actuellement 18169 films recensés, 3168 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Noureddine Mhakkak
publié le
28/06/2009
films, artistes, structures ou événements liés à cet entretien
les commentaires liés à cet entretien

Noureddine Mhakkak


Ghita El Khayat


Les jardins de Samira (Samira Fi Dayâa), 2007, Latif Lahlou


Sana Mouziane (Samira)


Latif Lahlou


Les jardins de Samira (Samira Fi Dayâa)


Les réalisateurs marocains Mohamed Zineddaine et Hassan Bejelloun entourent Sanaa Mouziane, Prix de la meilleure interprétation féminine au Fespaco 2009 pour son rôle dans Les Jardins de Samira


Sana Mouziane

retour
 
"L'image de la femme marocaine n'est pas très valorisante"
Entretien avec Dr Ghita El KHAYAT
Festival international du film de Marrakech - FIFM 2008
La Professeure Ghita El Khayat est Médecin psychiatre, femme de lettres et des arts marocaine. Elle est l'auteur de nombreux essais sur la condition féminine dans le monde arabo-islamique dont "Le monde arabe au féminin" (L'Harmattan, 1985), "Le maghreb des femmes" (Eddif, 1992), "Le somptueux Maroc des femmes" (Dédico, 1994), "Une psychiatre moderne pour le Maghreb" (L'Harmattan, 1994), "Le livre des prénoms" (Eddif, 1996), " Les sept jardins" (L'Harmattan, 2000), et bien d'autres.
Pour cette 8èmè édition du festival international du film de Marrakech 2008, elle était membre du jury. Ce jury qui est présidé cette année par Barry Levinson, le grand réalisateur, scénariste et producteur américain. Outre Ghita El Khayat, les membres sont Agusti Villaronga (réalisateur et scénariste espagnol), Hugh Hudson (réalisateur, scénariste et producteur anglais), Mariama Barry (écrivaine et juriste Guinéo-Sénégalaise, Sébastien Koch (acteur allemand), Joaquim De Almeida (acteur portugais), Natacha Régnier (actrice belge) et Caterina Murino (actrice italienne).
Nous nous sommes entretenu avec elle.

1- Professeur GHITA EL KHAYAT, vous étiez membre du jury du festival international du film de Marrakech, pourriez vous nous parler un peu de ce grand festival ?

Le FIFM a fini sa 8° édition; j'en ai suivi les 7 derniers (2002 à 2008) et je vois comment l'affirmation de ce festival est aujourd'hui manifeste. Il est aussi important que les grands festivals de Cannes, Berlin, Venise, Toronto, les plus grands et les plus connus. Pourquoi ? Parce qu'il s'est doté de tous les moyens des grandes manifestations mondiales. Il est clair qu'il est plus international par sa programmation que tous les festivals du monde. Je crois que ce festival va être représentatif de plusieurs aires culturelles par rapport aux festivals des pays où les festivals de cinéma sont une tradition. Il est déterminant pour le Maghreb, le monde arabe, le monde islamique, l'Afrique et tous les pays émergents... en somme, un grand parmi les plus grands, représentant tous ceux qui ne peuvent avoir une telle organisation...

2 - Quels sont les films qui ont attiré votre attention en tant que jurée ainsi qu'en tant que cinéphile et grande écrivaine bien connue dans le monde de l'écriture que dans le monde des arts ?

Evidemment, ce sont ceux que je crois les plus forts, les plus beaux dans l'image et le son, les plus parfaits cinématographiquement, les plus construits en ce qui concerne les scénarios, et, enfin, ceux qui ont un message humain, humaniste, humanitaire, qui font que quand on en sort, on est plus épanoui et plus heureux... J'ai défendu avec acharnement les films géorgien et chinois... pour des raisons de défense de grandes oeuvres... J'ai eu une sensation de victoire personnelle quand ils ont été primés par mes camarades du jury, au vote... Je crois les histoires de ces deux films magnifiques : l'écriture cinématographique de chacun de ces films, le scénario de chacun sont très forts, très sincères, des bijoux d'inventivité !

3 - Dans cette édition du festival, le cinéma marocain a fêté sa cinquantaine anniversaire, que pensez vous, en général, du cinéma marocain ?

Le cinéma marocain est en devenir même s'il est âgé de 50 ans... il n'a jamais été aussi productif, et, dans le nombre, des oeuvres importantes vont émerger... il y a déjà des classiques, et des jeunes sont en train d'émerger!!!
Je suis très fière qu'un film marocain soit retenu pour les Oscars !!! Une consécration pour le cinéma marocain même si le palmarès ne récompense pas le film ; sans compter que des Marocains ont été distingués à Cannes...

4 - Que pensez vous de l'image de la femme marocaine dans le cinéma marocain ?

Pour le moment, l'image de la femme marocaine dans le cinéma marocain n'est pas très valorisante... Les rôles, les histoires, les scénarios sont assez faibles, misérables, sans bonheur, sans aura, sans grandeur... cependant, je peux dire que Les jardins de Samira de Latif Lahlou est un très bon et très beau film... et la comédienne magnifique... c'est un film de 2007 !
Vous faites bien de me poser cette question : je vais essayer d'y répondre de façon plus systématique dans mon livre à paraître en 2009 : "La femme artiste au Maroc et dans le monde arabe"....

Noureddine Mhakkak

haut de page


   liens films

Jardins de Samira (Les) | Samira Fi Dayâa 2007
Latif Lahlou


   liens artistes

El Khayat Ghita


Lahlou Latif


Mouziane Sana


   vnements

14/11/2008 > 22/11/2008
festival |Maroc |
Festival International du film de Marrakech (FIFM 2008)
8ème Édition

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cet entretien :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>