans une ambiguïté ambiante, pour aider à éclairer d'avantage les chemins, possibles de sortie de crise. Mais, la violence n'est-elle pas inhérente à l'existence humaine ? Le gros plan sur le visage souriant d'Atim, les couleurs vives qui accompagnent l'apparition à l'écran d'Aïcha (la bien nommée) épouse de Nassara, sont autant d'indications qui confirment que le jour naît de la nuit. Daratt, ce troisième long métrage du réalisateur d'Abouna, était en postproduction au moment même où les démons de la guerre revisitaient le Tchad en 2006. Contribution heureuse à la réflexion sur le pardon, la paix et la coexistence pacifique, ce film n'a pas usurpé sa distinction acquise au festival de Venise de 2006.

Ludovic Kibora (Burkina Faso)

Un extrait de cet article a été publié dans le Bulletin Africiné n°06 (FESPACO 2007), du Jeudi 1er mars 2007, page 5.

haut de page


   liens films

Abouna (Notre père) 2002
Mahamat-Saleh Haroun

Daratt (Saison sèche) 2006
Mahamat-Saleh Haroun


   liens artistes

Haroun Mahamat-Saleh


   liens structures

FESPACO
Burkina Faso | Ouagadougou 01

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>