actuellement 17433 films recensĂ©s, 2916 textes recherche | » english  
films rĂ©alisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rĂ©dacteurs»
  Ă©crans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dĂ©pĂȘches »
  nouvelles de
la fĂ©dĂ©ration»
  la fĂ©dĂ©ration»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Fatou Kiné SÚne
publié le
19/03/2007
» films, artistes, structures ou Ă©vĂ©nements liĂ©s Ă  cette critique
» les commentaires liĂ©s Ă  cette critique
retour
 
Un testament d'humour et d'amour
Hommage au cinéaste ivoirien disparu

Caramel, de Henri Duparc (CĂŽte d'Ivoire)
Bulletin Africiné n°07 (FESPACO 2007), du Vendredi 02 mars 2007

Si pour feu Henri Duparc, comme le disait lors de l'hommage que le Fespaco lui a rendu le cinĂ©aste sĂ©nĂ©galais Mahamat Johnson TraorĂ©, "crĂ©er, c'est comme accoucher", c'est bien ce qu'il a fait en rĂ©alisant son dernier film Caramel. Il centre son film autour de Fred, un cĂ©libataire endurci de 30 ans, exploitant de salles de cinĂ©ma, qui tisse une relation amoureuse avec Caramel, une jeune fille de 25 ans. Ils se rencontrent lors d'une projection du film Mangala, fille des Indes, un film qui a rencontrĂ© un Ă©norme succĂšs en Afrique. Avec beaucoup d'humour et d'amour, le cinĂ©aste ivoirien en profite pour aborder les maux du 7Ăšme art africain. Les stratĂ©gies dĂ©ployĂ©es par Fred pour attirer les cinĂ©philes avec des rĂ©trospectives ou de nouveaux films africains se sont soldĂ©es par des Ă©checs retentissants, une sĂ©ance n'enregistrant que trois entrĂ©es. Comme le dit Fred, "seuls les films amĂ©ricains trouvent l'adhĂ©sion des cinĂ©philes aujourd'hui". Pourquoi Duparc tient-il Ă  parler Ă©conomie du cinĂ©ma dans un film qui se veut une comĂ©die ? L'humour domine en effet lorsque Maria, la grande sƓur de Fred, s'obstine Ă  mobiliser ses proches pour lui trouver la bonne chaussure. Il en oublierait ses soucis professionnels.

Par les mimiques des acteurs et l'humour des dialogues, Duparc fait de Caramel un film populaire. Les formules de Maria nous font rire tout au long du film, du style : "il aime les rondes avec de gros seins, mon frÚre". Mais le public accroche aussi par l'histoire, ce qui met de cÎté le souci de Duparc de conscientiser sur la gravité des problÚmes auxquels doit faire face le cinéma africain. C'est le besoin familial de Maria qui l'emporte, elle qui recherche une femme pour son frÚre.

Mais Caramel se termine dans une Ă©tonnante ambiguĂŻtĂ©. Ce film testament ressuscite Caramel pourtant dĂ©cĂ©dĂ©e dans un accident, car le cinĂ©ma rend possible les rĂȘves que ne peut offrir la rĂ©alitĂ©. Elle revient auprĂšs de Fred son fiancĂ© l'accompagner encore un moment, comme Duparc le fait encore Ă  travers ses films qui restent bien au-delĂ  de sa prĂ©sence parmi nous. Il le fait Ă  sa maniĂšre, provocateur et anticonformiste, notamment sur sa façon de voir la religion, et son humour ravageur n'a pas fini de nous rĂ©jouir.

Fatou Kiné SÈNE (Sénégal)

Article paru dans le Bulletin Africiné n°07 (FESPACO 2007), du Vendredi 02 mars 2007, page 5.

haut de page


   liens films

Caramel 2004
Henri Duparc

Mangala, fille des Indes 1952
Mehboob Khan


   liens artistes

Duparc Henri


Duparc Henriette


Koutouan Adrienne


Marceleney Prisca


Souané Ahmed


Traoré Mahama Johnson


   évènements

24/02/2007 > 03/03/2007
festival |Burkina Faso |
FESPACO 2007 (Festival Panafricain du Cinéma et de la télévision de Ouagadougou)
Le FESPACO, manifestation biennale attendue avec impatience par les cinéphiles, permet de dresser un bilan sur l'actualité des films africains, mais donne aussi accÚs (télévision) à des films, de qualité mais peu connus. PalmarÚs en fin de FESPACO.

   liens structures

FESPACO
Burkina Faso | Ouagadougou 01

Focale 13 (Les Films Henri Duparc)
CĂŽte d'Ivoire | Abidjan

Wal Fadjri (Walf)
Sénégal | DAKAR

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>