actuellement 18129 films recensés, 3148 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Espéra Donouvossi
publié le
25/07/2009
films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
les commentaires liés à cette critique

Espéra Donouvossi




Madoda Ncayiyana


Durban 2009 : Espera Donouvossi, avec de jeunes cinéphiles.


Izulu Lami (My secret Sky)


Izulu Lami (Mon ciel secret)


Madoda Ncayiyana


Durban 2009

retour
 
Izulu Lami (My Secret Sky), Madode Ncayiyana
Des âmes innocentes en enfer
Durban International Film Festival 2009

Le film s'ouvre avec une image de feu, une voix pleurnichante et bien pathétique portant une prière d'une femme en transe dans une belle langue à clics : le Zulu. Le sujet est bien posé tout au début du film et a tout pour captiver dès la première image l'attention du public. Un peu plus loin, dans la même séquence d'exposition, ce sont des enfants joyeux jouant que le réalisateur donne à voir ; mais cette joie des âmes innocentes sera très tôt transformée en tristesse.

C'est dans cette dynamique de belles images et de beaux sons que Madoda Ncayiyana traite ce délicat et bien connu thème des enfants de rue. Ces derniers ont déjà fait l'objet de plusieurs films à savoir par exemple Deweneti. Mais Izulu Lami est abordé d'une façon spécifique et bien extraordinaire. Pendant 96 minutes, le réalisateur montre un drame dont le casting est composé d'enfants de 7 à 11 ans. Réalisé en 2008 à Durban en Afrique du Sud, ce film a eu l'honneur d'ouvrir la 30ème édition du Festival International de Cinéma de Durban qui se tient du 23 Juillet au 02 Août 2009.

Thembi et Kwezi âgés respectivement de 10 et 8 ans sont orphelins de mère. Leur tante qui devait s'occuper d'eux quitte la maison sans aucune précision sur sa destination. Cette situation oblige bien sûr ces orphelins à se battre pour s'en sortir. Et le film montre ces orphelins sur un chemin pavé de difficultés, armés de témérité et d'endurance. Ils quittent le village pour se rendre à la ville où ils sont sûrs de retrouver le client de leur defunte mère pour lui vendre cette natte artisanale qu'avait confectionnée leur défunte, mère avant sa mort. Ce seul objectif, qui est leur dernier secours, conduit les orphelins vers des destinations dangereuses en proie aux grandes insécurités urbaines.

Malheureusement ou heureusement ; ils seront accueillis par une bande d'enfants de rue qui survivent grâce à des larcins et des actes de petit gangstérisme. Le film est d'une esthétique soignée, avec de belles images sur le mémorable décor de Durban. Le réalisateur, par souci de plaire à son public, marie des images contraires pour choquer et en faire un sens. Une façon rhétorique qui permet de garder éveillée l'attention du public : ainsi, une vendeuse de têtes de porcs qui appelle des musulmans à acheter sa marchandise.
Les flots d'applaudissement et la pluie de rires au cours de la projection d'ouverture témoignent combien le film a su captiver le public et a pu le faire adhérer à son sujet.

Ce film qui est en compétition à la 30 ème édition du festival international de Durban est d'un homme qui s'y connaît en la matière. En effet, Madoda Ncayiyana a réalisé en 2003 Sky in her eyes qui avait remporté la même année le prix du meilleur court métrage au Festival International de Cannes en France. Il détient une solide expérience en matière de réalisations dont pour la télévision. Il a signé des séries pour enfants produites et diffusées par la South African BroadCasting (SABC) la plus grande chaîne de télévision en Afrique.

S'il est évident que ce film parle d'un touchant phénomène social, il n'en demeure pas moins qu'il pose quelques problèmes qu'il faut relever, tant dans la façon dont l'histoire est racontée tant qu'au niveau de la technique (le réalisateur le reconnaît honnêtement dans une interview). En effet, outre des dialogues parfois trop longs, quelques bruits nuisibles à la compréhension efficiente du film portent atteinte à sa crédibilité technique.
Malgré tout, Izulu Lami est un film mémorable qui renseigne bien sur la vie des enfants de rue en Afrique du Sud.

Espera Donouvossi

haut de page


   liens films

Izulu Lami (Mon ciel secret) 2008
Madoda Ncayiyana


   liens artistes

Malinga Sibonelo


Mkhabase Sobahle


Ncayiyana Madoda


   vnements

22/07/2009 > 02/08/2009
festival |Afrique du Sud |
Festival International du film de Durban 2009
30e édition

   liens structures

Center for Creative Arts (CCA-UKZN)
Afrique du Sud | DURBAN

Dv8 Films
Afrique du Sud | JOHANNESBURG - Rosebank

Vuleka Productions
Afrique du Sud | DURBAN

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>