actuellement 17685 films recensés, 2979 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Justin Ouoro, Fatoumata Sagnane
publié le
20/03/2007
films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
les commentaires liés à cette critique
retour
 
Wanted
L'ombre de Liberty, de Imunga Ivanga (Gabon)
Bulletin Africiné n°08 (FESPACO 2007), du Samedi 03 mars 2007

Faire taire à tout prix la voix de Liberty. Voici la mission que s'est assignée le gouvernement répressif que dirige Maraud Muntu Niama, installé à Belle vie. Mais qui est Liberty ?

Une prime de 10 millions de franc est promise à celui qui lui mettra la main dessus.
Le capitaine Ikumu voit dans cette aventure une aubaine qui lui permettra enfin de faire hospitaliser et soigner dans de bonnes conditions son fils atteint d'une tumeur au cerveau.

Alors s'ouvre une chasse à l'homme (perquisitions dans la ville, …) autour de laquelle s'organise le drame du récit.

Seul hic, Liberty est une voix donc un personnage fictif qui n'est rien d'autre que le désir de liberté du peuple. Il s'incarne comme la voix du peuple à travers les postes radio qui parlent sans cesse. Liberty, c'est la plume de Jean le journaliste dont le nom évoque celui qui prêche dans le désert pour annoncer la venue du messie. Il est dans la sœur de Jean, obligée de se prostituer pour survivre. Liberty, c'est le droit à la parole. L'interdire c'est s'exposer à de graves conséquences à l'image du capitaine bourreau dont l'acharnement sur Jean est à la mesure de la détresse de son fils malade. Autrement dit, Liberty est cette chose rare qui manque au peuple, tout comme l'eau manque aux habitants du désert de Kalahari.

La répression barbare triomphera-t-elle de la quête de liberté du peuple ? Résolument non. Le capitaine tortionnaire, subira un revers qui le noie dans l'alcool et la déchéance.

Le cinéaste gabonais promène sa caméra sur une ville en proie à la répression, sevrée de toute liberté. Cette oppression du peuple est maintes fois suggérée par ce choix des prises de vue, notamment les plongées qui rendent compte du poids qui pèse sur les habitants.

Justin Ouoro (Burkina) et Fatoumata Sagnane (Guinée)

Article paru dans le Bulletin Africiné n°08 (FESPACO 2007), du Samedi 03 mars 2007, page 2.

haut de page


   liens films

Ombre de Liberty (L') 2005
Imunga Ivanga


   liens artistes

Ivanga Imunga


   liens structures

FESPACO
Burkina Faso | Ouagadougou 01

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>