actuellement 18106 films recensés, 3140 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Jean-Marie Mollo Olinga
publié le
12/08/2008
films, artistes, structures ou événements liés à cet entretien
les commentaires liés à cet entretien

Mwézé Dieudonné NGANGURA


Bassek ba KOBHIO, directeur du festival Écrans noirs


La Vie est belle, 1987


Pièces d'identité, 1998


Au nom de mon père, 2001


Les Habits neufs du gouverneur, 2005


Jean-Marie MOLLO OLINGA

retour
 
Entretien de J.-M. Mollo Olinga avec Mwézé Ngangura, réalisateur congolais
Mwézé Ngangura : "Les chantiers liés au social sont d'une importance cruciale"
Le réalisateur congolais Mweze Ngangura, à qui a été décerné l'Écran d'honneur 2008, est venu aux Écrans noirs avec la copie de travail de son nouveau film, Tu n'as rien vu à Kinshasa.

Que signifie pour vous cet Écran d'honneur ?

En toute simplicité, tout le monde a besoin d'être reconnu dans ce qu'il fait. Je suis dans le cinéma depuis 1970, année où j'en ai pris l'option. Il a conditionné ma vie. Depuis lors, je n'ai plus quitté ce métier. J'ai été enseignant, mais toujours dans le cinéma. J'ai participé à mon premier festival en 1983 avec un court métrage qui avait remporté le prix du Meilleur documentaire au Fespaco. C'était un moment très émouvant pour moi.
C'est un honneur que me fait Écrans noirs en me décernant un prix, non pas pour un film, mais pour l'ensemble de ma carrière. C'est un couronnement. C'est comme si, quand je prenais l'option, en 1970, de commencer les études cinématographiques, on me disait : tu ne t'es pas trompé. Cela m'encourage à continuer avec encore plus de punch, mais surtout de sérénité, parce que c'est une manière de me dire : tu es reconnu, maintenant, vas-y !

Que sous-entendez-vous par Tu n'as rien vu à Kinshasa ?

C'est une paraphrase d'un dialogue du film Hiroshima mon amour d'Alain Resnais. C'est un film qui ne montre pas Kinshasa touristique ou officiel. C'est un Kinshasa underground, qui parle de différentes communautés de marginaux qui se sentent oubliés par l'État. Sans doute, pour cette raison, ils recréent leurs propres petits États, avec leur président, leur trésorier, leur chargé de la condition féminine, etc. Ils recopient la structuration gouvernementale des États. C'est un film très important, étant donné que le Congo, qui a vécu sous la corruption du mobutisme, a connu la guerre et essaye maintenant de relever la tête en entamant la reconstruction nationale. Le film veut donc dire que les chantiers liés au social sont d'une importance cruciale.

Et pourquoi avoir accepté de présenter une copie de travail ?

Quand Bassek m'a demandé de montrer mon film, qui n'est pas encore terminé, j'ai accepté cette idée d'une projection test. Je crois que dans le cadre d'un film documentaire, c'est enrichissant, avant le montage final. C'est pourquoi j'ai fait projeter le film devant un public composé de professionnels et de cinéphiles. J'ai filmé les réactions et les suggestions de ce public. Je vais les analyser, pour montrer aussi comment nous pouvons utiliser un festival.

D'où vient l'idée de ce film ?

J'avais toujours eu envie, au niveau du documentaire, de réaliser un film sur les enfants de la rue à Kinshasa. Un heureux hasard a fait que le ministère congolais des Affaires sociales m'a contacté pour un tel film qui, au départ, ne devait pas excéder 50 minutes. J'ai donc réalisé ce documentaire qui s'intitule Shégué, les enfants de la jungle urbaine, "Shégué" désignant "les enfants de la rue" à Kinshasa. C'est pendant ce film que j'ai rencontré d'autres catégories sociales de personnes vulnérables qui vivaient en communauté. Et c'est pendant le tournage de Shégué qu'est née l'idée de Tu n'as rien vu à Kinshasa.

propos recueillis par J-M.M.O

haut de page


   liens films

Au nom de mon père [réal: Mweze Dieudonné Ngangura] 2001
Mweze Dieudonné Ngangura

Habits neufs du gouverneur (Les) 2004
Mweze Dieudonné Ngangura

Pièces d'identité 1998
Mweze Dieudonné Ngangura

Tu n'as rien vu à Kinshasa 2009
Mweze Dieudonné Ngangura

Vie est belle (La) 1987
Mweze Dieudonné Ngangura, Benoît Lamy


   liens artistes

Ba Kobhio Bassek


Ngangura Mweze Dieudonné


Resnais Alain


   vnements

31/05/2008 > 07/06/2008
festival |Cameroun |
Ecrans Noirs 2008
12ème édition

   liens structures

Cinépress
Cameroun | Yaoundé

Ecrans Noirs
Cameroun | Yaoundé

FESPACO
Burkina Faso | Ouagadougou 01

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cet entretien :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>