actuellement 18087 films recensés, 3138 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Mehrez Karoui, Mohamed Nasser Sardi
publié le
10/01/2010
films, artistes, structures ou événements liés à cet entretien
les commentaires liés à cet entretien

Raja Amari


Dowaha, الدّواحة


Tahar Chikhaoui


Dowaha (Raja Amari, 2009) avec Hafsia Herzi au premier plan


Satin Rouge




Raja Amari


Raja Amari durant un débat au festival d'Apt 2009






















Youssef CHAHINE (يوسف جبريل شاهين)


Sur les traces de l'oubli : portrait d'Isabelle Eberhardt


Nouri Bouzid


Poupées d'argile de Nouri Bouzid, 2002


Les Silences du Palais, de Moufida Tlatli, 1994


L'Homme de cendres, de Nouri Bouzid, 1986

retour
 
Entretien avec Raja Amari
"Suivre les personnages dans leur dépassement"
Comme c'était le cas avec son premier long métrage, Raja Amari provoque un débat houleux avec sa seconde œuvre "Les secrets". Journaux, télévisions et radios donnent leurs avis et transmettent ceux du grand public et des critiques du cinéma. Ceci provoque un autre débat autour de la perception d'un film.
Nous avons rencontré la réalisatrice pour voir comment, elle, voit ses œuvres et son parcours.

Vous avez commencé comme critique au sein de l'équipe "Cinécrits", à l'ATPCC, sous la direction de Tahar Chikhaoui avant de passer à l'acte de la création cinématographique. Jusqu'à quel point cette expérience de critique a-t-elle façonné votre manière de faire des films ?

Raja Amari : Je crois que l'envie de faire des films m'est venue avant même de devenir membre du groupe "Cinécrits". Mais ce qui était important dans cette expérience, c'est plutôt le fait de découvrir de grands films et de grands artistes. Avec "Cinécrits", j'ai appris à regarder les films, à découvrir les mécanismes de la création. Certainement cette culture cinématographique et cinéphilique a quelque part influencé ma vision et mes choix artistiques.


Devenir Femme cinéaste en Tunisie, est-ce facile ?

Raja Amari :
En vérité, je n'ai pas rencontré des difficultés particulières. Les obstacles que j'avais à surmonter étaient celles que rencontre n'importe quel jeune cinéaste au début de sa carrière.


Pourquoi cette longue attente (sept ans) pour faire un deuxième long métrage ?

Raja Amari :
Satin rouge m'a pris beaucoup de temps. Le film a circulé pendant des années dans les festivals et partout dans le monde. Après et sur une proposition de Youssef Chahine, j'ai tenté une expérience de film documentaire. J'ai voulu m'essayer à autre chose. La vérité, je n'étais pas très à l'aise avec cette forme. J'ai trouvé le documentaire plus difficile que la fiction. Je ne sais pas raconter une histoire que je ne maîtrise pas à l'avance. J'ai réalisé un documentaire sur Isabelle Eberhardt. Ensuite, j'ai écrit une pièce de théâtre pour une compagnie danoise. C'était aussi une expérience très intéressante qui m'a beaucoup appris sur la direction d'acteur.


Il y a dans tous vos films une transgression de la morale ambiante, contrairement, par exemple, à un Nouri Bouzid où la transgression est sociale ; même si on remarque une certaine filiation avec certains des films où il est partie prenante (Poupées d'Argile, Les secrets du palais).

Raja Amari :
Je me rappelle bien que j'étais encore au lycée quand j'ai vu "L'homme de cendres" de Nouri Bouzid. C'est un film qui m'a marqué sur tous les niveaux. C'est peut être à partir de ce film que j'ai eu la conviction que le cinéma ne peut être que transgression. Mais contrairement aux films de Nouri Bouzid, mes films ont un propos moins social, moins direct, moins didactique et moins "donneur de leçons". Ce qui m'intéresse c'est plutôt de suivre mes personnages dans leur dépassement.


Une atmosphère "féminine" plane souvent sur vos films, est-elle due à ce qu'on appelle souvent "sensibilité féminine" ?

Raja Amari
: Je crois que certains cinéastes-hommes, en Tunisie et ailleurs, ont aussi une sensibilité féminine plus prononcée et plus manifeste que chez les femmes. Cependant, j'avoue que je trouve moins de difficultés à me plonger dans l'univers des femmes.


On a souvent l'impression que le personnage masculin est "maltraité" dans vos fictions. Dans "Les secrets" (Dowaha), l'homme est représenté à travers des personnages qui donnent une image, le moins que l'on puisse dire, négative : père incestueux, copain infidèle, commerçant sans scrupules… Comment vous expliquez cela ?

Raja Amari :
Je me rappelle que pour Satin Rouge en 2002, on m'a accusé du contraire. Certains trouvaient que dans le film, la femme n'a pas pu retrouver sa féminité que dans un univers masculin (le cabaret). Dans "Dowaha", l'homme est quasi absent, presque sans incarnation ; mais ce n'était pas dans l'intention de diaboliser les hommes. Imaginez trois hommes à la place de cette mère et de ses deux filles, et vous allez voir que le film sera le même. Je ne m'inscris nullement dans une vision sexiste. Le fait que Ali trahit Salma avec une autre fille était nécessaire sur le plan dramatique pour rendre crédible la complicité qui va s'installer entre Salma et les trois femmes qui l'ont enfermée. Ceci dit, je crois que les personnages de femmes représentent plus d'enjeu et d'intérêt dramatique de par leurs corps, leurs situations, leurs aspirations et leur dynamique.


Dans "Les secrets", les personnages connaissent bien les secrets des uns et des autres ! Espionnage par les trous de serrure et voyeurisme à travers portes entrebâillées sont omniprésents. Au fait, il n y a qu'un seul secret qui est ignoré seulement par Aïcha, Selma et le spectateur !

Raja Amari :
Le spectateur est plutôt dans la position de Salma qui atterrit un peu par hasard dans cet univers. C'est à travers le personnage de Salma qu'on découvre, au fur et à mesure, ces secrets.


Le personnage de Aicha subit, tout d'un coup, une métamorphose brutale allant jusqu'à la furie meurtrière. Comment cette fille candide, naïve et simple d'esprit, a-t-elle pu devenir une tueuse de sang froid ?

Raja Amari :
Pour Aicha, tout bascule au moment où elle découvre la supercherie de ses proches. Elle subit un choc, amplifié par le meurtre de Salma. Elle perd alors tous ses repères et réagit en conséquence de manière très violente.


Un autre personnage du film est passé inaperçu : la mouette empaillée. Filmée en rapproché au début, elle apparaît vers la fin en entier, les ailes déployées.

Raja Amari :
Avec Kais Rostom (chef décorateur), on a beaucoup travaillé sur les accessoires. On a essayé d'exprimer cette existence figée des personnages à travers ces oiseaux empaillés. Et même si je ne suis pas très fan du symbolisme, nous avons voulu donner certains sens aux objets, par exemple, le rasoir symbolise la présence de l'homme (ou son absence aussi), et sert, à Aicha, de moyen de découvrir sa féminité. À la fin du film, il devient l'outil du crime.

Le rythme et le tempo du film reste inchangé du début jusqu'à la fin. Or, les événements prennent une allure en crescendo dès qu'Aïcha découvre la dépouille du chien. N'avez-vous pas été tentée, vers la fin du film, par un montage plus appuyé qui s'adapte très bien au thriller ?

Raja Amari :
Au montage, on a chapitré le film et puis on a essayé de créer les événements au sein de chaque chapitre. C'est aussi une question de style. Je n'ai pas voulu influencer le spectateur par une caractéristique de ce genre cinématographique. J'ai voulu garder la dimension onirique de l'œuvre parce que je ne voulais pas rentrer dans une sorte de réalisme. Toute l'histoire passe à travers le regard d'Aïcha ; elle épouse donc son rythme et sa façon de la percevoir ; avec tout ce que ceci implique d'irrationalité, d'irréalisme et de "trous" que le spectateur doit combler par sa propre lecture de film.


Vous vivez à Paris, mais vous faites des films en Tunisie. Pensez-vous faire, un jour, du cinéma en France ?

Raja Amari :
En fait, je fais le va et vient entre la Tunisie et la France, car je ne me suis jamais coupée de mon pays. J'ai écrit un scénario qui se passe entièrement en France et je crois que je vais le réaliser là bas, car c'est un projet qui nécessite un très grand budget. Cependant, je trouve qu'en Tunisie nous avons des sujets très riches. J'aime travailler en coproduction ; ceci ça permet de mélanger les expériences et de provoquer des rencontres intéressantes.


"Les secrets" a été sélectionné au festival de Venise. Est-ce un retour du cinéma tunisien sur la scène internationale ?

Raja Amari :
Je ne sais pas, mais je suis contente que mon film soit sélectionné. Pour moi c'est une forme de reconnaissance ; quoique les grands festivals ne fassent pas toujours la bonne sélection. Pour le cinéma tunisien, je crois qu'il nous faut une nouvelle fraicheur. Les jeunes cinéastes peuvent l'apporter.

Entretien dirigé par Naceur Sardi et Mahrez Karoui
(Ecrans de Tunisie, Janvier 2010)

haut de page


   liens films

Poupées d'argile 2002
Nouri Bouzid

Secrets (Les) - Dowaha 2009
Raja Amari

Silences du Palais (Les) 1994
Moufida Tlatli

Sur les traces de l'oubli (Ala Khota el Nassyien) 2004
Raja Amari


   liens artistes

Amari Raja


Belhassen Sondos


Bouzid Nouri


Chahine Youssef


Dari Wassila


El Benna Rym


Herzi Hafsia


L'Abidine Dhafer


Rostom Rais


Tlatli Moufida


   vnements

02/09/2009 > 12/09/2009
festival |Italie |
Mostra de Venise 2009 (Venezia 66)
66ème Mostra.

23/12/2009
projection |Tunisie |
Ciné-club CinémAfricArt : "Dowaha"
2 films de Raja AMARI + débat animé par Tahar Chikhaoui

19/05/2010 > 19/06/2010
parution |France |
Les Secrets, de Raja Amari
France - Tunisie - Suisse / 90min / 35mm / 1:85 / dolby SRD / couleurs

07/10/2015 > 19/10/2015
festival |France |
Festival du Film Arabe de Fameck/ Val de Fensch 2015
26ème édition. Présidente d'honneur 2015 : Dora Bouchoucha. Carte blanche à Raja Amari.

   liens structures

ATPCC (Association Tunisienne de la Promotion de la Critique Cinématographique)
Tunisie | TUNIS

Moa Distribution
Suisse | LAUSANNE

Nomadis Images
Tunisie | La Marsa

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cet entretien :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>