actuellement 18202 films recensés, 3176 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Hassouna Mansouri
publié le
01/04/2009
films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
les commentaires liés à cette critique

Hassouna Mansouri




Mohamed Henidi dans Ramadan Mabrouk





retour
 
Ramadhan Mabrouk abu ElAlamain Hamuda, de Wael Ihsen
Vers le Nord
Une comédie (Egypte), avec Mohamed Hénidi, Leila Taher, Ezzat Abou Aouf, Serene Abdel Nour,…


Mohamed Hénidi, le célèbre acteur égyptien est à Amsterdam. Dans le cadre de la promotion de l'exploitation internationale de sa nouvelle comédie, la star égyptienne a fait le déplacement avec son équipe mercredi dernier. Ramadan Mabrouk abu Al-Alamain Hamouda sera distribué au pays des Tulipes dès cette semaine. C'est bien l'acteur principal qui a présenté le film et non pas le réalisateur. C'est tout dire de l'esprit purement commercial et du film et de l'opération.






L'idée n'est pas surprenante. IL y a quelques années, l'acteur égyptien divertissait le public arabe du Golf à l'Océan Atlantique par une comédie intitulée Hammam à Amsterdam. Cette fois le film n'est pas tourné au pays de Van Gogh, mais il y est distribué. C'est une opération de grande envergure qu'entreprend le distributeur égyptien afin de conquérir les écrans hollandais. Le marché du film égyptien a l'intention, ou la prétention, de se placer au diapason du marché mondial du cinéma. Après avoir occupé d'une façon protectionniste son propre marché, et après s'être assuré de la main mise sur les marchés arabes, le voici parti en croisade pour se faire une place sur les écrans européens.

Le concept n'est pas mauvais, ni l'ambition absurde. Le film a tous les ingrédients du succès commercial. Une avant première de haut niveau : soirée paillettes et tapis rouge dans le cinéma le plus prestigieux d'Amsterdam, le Tuchinsky (une salle mythique construite au début du 20ème siècle). Avec en entrée un cocktail et une chorégraphie de danse du ventre, curiosité hautement attractive pour les Amsterdamers ; le distributeur n'a économisé aucun effort. Il en est de même au plan de la stratégie de la distribution en soi : suffisamment de copies sont fournies pour occuper des écrans dans les grandes villes néerlandaises. Soin a été pris certes pour des sous-titres en langue néerlandaise.

C'est hélas le film qui déçoit. Fidèle à son style, la comédie de Hénédi ne va jamais plus loin que le simple faire rire, sans plus. Ramadan est un enseignant de langue arabe attaché aux valeurs anciennes de l'enseignement et de l'éducation. Il est confronté caricaturalement à une jeunesse moderne mais pas méchante. C'est la situation qui servira de prétexte à un ensemble de gags et de situations bouffonnes pas plus.

Le film ne manque pas de prétention. Un fil très tenu laisse entrevoir entre la charpente narrative de cette comédie le chef d'œuvre de Josef van Sternberg, L'Ange bleu. Mais parler de remake, ou même de parodie, serait vraiment le comble du ridicule. Il s'agit plutôt d'un plagiat de très bas niveau. Le moralisme et le souci du moralement correct, en plus d'une absence totale d'imagination au niveau de la mise-en- scène, font que le film, sans que le lien ne soit mentionné d'ailleurs, reste très loin de la profondeur du traitement et du fond tragique du chef d'œuvre expressionniste.

Mais ne demandons pas au scénariste Youssef Maati et au réalisateur Wael Ehasen d'entrée dans un rapport de dialogue avec le génie de Sternberg. Ce serait trop exigeant. Mais, soit dit en passant, ils auraient dû prendre le soin de mentionner la source de leur scénario. Le public européen n'est pas celui d'Égypte. Il connaît les grandes œuvres du cinéma mondial. C'est là un élément qui risque de laisser une mauvaise impression. En outre le comique est spécifiquement fondé sur le jeu de mots. Or, ceci risque for de ne pas être accessible au public non égyptien.

La volonté et l'ambition, de distribuer en Europe est légitime et louable même. Toutefois, il faut être conséquent au niveau de la conception du film au niveau de son écriture même. Ce qui marche en Égypte et dans les sociétés arabes, ne marche pas nécessairement dans les sociétés occidentales. À moins que le public cible ne soit en fait rien de plus que les communautés égyptiennes expatriées. Dans ce cas, le jeu vaut-il vraiment la chandelle …

Hassouna Mansouri

haut de page


   liens films

Ramadan Mabrouk Abu Elalamain Hamouda - رمضان مبروك أبو العلمين حمودة 2008
Wael Ihsen


   liens artistes

Abou Ouf Ezzat


Henidi Mohamed


Ihsen Wael


Labib Loutfi


Metwally Omar


   liens structures

ATPCC (Association Tunisienne de la Promotion de la Critique Cinématographique)
Tunisie | TUNIS

Good News Group
Égypte | LE CAIRE

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>