actuellement 17685 films recensés, 2979 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Baba Diop
publié le
01/04/2009
films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
les commentaires liés à cette critique

Baba Diop


Un orpailleur


Kadiatou Konaté


Un orpailleur

retour
 
Daman da, le mirage jaune, de Kadiatou Konaté (Mali)
L'or vaut des sacrifices
Documentaire, 52'

Une idée de film qui a germé dans l'esprit de Kadiatou Konaté après avoir vu un reportage à la télévision malienne consacré aux orpailleurs artisanaux.

Ce n'est pas le Far West, mais un bout de terre du Mali, un endroit qui attire des dés infortunés rêvant un jour de devenir Crésus. Poussière d'or, avec au bout de la ruée, à quelques 600 kilomètres de Bamako, l'enlisement dans le rêve. Il se joue loin des clameurs de la ville des drames personnels que chacun porte stoïquement ou s'en accommode. L'or vaut bien des sacrifices. Le documentaire de Kadiatou Konaté, Damanda, le mirage jaune, fait découvrir un monde inattendu où seul compte le labeur avec la certitude de tomber un jour sur un filon. Un monde dur, mais un monde d'hommes et de femmes parsemé de dangers.

Kadiatou Konaté explore les galeries et tunnels de ces rêves fous révélateur d'une forte détermination de prendre, un jour peut être sa revanche sur la vie. Laissés sur le bord du trottoir sans grande instruction, les orpailleurs dans cet univers dénudé de tout confort respectent le code d'honneur celui de ne jamais voler l'or des autres. Mais, il ne leur reste plus souvent à ces gens là que le mirage jaune, couleur de l'or, des mains calleuses, des pieds durcis par la boue et des visages mangés par le soleil. Les habitations sont faites ici de bric et broc. L'univers des orpailleurs est impitoyable pour les enfants, les femmes et pour les hommes non pas parce qu'on s'y massacre à chaque coin de saloon comme dans les western mais victime des conditions d'exploitation, des pratiques occultes. Il y a bien sûr ceux qui ont la main heureuse et les malchanceux. Le milieu a bien sûr ses codes de conduites et on y croise des âmes dévouées à la bonne cause.

Le grand intérêt de ce documentaire par delà l'aspect spectaculaire de l'exploitation artisanale de l'or, c'est bien la libération de la parole qui provoque une empathie chez le spectateur.

Baba Diop

Article paru dans le Bulletin Africiné n°10 (Ouagadougou), du jeudi 05 mars 2009, durant le Fespaco 2009.
Bulletin publié par la Fédération Africaine de la Critique Cinématographique (FACC, Dakar), avec le soutien du ministère burkinabè de la Culture, du Tourisme et de la Communication, du Fespaco, de l'Organisation Internationale de la Francophonie (OIF, Paris), du Ministère français des Affaires Etrangères, du Centro Orientamento Educativo (COE, Milan) et du Rurart (Poitou Charentes, France)

haut de page


   liens films

Daman da, le mirage jaune 2008
Kadiatou Konaté


   liens artistes

Konaté Kadiatou


   vnements

28/02/2009 > 07/03/2009
festival |Burkina Faso |
FESPACO 2009 (Festival Panafricain du Cinéma et de la télévision de Ouagadougou)
La 21e édition se tiendra du 28 février au 07 mars 2009. 40ème anniversaire

   liens structures

Association Sénégalaise de la Critique Cinématographique (ASCC)
Sénégal | DAKAR

Centro Orientamento Educativo (COE)
Italie | Barzio

FESPACO
Burkina Faso | Ouagadougou 01

Ministère de la Culture, des Arts et du Tourisme (MCAT) - Burkina Faso
Burkina Faso | Ouagadougou

Ministère des Affaires étrangères (France)
France | Paris

Organisation internationale de la francophonie (OIF)
France | PARIS

Rurart
France | ROUILLE

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>