actuellement 18133 films recensés, 3151 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Jean-Marie Mollo Olinga
publié le
25/03/2010
films, artistes, structures ou événements liés à ce compte rendu de festival
les commentaires liés à ce compte rendu de festival

Jean-Marie Mollo Olinga


Djo Munga


After the Mine (Congo in Four Acts)


Symphony Kinshasa (Congo in Four Acts)


Patrick Ken Kalala


The Man who sold the world


Katembo Kiripi


Dieudo Hamadi


Divita Wa Lusala


The Man who sold the world








Swel & Imad NOURY


Swel & Imad NOURY

retour
 
60ème Berlinale
L'Afrique à Berlin 2010

Absents de la compétition officielle, les cinémas africains représentés cette année au Festival international du film de Berlin ont pointé du nez le 16 février 2010.

Tôt dans la martinée, à 9h30, dans la salle du Cinemaxx5, le réalisateur congolais (Rdc) Tunda Wa Munga Djo a présenté quatre films documentaires, des courts métrages issus d'un atelier de formation qu'il avait initié à Kinshasa. Quatre courts métrages dont il est co-producteur, avec le Sud-Africain Steven Markovitz. Ils ont été sélectionnés dans la catégorie Forum. Au total, 72 minutes qui montrent la République démocratique du Congo dans toute sa hideur. Ce qui a laissé le sentiment à un spectateur que "ce cinéma-là vient renforcer la perception négative que les Occidentaux ont de l'Afrique".

Ainsi, "Ladies in waiting" (24mn) de Dieudo Hamadi décrit la situation des femmes qui viennent d'accoucher et qui sont "emprisonnées" dans une maternité, faute d'argent pour pouvoir honorer leurs factures. Les négociations sont rudes et l'administration de la maternité ne veut rien entendre. Les plus "fortunées" d'entre elles n'obtiennent leur liberté que contre bijoux, téléphones portables ou boucles d'oreilles laissés en gage.
Kiripi Katembo, à travers "Symphony Kinshasa" (15,4mn), laisse traîner sa caméra sur les miasmes de la capitale congolaise: amoncellement impressionnant des ordures ménagères; inondations de cours d'eau dont les eaux noirâtres débordent de leur lit et côtoient les habitations; coupures d'électricité; infrastructures diverses tombées en désuétude; pauvreté des habitants présentés d'entrée de jeu comme des nuées d'oiseaux, etc.
C'est aussi ce jeune réalisateur qui a tourné "After the Mine" (13,38mn). Dans ce documentaire, l'on découvre le quotidien de certains habitants de Kipushi, une ville minière de la Rdc. Pour Kiripi Katembo, c'est ce genre de petites villes qui font la fortune de l'élite du pays. Mais, paradoxalement, montre le réalisateur, ceux qui y vivent ou qui y travaillent s'y débattent dans une extrême pauvreté. Malléables et corvéables à merci, ils font travailler même les tout-petits, pour tenter de joindre les deux bouts. Ceci, en s'intoxiquant quotidiennement par la poussière des cailloux qu'ils cassent, par l'eau et les sols contaminés.
Quant à "Shrinking Press" de Patrick Ken Kalala (19,19mn), il s'appesantit sur le bâillonnement de la presse. Si des journalistes sont assassinés - comme Frank Ngyke - lorsqu'ils sont considérés comme des opposants, le réalisateur n'en présente pas moins leurs compromissions avec certains hommes politiques qui les "arrosent", quand ils ne les manipulent pas tout simplement.

Filmées sans originalité, ces histoires, si elles montrent favorablement comment de jeunes cinéastes congolais se font la main dans le septième art, n'augurent nullement de l'ambition de ceux-ci d'aller au-delà du formatage des ateliers d'apprentissage, ou même des écoles.

Dans l'après-midi de ce 16 février 2010, à 17h45, les Marocains, sélectionnés dans la section Panorama, ont donné à voir, au Cinestar3, "The man who sold the world" (L'homme qui a vendu le monde) de Swel Noury et Imad Noury. Il raconte l'histoire de deux amis, X et Ney, qui habitent ensemble. Derrière leur comportement fraternel, il y a entre eux comme une tension sexuelle permanente. X tombe amoureux de Lilli, une artiste paumée, avec qui il rêve d'un bonheur... ambigu, tant l'influence qu'elle exerce sur lui l'empêche d'être heureux. Ce d'autant que Ney aussi est épris d'elle.
Inspiré d'une nouvelle de Dostoïevski, ce film déroutant, s'il en est, dégage un réalisme poétique qui épouse une forme impressionniste. Swel et Imad Noury choisissent, par exemple, le décor naturel de leur chambre pour y comprimer leurs personnages, afin de mieux dire et encadrer leur désarroi. Ce faisant, ils font porter l'attention du spectateur, non pas sur le fond du film, mais sur sa forme. Ici, la valeur de l'intrigue importe peu, dès lors que les deux co-réalisateurs insistent sur la description plastique du désarroi de X et de Ney. Et si leur film est si déroutant, c'est certainement parce qu'il laisse l'image s'exprimer, parce qu'il effectue des allers et retours constants entre le réel et le fantasme. En fin de compte, le film bascule dans le cinéma narratif, prenant régulièrement les allures d'un feuilleton dont les épisodes sont résumés par de longs titres : ce que le spectateur est appelé à rassembler.

Jean-Marie Mollo Olinga

(Article paru dans le quotidien Le Jour - www.lejourquotidien.net - du 18 février 2010)

haut de page


   liens films

Après Mine (L') | After the Mine 2009
Kiripi Katembo Siku

Congo in Four Acts 2010
Dieudo Hamadi, Divita Wa Lusala, Patrick Ken Kalala, Kiripi Katembo Siku

Dames en attente (Ladies in Waiting) 2009
Dieudo Hamadi, Divita Wa Lusala

Man who sold the world (The) 2008
Swel Noury, Imad Noury

Shrinking Press 2009
Patrick Ken Kalala

Symphony Kinshasa 2009
Kiripi Katembo Siku


   liens artistes

Hamadi Dieudo


Kalala Patrick Ken


Katembo Siku Kiripi


Markovitz Steven


Munga Djo


Noury Imad


Noury Swel


Wa Lusala Divita


   vnements

11/02/2010 > 21/02/2010
festival |Allemagne |
Berlinale 2010
60ème Festival de Berlin. 3 films africains au 40ème Forum

13/02/2010 > 18/02/2010
festival |Allemagne |
Berlinale Talent Campus 2010
8ème édition. Dans le programme : Shotgun Stories: African Cinema Attacks

   liens structures

Jour (Le)
Cameroun | Yaoundé

Prod'Action
Maroc | CASABLANCA

Suka! Productions (RDC)
République démocratique du Congo | Kinshasa

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur ce compte rendu de festival :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>