actuellement 17650 films recens√©s, 2958 textes recherche | » english  
films r√©alisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  r√©dacteurs»
  √©crans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  d√©p√™ches »
  nouvelles de
la f√©d√©ration»
  la f√©d√©ration»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Sid-Lamine Salouka
publié le
11/03/2009
Ľ films, artistes, structures ou √©v√©nements li√©s √† cette critique
Ľ les commentaires li√©s √† cette critique



Latif Lahlou


Sana Mouziane (Samira)


Mohamed Khouyi (Idriss)


Youssef Britel (Farouk)


Mohamed Majd (le père)


Malek Akhmiss





retour
 
Les Jardins de Samira, de Latif Lahlou
21ème FESPACO
(Maroc, 2007, 112m)

La femme, dans les soci√©t√©s traditionnelles, n'a d'existence que si elle est mari√©e et m√®re. Pour r√©pondre √† cette exigence, Samira √©pouse Driss, un homme plus √Ęg√© qu'elle qui se r√©v√®le impuissant. C'est une d√©cente aux enfers pour cette citadine habitu√©e aux tailleurs de coupe occidentale et qui se retrouve ainsi confin√©e dans une villa √† la campagne. Elle y partage sa vie entre le p√®re de son √©poux, handicap√© et atteint d'Alzheimer et Farouk, le neveu dudit mari, qui prendra une place de plus en plus importante dans l'histoire.

Farouk est un adolescent que la solitude et la frustration sexuelle poussent Samira à séduire. Mais le mari, aussi impuissant que jaloux, intervient pour mettre fin à ce ménage à trois. Recluse et prostrée, Samira est condamnée à la solitude et le terrible zoom arrière finale l'isole sur le perron de la villa.

Les jardins de Samira aborde (encore) la question de la condition f√©minine au Maghreb mais la situe au niveau du plaisir sexuel. L'outrance consistant √† mettre en sc√®ne le m√©nage d'un impuissant et d'une jeune femme attirante est r√©v√©latrice de la mani√®re dont la soci√©t√© traite le probl√®me. Le plaisir est l'apanage de l'homme qui se permet d'√©voquer ses prouesses en public alors qu'il enferme la femme sous le triple carcan de la morale, de la tradition et de la religion. C'est ainsi que Driss, soucieux des apparences et des croyances, se ridiculise encore plus en faisant courir la rumeur d'une grossesse de sa femme. Farouk, l'adolescent qui ne conna√ģt de femme que sur le papier des magazines pour homme, n'atteindra jamais la hardiesse du garde-chasse de Lady Chaterlay.
C'est ainsi que le drame pressenti d'un affrontement entre l'oncle et le neveu tournera en eau de boudin. Farouk recherchera vainement la réconciliation avec Driss au lieu de se battre pour l'amour de Samira qu'il appellera toujours par ailleurs "Madame" !

Ce drame psychologique peut sembler tra√ģnant aux yeux de certains cin√©philes que le flop final d√©cevra. Mais il s'agit d'un film construit autour de la performance de l'actrice principale (Sana Mouziane) dont on recherchera le nom √† l'annonce du prix de la meilleure actrice.

Sid-Lamine SALOUKA

haut de page


   liens films

Jardins de Samira (Les) | Samira Fi Day√Ęa 2007
Latif Lahlou


   liens artistes

Akhmiss Malek


Britel Youssef


Khouyi Mohamed


Lahlou Latif


Majd Mohamed


Mouziane Sana


   ťvŤnements

21/01/2009 > 24/01/2009
programme |Sénégal |
Lancement de la campagne internationale du Fespaco 2009 à Dakar
Dakar : du 21 au 24 janvier 2009

27/01/2009
conférence-débat |Belgique |
Conférence de presse du Fespaco 2009 à Bruxelles
le 27 janvier 2009 à 10h45

28/01/2009
conférence-débat |France |
Conférence de presse du Fespaco 2009 à Paris
à 10 h à la Cinémathèque française

28/02/2009 > 07/03/2009
festival |Burkina Faso |
FESPACO 2009 (Festival Panafricain du Cinéma et de la télévision de Ouagadougou)
La 21e édition se tiendra du 28 février au 07 mars 2009. 40ème anniversaire

   liens structures

ASCRIC-B
Burkina Faso | OUAGADOUGOU

FESPACO
Burkina Faso | Ouagadougou 01

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>