actuellement 17666 films recensés, 2961 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Fatou Kiné Sène
publié le
10/04/2009
films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
les commentaires liés à cette critique

Kiné Sène




Ralph Ziman


Rapulana Seiphemo ("Lucky Kunene")


Ronnie Nyakale ("Zakes Mbolelo")


Jafta Mamabolo ("Lucky Kunene, jeune")


Tsotsi, 2005, de Gavin Hood


Gavin Hood



retour
 
Jerusalema, de Ralph Ziman
Une histoire de drogue et de gang
En 118 minutes, le film sud-africain Jerusalema de Ralph Ziman revient sur la vie de misère rythmée de corruption, de braquages et des tracs par la police de gangs. Ce long métrage en compétition au Fespaco 2009 donne une lecture de plus de cette vie post-apartheid en Afrique du Sud.

Photo d'une communauté Noire pauvre vivant dans les quartiers populaires d'Afrique du Sud, avec des jeunes plongés dans la délinquance ; l'histoire que déroule le film Jerusalema du Sud africain Ralph Ziman plonge dans l'ambiance de pauvreté de l'Afrique du Sud. Ce long métrage, en compétition officielle pour la 21ème édition du Festival Panafricain de cinéma et de télévision de Ouagadougou (Fespaco), retrace la vie de Lucky Kunene.

Encore au lycée, le jeune homme s'adonne déjà à des braquages d'épiceries et de vols de voitures dans les quartiers environnants. Il est en compagnie de son ami Zakes. Les deux jeunes hommes travaillent pour le compte d'un ancien soldat du Congrès national africain (Anc), Nazareth Mbolelo. Le film évolue au rythme de la vie de bandit de Kunene de règlement de compte entre gangs. Dix ans après, Kunene décide de laisser derrière lui ce chemin de banditisme en allant en ville à Johannesburg. Là, il se convertit en chauffeur de mini bus. Mais comme disent certains, "l'habitude est une seconde nature qui ne vous lâche jamais" ; Lucky Kunene replonge dans ses activités nébuleuses. La bande s'active dans la vente de drogue, d'armes à feu et de corruption. Kunene profite de sa popularité pour sensibiliser ses compatriotes noirs sur leurs droits civiques.

Le film Jerusalema, de presque deux heures d'horloges (118 minutes) ne se termine pas comme la majeure partie des réalisations sur le même sujet. Ici le personnage principal réussit à échapper en s'affirmant grâce à l'aide de personnes ayant une certaine autorité dans le pays. Toutefois le film de Ralph Ziman n'offre pas une nouvelle lecture sur l'Afrique du Sud post-apartheid. Il peut se confondre avec de nombreux autres films. Notamment le film Totsi de Gavin Hood. Mais sa particularité serait peut-être ce regard nouveau qu'il jette sur les récentes manifestations de xénophobie qui ont dominé l'actualité en Afrique du Sud. Dans une séquence Lucky Kunene accuse l'autre gang en leur disant "ce sont les Nigérians et le Ghanéens qui vendent la drogue et les armes dans le pays".

Ce film peut se féliciter d'un bon montage et d'un cadrage maîtrisé des scènes. Ce qui permet une bonne compréhension du film, malgré sa version anglaise locale mélangée de Zoulou et en plus d'un sous-titrage en anglais. Cette maîtrise s'explique aussi peut-être par le parcours de caméraman dans plusieurs productions télévisuelles de son réalisateur, le Sud Africain Ralph Ziman.

On peut aussi lire, à travers ce film qui compétit pour l'Etalon d'Or du Yennega, les clichés de rapport entre la race blanche et noire. Ici les Blancs s'allient avec les Noirs quand cela les arrange. L'exemple vient de la copine blanche de Kunene qui accepte sa relation pour sauver son frère plongé dans la drogue et qui s'alimente dans les quartiers populaires des Noirs. Un autre, le chef de la police, un Blanc, qui brutalise Kunene est accusé de raciste par ses collègues de travail.

Le film Jerusalema était en projection presse le lundi 02 mars au cinéma Neerwaya de Ougadougou. Le public a découvert cette production sud-africaine en compétition le mercredi 04 mars à 20heures 30 au ciné Burkina.

Fatou Kine Sène

haut de page


   liens films

Jerusalema 2008
Ralph Ziman


   liens artistes

Hobbs Robert


Mahloko Motlatsi


Mamabolo Jafta


Meskin Shelly


Nkosi Kenneth


Nyakale Ronnie


Seiphemo Rapulana


Sekele Jeffrey


Skenjana Malusi


Ziman Ralph


   vnements

28/02/2009 > 07/03/2009
festival |Burkina Faso |
FESPACO 2009 (Festival Panafricain du Cinéma et de la télévision de Ouagadougou)
La 21e édition se tiendra du 28 février au 07 mars 2009. 40ème anniversaire

   liens structures

Muti Films
Afrique du Sud | CAPE TOWN

Videovision Entertainment
Afrique du Sud | JOHANNESBURG

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>