actuellement 17521 films recensĂ©s, 2947 textes recherche | » english  
films rĂ©alisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rĂ©dacteurs»
  Ă©crans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dĂ©pĂŞches »
  nouvelles de
la fĂ©dĂ©ration»
  la fĂ©dĂ©ration»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Espéra Donouvossi
publié le
19/03/2007
» films, artistes, structures ou Ă©vĂ©nements liĂ©s Ă  cette critique
» les commentaires liĂ©s Ă  cette critique
retour
 
Une réalité sénégalaise à l'écran
Sénégalaises et Islam, de Angèle Diabang Brener (Sénégal)
Bulletin Africiné n°07 (FESPACO 2007), du Vendredi 02 mars 2007

Angèle Diabang Brener est chrétienne et réalisatrice de documentaires. Les relations que les Sénégalaises musulmanes de son âge entretiennent avec leur religion l'intéresse au point de leur consacrer un film de 40 minutes intitulé Sénégalaises et Islam. Il est vrai qu'Angèle Diabang Brener est issue d'une famille à majorité musulmane, comme bon nombre de Sénégalais. Elle donne la parole aux femmes sénégalaises pour une libre expression de leur point de vue sur l'islam. Le voile, le Tchador, la charia et les extrémistes sont autant de sujets qui font couler l'encre et les salives au sein de la communauté islamique. Le film devient un lieu d'expression où se confrontent des visions différentes. Le voile est tantôt considéré comme une protection qui donne une respectabilité à la femme musulmane, parfois comme relevant de la mode vestimentaire. Le voile reste ainsi une obligation pour certaines et pour d'autres on peut s'en passer alors que pour d'autres, il s'agit d'un phénomène de mimétisme. Il en est de même pour la charia où le pour et le contre de son application au Sénégal se confrontent.

On pourrait alors comprendre à travers ce documentaire, les fondements sur lesquels reposent les pratiques religieuses. La caméra et le micro de Angèle Diabang Brener remettent sur le tapis la difficile cohabitation entre la ligne dure d'un islamisme radical et celle qui tiendrait compte de l'évolution des sociétés. Le documentaire véhicule un message de paix, de tolérance et d'acceptation mutuelle dans une diversité culturelle et cultuelle. On peut voir aussi aisément, à travers ce documentaire, combien certaines femmes sénégalaises sont attachées aux recommandations du Coran et d'autres partagées entre la religion et le temps moderne. Ces femmes ne sont pas allées par quatre chemins pour donner leur avis sur l'islam et son évolution dans le monde.
Ce film ne résume pas l'ensemble des préoccupations de la Sénégalaise face à l'Islam : il ne fait que lancer le débat. Ce qui déjà force l'admiration.

Espéra G. DONOUVOSSI (Bénin)

Article paru dans le Bulletin Africiné n°07 (FESPACO 2007), du Vendredi 02 mars 2007, page 7.

haut de page


   liens films

Sénégalaises et islam 2007
Angèle Diabang


   liens artistes

Diabang Angèle


   liens structures

FESPACO
Burkina Faso | Ouagadougou 01

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>