actuellement 18014 films recensés, 3093 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Hassouna Mansouri
publié le
17/05/2009
films, artistes, structures ou événements liés à ce compte rendu de festival
les commentaires liés à ce compte rendu de festival

Hassouna Mansouri


Hend Sabry


Hend Sabry


Ibrahim Labyadh


Immeuble Yacoubian


Marwan Hamed


Nouri Bouzid


Ahmed Essakka ou Ahmed El Sakka (Ibrahim Labyadh)


Mahmoud Abdel Aziz


Nour El Sherif


Amr Waked


Hend Sabry, en 2007


Hend Sabry


Ahmed El Sakka (Ibrahim Labyadh)


Hend Sabry


Cannes 2009

retour
 
62ème Festival de Cannes (13-24 Mai 2009)
Hind Sabri, Star égyptienne

Les films ont tout intérêt d'aller à Cannes pour ne laisser passer aucune chance de commercialisation. Les grandes sociétés de production hollywoodiennes ont compris cela depuis longtemps. Elles se déplacent avec toute leur armada de médiatisation, occupent les espaces publicitaires et organisent des projections parallèles. Un producteur égyptien semble avoir compris cela et en fait de même. Ibrahim Labyadh, le nouveau film de Marwan Hamed est projeté dans un cadre privé en marge du festival de Cannes. La production a déplacé toute l'équipe ; techniciens et stars accompagnent le film dans l'aventure cannoise.

Il n'y a pas longtemps, le même groupe, producteur et réalisateur avait mené la même opération avec une première super-production, Immeuble Yacoubian. L'opération ayant donné ses fruits puisqu'il a eu un succès énorme, l'équipe récidive avec Ibrahim Labyadh. Le film est conçu dans un esprit purement commercial. Présenté officiellement comme une œuvre qui traite (ou qui aurait l'ambition de traiter) de problématiques sociales, le film n'est autre qu'une recette usée de film d'action, mais en mauvaise imitation.
Tout est prétexte pour mettre en valeur les stars d'abord, puis une histoire à la trame très simple d'une vengeance mélangée à une histoire d'amour qui ne la complique pas trop. Les personnages sont très schématiques et n'ont aucune épaisseur. Les événements se succèdent rapidement, mais les personnages n'évoluent pas d'une once sur le plan psychique.

Pourtant le casting est des meilleurs. Tête d'affiche incontestable, Mahmoud Abdelaziz, trône à l'écran. Son jeu est sobre, sa présence remplie l'écran à la perfection. Il incarne de façon extraordinaire un vieux chef de gang dont le talent d'Achille est l'amour qu'il porte pour Hurya (Hind Sabri).
Amrou Waked est excellent dans le second rôle. C'est le seul personnage qui ait un semblant de profondeur. Par son physique et son jeu, il donne un sentiment humain qui peut toucher. Ahmed Essakka interprète le premier rôle. Il n'en est pas à son premier rôle d'action. Mais on l'emprisonne peut-être un peu trop dans ce type de prestation et de rôle sans aucune profondeur. Il devient trop répétitif et stéréotypé.

Coté féminin, après son excellent prestation dans Immeuble Yacoubian, Hind Sabri est maintenue dans le premier rôle féminin de Ibrahim Labyadh. Elle donne la réplique au géant Mahmoud Abdelaziz qu'elle a dû apprécier dans le feuilleton Rafat Alhajjan quand elle était adolescente ou même enfant. L'actrice tunisienne est consacrée par ce rôle comme une star égyptienne des films de gangster égyptien des années 70 et 80. Elle nous rappelle facilement les rôles interprétés par Raghda, Ilham Chahin, qui s'était illustrées dans leur duo avec les grands noms comme ceux de Nour Cherif, Farouk Fichaoui etc.

En effet, Hinda Sabri se présente désormais comme une star égyptienne dans le double sens du terme. Les producteurs parient sur elle en lui donnant des premiers rôles. C'est tout simplement la preuve qu'elle a la côte sur le marché. Mais le rôle qu'elle interprète reste réducteur pour son talent quand on pense à ceux qu'elle a interprétés avec le cinéaste tunisien Nouri Bouzid.
Hurya n'est qu'un faire valoir pour le héros, Ibrahim Labyad. Contrairement à son rôle dans Poupées d'argile, elle n'existe pas pour elle-même. Elle ne vaut que par son statut de centre de conflit entre le bon jeune gangster et le méchant vieux parrain de la mafia du hash. Elle est prise dans le filet d'un genre de film, et même pire, … un système de production qui n'est pas nécessairement salutaire.

De notre envoyé spécial à Cannes
Hassouna Mansouri

haut de page


   liens films

Ibrahim Labyad 2009
Marwan Hamed


   liens artistes

Abdel-Aziz Mahmoud


Bouzid Nouri


El-Sakka Ahmed


El-Sherif Nour


Hamed Marwan


Sabry Hend


Waked Amr


   vnements

13/05/2009 > 24/05/2009
festival |France |
Festival de Cannes 2009
62ème édition

13/05/2009 > 24/05/2009
festival |France |
Festival de Cannes 2009 : le Pavillon "les Cinémas du Monde"
Le Pavillon Les Cinémas du Sud devient le Pavillon Les Cinémas du Monde.

   liens structures

Association Française du Festival International du Film de Cannes
France | Paris

ATPCC (Association Tunisienne de la Promotion de la Critique Cinématographique)
Tunisie | TUNIS

Good News Group
Égypte | LE CAIRE

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur ce compte rendu de festival :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>