actuellement 18203 films recensés, 3176 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Jean-Marie Mollo Olinga
publié le
20/05/2008
films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
les commentaires liés à cette critique



Serge Alain NOA


Charles NYATTE


Le sourire du serpent, de Mama Keïta, 2007


Mama Keïta, cinéaste

retour
 
Exploration d'un rêve éveillé
Le don involontaire, de Serge Alain Noa (Cameroun)
La projection solennelle du dernier film de Serge Alain Noa, Le don involontaire, a eu lieu au Ccf de Yaoundé le dimanche 13 janvier 2008 à 18h.

C'est l'histoire de Daniel Alega (Charles Nyate), coupable de détournement de deniers publics, qui vit luxueusement sous le faux nom d'Akinopoulos. Un jour, à la suite d'un coup de fil anonyme, il perd le sommeil. Comment peut-on vivre sans dormir ? Quelles en sont les conséquences ?

Au travers de cette comédie dramatique, le jeune réalisateur camerounais explore un phénomène d'actualité, celui de ces escrocs à col blanc qui en mettent plein la vue à leurs concitoyens, jusqu'au jour où ils sont rattrapés par leur passé délinquant.

Le film de Serge Alain Noa s'ouvre sur des images prises par une caméra portée, et dont le tremblement prélude aux troubles intimes des individus aux comportements déviants tels que Daniel Alega. Un seul coup de fil, et leur monde bascule. Celui d'Alega se circonscrit à sa majestueuse demeure, où, à travers un long plan-séquence, se déroule l'essentiel du film. L'interminable prise de vue en plongée de la salle de séjour de ce pseudo riche en apprend suffisamment au spectateur sur l'abattement profond de cet homme aux dehors pourtant si flambards.

Un peu à l'image du Sourire du serpent, la dernière réalisation du cinéaste franco-guinéen Mama Kéita, Serge Alain Noa use de multiples symboles et plonge le spectateur dans un monde de huis clos. À ce niveau, Le don involontaire explore le phénomène du rêve. Ne fait-il pas un clin d'œil à la caméra, objet par excellence de fabrication de rêves ? "En plus, je suis dans un film. Monsieur est cinéaste, et il fait un film sur moi", se flatte Alega. Le huis clos, associé ici à la couleur rouge, ne dégage-t-il pas la symbolique du "retour vers soi et pour qui l'extérieur ne compte guère", comme l'écrit Jacques Lalonde dans son article intitulé "Introduction à la couleur" ? Et effectivement, Daniel Alega et son épouse (Toni Bath Atangana) sont vêtus de rouge, couleur de l'amour, mais aussi de la souffrance.

Après avoir tout essayé (aussi bien la médication occidentale que indigène), Alega n'arrive pas à trouver le sommeil. Il ne peut donc pas rêver. Et on sait à quel point ce phénomène inhérent au sommeil est important dans la vie d'un individu ! On sait aussi que le rêve se déroule en soi, qu'il est intérieur, comme le huis clos dans lequel le réalisateur confine et ses protagonistes, et les spectateurs par le fait même. En choisissant de se couvrir les yeux, Alega se donne l'illusion de sommeil ("vous rêviez que vous dormiez"). Apparemment, "ça marche", se réjouit-il. En proie à des images confuses et incohérentes, il confond la réalité au rêve (le cambriolage de son domicile). En butte à un rêve éveillé, il multiplie les gaffes, et transforme les sentiments de sa femme en ressentiments.

Par ailleurs, le moment le plus propice au sommeil, donc au rêve étant la nuit, l'action du Don involontaire s'y déroule (intérieur nuit, dit-on au cinéma) avec un rendu appréciable des images, du fait de la maîtrise, sans doute, du jeu des lumières qui mettent en évidence les contrastes de cette séquence. A ce sujet, ne faut-il pas souligner, pour ne pas l'oublier, cette image de l'épouse d'Alega, rentrée d'une virée nocturne, habillée d'une longue robe de soirée violette, et filmée à côté du cambrioleur dans la salle de séjour ? Ce violet, autrement dit, ce rouge refroidi n'indique-t-il pas son état mélancolique qui s'accompagne de son besoin de tendresse ? Le cambrioleur (Gabriel Fomogne), tout de noir vêtu, non seulement est assimilable à une ombre, mais la couleur de sa tenue ne colporte-t-elle pas une symbolique faite d'antipathie, de négativité, d'erreur, de mal ?

Tourné dans un décor et avec des accessoires rappelant les vidéos nigérianes, Le don involontaire semble en avoir été fortement influencé. Mais, techniquement, il se situe au-dessus de celles-ci. De plus, il a l'audace de se pencher sur un sujet qui sonde le for intérieur des individus, avec une approche dont l'originalité ne fait pas appel aux gros plans.

Jean-Marie Mollo Olinga

haut de page


   liens films

Don involontaire (Le) 2007
Serge Alain Noa


   liens artistes

Abiassi Saint-Père


Bath Toni


Fomogne Gabriel


Keïta (réalisateur) Mama


Kounou Elisabeth


Mendouga Véronique


Mevogbi Eric Joël


Mouetcho Joseph


Noa Serge Alain


Nyate Charles


Nzeuga Joël


   liens structures

Cinépress
Cameroun | Yaoundé

VYNAVY Productions
Cameroun | YAOUNDÉ

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>