actuellement 17679 films recensés, 2971 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Albert Chaïbou, Almahady Cissé
publié le
19/03/2007
films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
les commentaires liés à cette critique
retour
 
Bas les masques
Le sourire du serpent, de Mama Keïta (Guinée)
Bulletin Africiné n°07 (FESPACO 2007), du Vendredi 02 mars 2007

Marion, une prostituée blanche, veut quitter la banlieue où elle vit pour le centre de la ville. Le meurtre de la conductrice du dernier bus qui n'arrive pas l'a clouée dans une station de la gare où Adama, un immigré africain en situation irrégulière, fait le pied de grue. Est-il le meurtrier ?

Le film ne dit rien. Par une mise en scène empruntée au théâtre, il enferme les deux personnages dans un espace qui n'est pas géographiquement fixé, où dominent l'obscurité et la peur. Mama Kéïta oppose ces deux personnages atypiques pour mieux les rapprocher. Marion exerce sa profession de prostituée dans "le noir" et Adama, immigré en situation irrégulière travaille dans le noir aussi…
Une dichotomie dans l'expression qui se transpose dans la réalité.

L'obscurité est présentée ici comme étant leur dénominateur commun même s'ils se différencient l'un de l'autre par les préjugés et les superstitions. Pour Marion, le noir symbolise la mort, le malheur. Et elle parle d'"homme de couleur" pour désigner son agresseur noir. Adama lui pense que le noir est une couleur comme toutes les autres.
Le préjugé de l'homme Blanc sur le Noir est ici mis en exergue par le réalisateur pour le combattre. Dans le lien qu'il construit entre Marion et Adama, le cinéaste guinéen brise les préjugés raciaux qui ont toujours cours dans la société occidentale. Il pose du coup l'impérieuse nécessité d'une coexistence entre les peuples et les cultures.
Un discours actuel que le réalisateur a enfermé dans un labyrinthe qui complique le sujet du film. Il est difficile de saisir à première vue de quoi il parle, même s'il est bien élaboré sur le plan technique.

Albert Chaïbou (Niger)
Almahady Cissé (Mali)

Article paru dans le Bulletin Africiné n°07 (FESPACO 2007), du Vendredi 02 mars 2007, page 5.

haut de page


   liens films

Sourire du serpent (Le) 2006
Mama Keïta (réalisateur)


   liens artistes

Keïta (réalisateur) Mama


   liens structures

AMACRI (Association Malienne des Critiques du Cinéma)
Mali | BAMAKO

FESPACO
Burkina Faso | Ouagadougou 01

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>