actuellement 18087 films recensés, 3138 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Michel Amarger
publié le
20/04/2008
films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
les commentaires liés à cette critique

Whatever Lola wants, de Nabil Ayouch


West-Beyrouth, à l'abri les enfants !, de Ziad Doueir


Marock, de Laïla Marrakchi


Indigènes,de Rachid Bouchareb


Ali Zaoua, prince de la rue, de Nabil Ayouch


Nabil Ayouch






















Nabil Ayouch

retour
 
Whatever Lola wants, de Nabil Ayouch
Aller-retour dans les danses égyptiennes
Sortie France : 16 avril 2008

Les comédies musicales font du succès. Venues d'Amérique, d'Inde, d'Egypte, leur popularité ne se dément pas même si elles prennent des formes diverses selon les époques. Alors Nabil Ayouch suit le mouvement et tente de rentrer dans la danse avec Whatever Lola wants. Le titre américain, inspiré par une chanson, annonce les ambitions du cinéaste : marier les ingrédients américains et égyptiens dans une luxueuse coproduction, tournée en anglais.

Tout commence à New York où Lola, 25 ans, employée à la Poste, se demande si elle pourrait devenir danseuse. Son voisin, un Egyptien homosexuel, la pousse à y rêver en lui montrant des cassettes de danses du ventre. Puis Lola confirme son penchant pour l'Orient en tombant amoureuse d'un étudiant égyptien. Mais après une dispute, il repart au Caire. Lola, sur un coup de tête, décide d'aller le retrouver pour s'expliquer. Là, la jeune Américaine énergique et culottée, s'aperçoit que son amoureux a une famille riche, qu'il se destine aux affaires et surtout qu'il a des principes qui ne lui permettent plus de la fréquenter.

Lola découvre alors sur son chemin des signes qui l'incitent à devenir danseuse du ventre. Elle persuade une star retirée de l'aider à se perfectionner. Du cabaret voisin de son hôtel, au mariage select où elle se produit, Lola fait une ascension fulgurante et le bonheur des spectateurs. Un impresario, qui soupire toujours pour la star aux côtés de Lola, lui donne un sérieux coup de pouce. Ainsi tout sourit à l'héroïne dans sa conquête du Caire jusqu'à ce qu'elle ait envie d'exporter son succès à New York.

En filmant cette romance simple, Nabil Ayouch livre une copie soigneusement réfléchie qu'il fait vivre avec des acteurs internationaux : l'Américaine Laura Ramsey (Les seigneurs de Dogtown) qui incarne Lola, la Libanaise Carmen Lebbos (Lila dit ça, West Beyrouth), le Marocain Assaad Bouab (Marock, Indigènes), le Tunisien Hichem Rostom (Les sabots en or). Avec une mise en scène colorée, des costumes vifs, des éclairages clairs, le cinéaste compose quelques scènes touchantes et des danses assez convaincantes. Tout converge pour un film qui se veut un événement, apte à l'exportation.

Le réalisateur signale ses ambitions depuis son premier court-métrage, Les pierres bleues du désert, 1992. En lice aux Oscars avec Mektoub, 1997, un polar qui tourne au road movie, puis Ali Zaoua, 2000, sur les enfants des rues à Casablanca, Nabil Ayouch joue les valeurs sûres. Il s'est investi dans des entreprises de production au Maroc depuis 1999, en créant Ali'n Production, en pilotant le projet Meda Film Devlopment qui accompagne des auteurs et producteurs arabes, puis Film Industry pour former de jeunes cinéastes et techniciens en visant l'essor d'un cinéma de genre au Maroc.

L'infrastructure étayée par Nabil Ayouch, est au service de Whatever Lola wants, coproduit par la France et le Canada, tourné à New York et au Caire. Sa comédie teintée de romance, suscite parfois l'émotion et aussi quelques questions. Comme celle de l'opportunité d'appuyer la réussite d'une Américaine qui met le Caire à ses genoux pour repartir en conquérante. Car cette héroïne battante, manifeste aussi une énergie féroce, souvent écrasante envers les valeurs qu'elle découvre. Entre le rêve américain de réussite qu'il exauce, et les volutes de danses orientales qu'il déroule, le cinéaste recherche un accord parfait qui l'éloigne pas à pas de la transe affichée.

Vu par Michel AMARGER
(Afrimages / RFI / Médias France)

haut de page


   liens films

Ali Zaoua, prince de la rue 2000
Nabil Ayouch

Indigènes 2005
Rachid Bouchareb

Lila dit ça 2004
Ziad Doueiri

Marock 2005
Laïla Marrakchi

Mektoub [Réal: Nabil Ayouch] 1997
Nabil Ayouch

Pierres bleues du désert (Les) 1992
Nabil Ayouch

Sabots en or (Les) 1988
Nouri Bouzid

West-Beyrouth, à l'abri les enfants ! - توريب برغ 1998
Ziad Doueiri

Whatever Lola Wants 2007
Nabil Ayouch


   liens artistes

Ayouch Nabil


Bouab Assaad


Bouchareb Rachid


Bouzid Nouri


Doueiri Ziad


Rostom Hichem


haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>