antalya escort bayan antalya escort gebze evden eve nakliyat izmir dershane izmir dershane fiyatlari Odtululer Dershanesi banu akcal meral sonmezer gulsum soyturk zelal keles ankara butik dershane ankara tel orgu
Africiné
actuellement 17645 films recensés, 2956 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Justin Ouoro
publié le
19/03/2007
films, artistes, structures ou événements liés à cette analyse
les commentaires liés à cette analyse
retour
 
Un rapport d'anthropophagie
Cinémas africains et télévision
Bulletin Africiné n°07 (FESPACO 2007), du Vendredi 02 mars 2007

L'influence de la télévision sur les productions cinématographiques africaines a atteint une proportion de plus en plus inquiétante. Cinéma et télévision sont deux modes d'expression et de représentation qui ne sont pas à confondre, même s'ils sont issus d'un même procédé.
On le sait, le cinéma africain des premières heures s'est beaucoup nourri de la littérature africaine à l'instar de ce que l'on peut constater du rapport cinéma littérature dans le reste du monde. Ce constat n'a pas pour autant empêché littérature et cinéma de se confirmer chacun dans son genre. Le cinéma a su se frayer son chemin entre littérature et théâtre de telle sorte qu'il a pu se construire un langage et une esthétique dont la remise en cause ne fait plus l'objet d'aucun débat sérieux.
Le rapport cinéma télévision pose, a contrario, d'énormes difficultés qui méritent d'être l'objet de sérieuses réflexions. Au-delà des enjeux économiques que soulève cette cohabitation difficile, il se pose un problème d'anthropophagie artistique subie par le cinéma africain contemporain. Cette influence que la télévision a sur le cinéma, ou la métamorphose de l'art cinématographique, touche essentiellement le traitement de l'espace, le dialogue et la place qu'occupe le spectateur dans le film.
L'espace cinématographique dans les cinémas africains se métamorphose de plus en plus en un espace télévisuel. L'enfermement de l'espace par le biais d'un choix de cadres réduits est davantage caractéristique d'un nouveau cinéma africain. Que ce soit Il va pleuvoir sur Conakry de Fantamady Camara, ou Djanta de Tasséré Ouédraogo, ou encore Code phoenix de Boubakar Diallo, la technique de prises de vue est celle empruntée à la télévision. La fréquence des images de proximité, où la distance entre la caméra et l'objet filmé est très réduite, relève plus de la télévision que du cinéma. Elle a pour objectif de supprimer toute distance entre l'écran et le spectateur. Le recul qui permet au spectateur de se faire un point de vue sur les images qu'il voit se trouve ici annulée. On se rapproche de la fonction d'information qui ne laisse pas de place à la réflexion. Le cinéma ne suggère plus, il dit.
Dès lors, le dialogue se fait plus présent, donnant ainsi l'impression de télénovelas où le rapport image parole est un rapport de redondance. La part importante de la symbolique, du silence et du non dit si chère à l'esthétique cinématographique s'en trouve pervertie.
Le cinéma africain court le risque d'être phagocyté par la télévision. Un échappatoire aux problèmes économiques que rencontre le cinéma qui ne sera pas sans assassiner son âme.

Justin OUORO (Burkina Faso)

Article paru dans le Bulletin Africiné n°07 (FESPACO 2007), du Vendredi 02 mars 2007, page 1.

haut de page


   liens films

Code Phénix 2005
Boubakar Diallo

Djanta 2006
Tahirou Tasséré Ouédraogo

Il va pleuvoir sur Conakry 2006
Cheick Fantamady Camara


   liens artistes

Bayili Mathias


Camara Cheick Fantamady


Diallo Boubakar


Diawara Fatoumata


Ouédraogo Tahirou Tasséré


   liens structures

FESPACO
Burkina Faso | Ouagadougou 01

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette analyse :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>